24 août 2007 - 00:00 |

Manger bio ou respirer ?

La volonté de réduire le transport aérien de produits alimentaires afin de lutter contre les émissions à effet de serre inquiète un certain nombre d’opérateurs africains de produits frais. En effet, le commerce de produits bio, frais, acheminés par avion croît à un rythme non négligeable et bon nombre de ces produits sont acheminés d’Afrique par voie aérienne.
Le plus important groupe britannique de produits bios, Soil Association, est actuellement en négociation avec des organismes comme Greenpeace qui considèrent qu’il faut réduire ou cesser de transporter par avion des produits alimentaires partout à travers la planète. Cette perspective effraie aussi Stephen Mbithi, directeur de Fresh Produce Exporters Association du Kenya, qui ne manque pas de souligner que les produits bios cultivés en Afrique émettent 4 à 6 fois moins de gaz à effet de serre en étant acheminés par avion que s’ils étaient produits en Europe. « Produire sous les tropiques utilise beaucoup moins d’énergie que produire en Europe. C’est un constat scientifique. Il y a plus d’ensoleillement et la température est plus adaptée à la culture que sous des climats tempérés », explique-t-il.
Pour faire face à cette perspective de voir interdire le transport aérien aux produits bios, certaines enseignes britanniques comme Tesco ou encore Marks and Spencer ont commencé à étiqueter certains produits comme étant acheminés par voie aérienne.
(24/08/07)

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +