24 août 2021 - 13:33 |

Chute de 42% et 64% des différentiels cacao Côte d'Ivoire et Ghana en juillet

Juillet n’a guère été un bon mois pour les filières cacao en Afrique de l’Ouest, tant en termes de prix que de volumes.

Selon le rapport mensuel de l’Organisation internationale du cacao (ICCO) publié mardi dernier, le différentiel moyen payé sur les marchés européens pour du cacao de Côte d’Ivoire a chuté de 42% en juillet par rapport à ses niveaux de début de campagne, en octobre 2020, passant de $ 481 à $ 278 la tonne. La tendance a été pire pour le Ghana qui a vu son différentiel chuter de 64%, à $ 374 en juillet contre $ 614 en octobre. Quant au Nigeria, la baisse a été de 46%, à $ 219 contre $ 407. A noter que la fève d’Equateur a subi la même mésaventure, perdant 39% de sa valeur à $ 219 contre $ 407 en début de campagne.

cacao_graph.png

A ceci s’est greffée la mauvaise performance des volumes effectivement livrés à l’échéance du contrat juillet sur le marché à terme de Londres, avec 7 960 tonnes (t) contre 9 280 t en juillet 2020. Et c’est le Nigeria qui a le mieux tiré son épingle du jeu, représentant 66% du total avec 5 250 t de cette origine livrées, devant les 2 610 t (33% du total) de Côte d’Ivoire.

A noter que les volumes de cacao gradé sur les marchés à terme, que ce soit celui de Londres ou de New York, ont progressé fortement sur la période d'octobre 2020 à fin juillet 2021 par rapport à la même période un an auparavant : les volumes ont été multipliés quasiment par six à New York, passant de 16 354 t à 95 487 t tandis qu’à Londres, la progression a été de 14% à 136 800 t. C’est le Nigeria qui est l’origine leader du cacao gradé par le marché à terme ICE Futures Europe sur cette période d'octobre 2020 à fin juillet 2021, avec 54 960 t contre 22 540 t sur la même période un an auparavant. Toutes les autres origines ont vu leurs volumes gradés se contracter sur cette période : très légèrement pour la Côte d’Ivoire avec 33 180 t sur la période octobre 2020-juillet 2021 contre 33 530 t un an auparavant, mais plus fortement pour le Cameroun avec 43 200 t contre 55 000 t et pour le Togo avec 3 240 contre 4 980 t. Sur l’ICE Futures US, tout le cacao gradé était de Côte d’Ivoire soit 9 989 t.

Autre tendance majeure : la forte progression des stocks de fèves de cacao certifiés par l’ICE. Dans les entrepôts européens, sur le mois de juillet, 78% des stocks totaux l’étaient soit 136 160 t et aux Etats-Unis ces volumes otn augmenté de 42% par rapport à juillet 2020, passant de 6 961 t à 46 009 t.

Quant aux prix, l’ICCO souligne leurs montagnes russes sur ce mois de juillet. La baisse a été nette durant la première semaine, suivie d’un beau redressement face à la hausse de 18% des broyages des industries américaines du chocolat alors que, parallèlement, les arrivages hebdomadaires aux ports ivoiriens ralentissaient en raison d’une pénurie de conteneurs ce qui a limité la délivrance de documents d’expédition. Toutefois, la troisième semaine a vu une rechute des prix sur fond de nouvelles mesures de confinement prises notamment en Asie face à la Covid et à la propagation du variant Delta. Mais le mois a terminé en beauté car toutes les régions du monde ont annoncé de belles hausses de leurs broyages de fèves au second trimestre, signe de la reprise de la demande. L'avenir dira si elle est durable.

Pays: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +