24 octobre 2017 - 17:15 |

€ 12 millions de l'UE et l'AFD pour soutenir les projets de la diaspora sénégalaise

L’Agence française de développement (AFD) et l’Union européenne vont cofinancer des initiatives des diasporas sénégalaises de France, d’Espagne, d’Italie et de Belgique en faveur du développement du Sénégal. 

La convention, signée la semaine dernière à Paris lors du troisième séminaire intergouvernemental franco-sénégalais, est d’une durée de quatre ans pour un montant total de 14 millions d’euros, dont une participation de l’Etat sénégalais à hauteur de 2 millions. LUE est le premier contributeur financier du projet avec €10 millions de subvention dans le cadre du Fonds Fiduciaire d’Urgence de l'Union européenne pour l'Afrique.

« En tout, ce sont 150 projets de développement qui seront financés pour répondre aux besoins de territoires ruraux du pays dans les secteurs de l’agriculture, de l’éducation, de la santé ou de l’accès à l’eau potable. Il s’agit aussi de financer 200 missions d’experts dans des domaines divers et d’accompagner 300 entreprises » indique Olivier Kaba, chef de projets migrations pour l'AFD.

Les transferts de fonds de migrants Sénégalais vers Sénégal s’élevaient à plus de $2 milliards en 2016 et représentait 12,8% du PIB, selon la Banque mondiale (cf. nos informations). 

Le projet sera mis en œuvre par la cellule du Programme d'appui aux initiatives de solidarité pour le développement (PAISD) au sein de la Direction de la coopération technique (Secrétariat Général de la Présidence de la République du Sénégal), l’Agence de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises (ADEPME) et la Direction générale des Sénégalais de l’extérieur (DGSE).

Coopération franco-sénégalaise sur les filières agroalimentaires

Dans le cadre de ce séminaire intergouvernemental, une des cinq thématiques prioritaires de la coopération entre la France et le Sénégal est le développement de filières agroalimentaires structurées et de la grande distribution. Dans ce cadre, « l’Agence française de développement pourrait appuyer la mise en place d’un projet pilote de chambre d’agriculture, afin d’offrir aux petits exploitants un cadre de concertation et de formation permettant une montée en gamme progressive » indique Matignon. En outre, pourrait être aussi favorisée la mise en place d' indications géographiques  sur des produits sénégalais comme par exemple le sel du Lac Rose, les huitres de Sine Saloum ou le miel de Casamance.

Pays: 
Secteurs: 

Newsletters

Inscrivez vous à notre Newsletters

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +