24 février 2017 - 12:30 |

1000 vaches laitières seront importées à Kaolack au Sénégal

Kaolack est sous les feux des projecteurs de la filière de l'élevage.

Tout d'abord, le ministère de l’Elevage et des productions animales s’est engagé à appuyer les éleveurs dans l’importation, éventuellement d'ici mars, de 1000 vaches à haut potentiel génétique en lait afin d’améliorer la production laitière, a indiqué son secrétaire général, Mamadou Ousseynou Sakho, à l’issue d’un Comité régional de développement (CRD) qui s'est tenu hier dans cette région de Kaolack, au Centre du Sénégal.

’’L’option que nous avons adoptée nous a permis de beaucoup réduire le coût d’acquisition unitaire des bêtes qui est passé de FCFA 2,8 millions à FCFA 1,6 millions", a-t-il signalé, rappelant que la facture annuelle d'importation de lait au Sénégal était de FCFA 60 à 70 milliards, rapporte APS.


"Nous avons des animaux qui ont un potentiel génétique très faible en matière de lait", a-t-il expliqué, encourageant, la poursuite du Programme d’insémination en veillant sur la rigueur dans la sélection des animaux et leur gestion, mais aussi sur la participation des éleveurs.

Il estime qu’ "avec 100 000 vaches laitières métisses et 30 000 vaches laitières pur-sang, le Sénégal va gagner le pari de l’autosuffisance en lait", tout en relevant qu’il faudra ’’beaucoup de rigueur’’ pour atteindre cet objectif.

Parallèlement, le chef du service régional de l’élevage, Mamadou Lamine Diallo, a déploré que la mise en service d'une laiterie située dans la région de Kaolack tarde.

"D’un coût de FCFA 30 millions, la laiterie a été inaugurée le 21 février 2010. Depuis lors, son fonctionnement est bloqué", a signalé M. Diallo lors d’une réunion administrative consacrée aux projets du ministère de l’Elevage et des Productions animales.

La raison? "Une mésentente et des tiraillements entre les acteurs locaux, concernant son fonctionnement", a-t-il expliqué. En outre, la toiture de l’unité de transformation laitière s'est effondrée. "Nous avons été obligés de déplacer le matériel de la laiterie, pour le sauvegarder. (…) On doit tout faire pour trouver des solutions à ce problème", a ajouté M. Diallo.

 

 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +