24 mai 2013 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

La Chine plombe le caoutchouc

CACAO. Le cacao à Londres a terminé hier à la baisse, notamment sur des opérations techniques de marché.
Quant aux fondamentaux, les exportations ivoiriennes de produits cacao semi-finis ont totalisé 228 773 tonnes entre les mois d’octobre et d’avril, en hausse de 15% sur la même période la campagne précédente, selon les chiffres portuaires provisoires publiés mardi. Rappelons que sa capacité de broyages est de 532 000 t. Quant aux fèves, sur la même période, les ventes sur le marché mondial auraient totalisé 894 494, soit 9% de plus qu’entre octobre et avril 2011/12.
Du 12 octobre dernier, date du démarrage de la campagne, au 9 mai, les achats du Cocobod au Ghana ont totalisé 679 088 t, en baisse de 10,1% par rapport à la même période la campagne précédente.

CAFE. L’Arabica, hier sur le marché de New York, a touché un plus bas depuis mars 2010 face à la perspective de la récolte record qui s’annonce au Brésil, alors que ce pays est dans l’année basse de son cycle biennal, ainsi que par uen position globalement baissière des spéculateurs sur l’Arabica. Le Robusta s’est également inscrit à la baisse sur d’importantes liquidations de positions.
En Côte d’Ivoire, producteur de Robusta, les exportations ont totalisé 32 564 t entre octobre et avril, en baisse de 8% par rapport à la même période en 2011/12, selon les chiffres provisoires du port publiés mercredi.
Quant à l’Amérique centrale, terriblement impactée par la maladie de la rouille, le Mexique, la Colombie, le Pérou et la République dominicaine, tous producteurs d’Arabica, leurs exportations ont chuté de 18,5% en avril par rapport à avril 2012, à 2,09 millions de sacs de 60 kg, a souligné l’association guatémaltèque Anacafé mercredi.

CAOUTCHOUC. Les cours à terme du caoutchouc ont chuté de plus de 5% jeudi à 275 yens ($2,66) le kilo les investisseurs ayant liquidé leur contrat à la suite de données économiques décevantes en provenance de Chine tandis que le yen plus ferme a ajouté de la pression sur les prix.
Constant le faible impact des restrictions des exportations sur les prix du caoutchouc, le gouvernement a décidé qu’il ne renouvellerait pas cette mesure au delà du 31 mai, date d’expiration. En octobre, la Thaïlande, l’Indonésie et la Malaisie avaient pris la décision de réduire leurs exportations de 300 000 tonnes jusqu’à la fin mars, mais la Thaïlande avait prolongé de deux mois la mesure. ”Il n’y a pas lieu de poursuivre a mesure car ele a eu très peu d’impact sur le marché du caoutchouc et les prix ont déjà rebondi par le mécanisme du marché”, a déclaré Amnuay Patise, un conseiller du vice-ministre de l’Agriculture.
”Je pense que les prix actuels sont acceptables, ils conviennent tant aux acheteurs et aux vendeurs. Donc, il est bon que le gouvernement laisse les prix évoluer librement”, a déclaré un trader à Hat Yai. Les négociants estiment que les prix physiques du caoutchouc devraient demeurer soutenus car l’offre reste faible en dépit de la reprise de la saignée des arbres fin avril. «De la pluie intempestive dans plusieurs régions du sud a perturbé la saignée et réduit l’approvisionnement. Les prix devrait donc rester près de $3, le kilo pendant des semaines”, a déclaré un exportateur.
L’International Rubber Study Group (IRSG) va revoir à la baisse sa prévision de demande pour le caoutchouc naturel et synthétique donnant une nouvelle estimation en juin. Le secrétaire général de l’IRSG, Stephen Evans estime que la croissance de la demande mondiale sera plus lente que prévue en 2013, en raison de stocks importants et des prévisions inférieur du PIB mondial du FMI En août dernier, l’IRSG estimait que la demande pourrait augmenter de 4% en glissement annuel pour atteindre 27,7 Mt en 2013 sous l’impulsion de la reconstitution des stocks dans les pays consommateurs.

HUILE DE PALME Pour la troisième semaine consécutive, les prix de l’huile de palme se sont appréciés, clôturant jeudi à 2 370 ringgits ($782) la tonne, soit son plus haut niveau depuis le 11 avril, les investisseurs comptant sur une reprise de la demande avant le mois du Ramadan. Une hausse toutefois contenue par l’attente des données sur les exportations la semaine prochaine ”Bien que la production est susceptible de s’affaiblir, le niveau des stocks à la fin du mois va vraiment dépendre du niveau des exportations au cours des dix prochains jours. La résistance est à 2.400 ringgit”, a déclaré un trader de Kuala Lumpur. Du 1er au 20 mai, les exportations ont été plus faibles avec toutefois une hausse de 1,5% des prix.
Au Cameroun, la firme américaine Herakles, a suspendu le développement de son projet de plantation sur 60 000 hectares et mis à pied 690 travailleurs, à la suite d’une injonction de cessation du ministère des Forêts et de la faune.. Dans un communiqué, la société indique «_L’injonction demande que la société cesse la préparation des terres à proximité de sa pépinière de Talangaye ». La reprise de l’ activité est soumise à la déclaration d’utilité publique effectuée dans la zone où l’ensemble du projet est situé. Les groupes environnementaux, dont Greenpeace et le WWF, ont déclaré que le projet viole les lois du Cameroun, pourrait mettre en danger la faune et priver les habitants de leurs moyens de subsistance.

RIZ Les exportations de riz thaïlandais ont baissé de 30 depuis le début de l’année en raison des prix élevés causés par un régime d’intervention du gouvernement. Entre Janvier et le 21 mai, la Thaïlande a exporté 1,47 Mt de riz, soit une baisse de 2,Mt par rapport à la même période en 2012, selon la Chambre de commerce de Thaïlande. Comme l’année dernière, l’Inde a été le premier exportateur de riz au monde, suivi du Vietnam puis de la Thaïlande. Mercredi le Thaï 5 de brisures a été offert à 550 $ la tonne, contre $545 la semaine dernière.
En revanche, les prix du riz vietnamien ont continué de baisser en raison d’une offre croissante. Le Viet 5% de brisures se situait entre $ 370 et $375 $ la tonne contre $375-$380 la semaine. Et ils devraient continuer à baisser en prévision de la nouvelle récolte dans le delta du Mékong et ce d’autant plus que la demande est faible. Avec la baisse des prix, les exportations du Vietnam sont en hausse, totalisant au 16 mai (depuis le début de l’année) 2,4 Mt, soit une progression de 9% par rapport à la même période en 2012, selon la Vietnam Food Association. Les exportateurs ont indiqué qu’ils attendaient à ce que le gouvernement étende son offre de prêts sans intérêt pour aider les producteurs à stocker les grains et éviter que les prix chutent pendant la saison de récolte.

SUCRE. Le sucre roux à Londres a terminé hier en légère hausse mais après avoir touché durant la séance un plus bas depuis juillet 2010. Le blanc, quant à lui, a connu le même schéma, touchant un plus bas depuis juin 2010.
Techniquement, le marché du sucre est survendu mais pourrait être un peu soutenu sur des achats d’industriels qui doivent reconstituer leurs stocks, selon Nick Penney de Sucden Financial. Rappelons qu’on s’attend en 2013/14 à une troisième campagne excédentaire, ce qui exerce une importante pression sur les prix, avec une récolte brésilienne qui arrive ces prochains mois.

THÉ. Le prix moyen aux ventes aux enchères de Mombassa, mardi, a progressé pour la première fois en quatre à $3,27 le kilo contre $ 3,26 pour un Broken Pekoe Ones. Les Best Broken Pekoe Ones (BP1) se sont vendues en moyenne à $ 3,02 -$3,51 contre $ 3,02-3,50 précédemment, selon le rapport de marché d’Africa Tea Brokers (ATB) et le Best Pekoe Fanning Ones (PF1) à $2,82-3,24 le kilo contre $2,96-3,39,.
 Ont été offerts à la vente 150 679 paquets dont 17,65,67% sont demeurés invendus, contre 149 712 paquets et 15,67% invendus aux ventes précédentes. 
Les acheteurs de l’Afghanistan ont été les plus actifs, suivis par ceux du Yémen et d’autres pays du Moyen-Orient.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +