25 juillet 2008 - 00:00 |

Chronique : le rendez-vous Matières du jeudi

Les marchés des commodities dans le rouge

Chute du pétrole, reprise du dollar, regain d’attrait pour les marchés des actions, les fonds quittent les matières premières. Café, cacao, sucre, caoutchouc, céréales, soja ont tous chuté le 23 juillet. L’indice Reuters-Jefferies CRB est à un plus bas depuis 11 semaines.

(24/07/08)

CAFÉ L’échéance septembre en Arabica a clôturé 1,50 cents en dessous à $ 1,395 la livre, son niveau le plus bas depuis le 6 juin. Quant au Robusta, il a chuté de $ 63 à $ 2 311 la tonne le 23 juillet. Le marché du Robusta, cependant, continu d’être soutenu par une offre tendue avec la lenteur des embarquements chez le premier producteur le Vietnam, partiellement en raison de facteurs saisonniers Peu d’offres sont actuellement disponibles en Robusta.
Selon, le pool d’analystes de Reuters interrogé le 21 juillet, les cours de l’Arabica devraient augmenter d’ici à la fin de l’année poussés par la faiblesse du dollar et la perspective d’une moindre récolte au Brésil en 2009/10. Le marché du Robusta devrait se stabiliser à son niveau actuel car il est attendu au Vietnam une hausse de la production.
Les exportations de café en Côte d’Ivoire d’octobre 2007 à juin 2008 ont chuté de 3% par rapport à la même période une année auparavant totalisant 75 570 tonnes.
Les torréfacteurs indonésiens pourraient acheter 60 000 tonnes de café vietnamien pour compenser un déficit domestique en novembre quand la principale récolte a pris fin selon le vice-président de l’Association of Indonesian Coffee Exporters.
Les exportations de café du Vietnam devraient progresser de 22,8% en juillet par rapport à juillet 2007 à 1,17 million de sacs, selon l’office des statistiques.

CACAO Le cacao subit la pression des autres marchés et a clôturé en baisse. Un courtier souligne aussi qu’habituellement au mois de juillet et août, où la pluviométrie est plutôt bonne en Afrique, les cours ont tendance à se stabiliser voir à baisser un peu. L’échéance septembre a baissé de $ 28 à $ 2 754 la tonne à New York et celle à Londres de 7 livres à £ 1 445 la tonnes. De plus, l’industrie est peu présente sur le marché ce qui renforce la déprime.
Le pool d’analystes réuni par Reuters estime que les cours du cacao à New York pourraient grimper de 38% à $ 2 800 la tonne d’ici à la fin de l’année par rapport à fin 2007, et ceux de Londres pour le second mois de 45% à £ 1 535 la tonne. «Les risques qui pèsent du côté de l’offre relatifs à l’instabilité politique, à la hausse du coût des inputs et aux maladies dans les principales zones de production, couplés à une forte demande de cacao en provenance d’Europe et le goût croissant des pays émergents pour le cacao, devraient conduire à un marché tendu» affirme Kona Haque de Macquarie Bank.
Quant à l’équilibre offre/demande, le pool a révisé son estimation de janvier dernier où il prévoyait un déficit pour 2007/08 de 30 000 tonnes à 45 000 tonnes. Pour 2008/09, il est prévu un surplus de 22 000 tonnes.
Les arrivées de cacao dans les ports de Côte d’Ivoire, Abidjan et San Pedro, se sont élevées à 1 247 000 tonnes du 1er octobre au 20 juillet contre 1 160 418 tonnes sur la même période en 2006/07, selon les exportateurs.
Les arrivées de cacao à Lagos, Nigeria, ont progressé de 18% à 6 500 tonnes en juin par rapport à juin 2008 selon les estimations des exportateurs du 22 juillet. Un trend qui s’inscrit dans la continuité de ce qui est observé depuis le démarrage de la campagne 2007/08 en septembre. Sur les neuf premiers mois, les arrivées ont totalisé 140 000 tonnes, soit 31% de hausse. Un signe de l’ambitieux programme qu’a lancé le gouvernement pour développer le cacao.

CAOUTCHOUC Les cours à terme du caoutchouc ont perdu plus d’un pour cent le 23 juillet, écrasés par le recul du pétrole et par la nouvelle de la baisse des ventes mondiales de Toyota Motor en 2008. L’entreprise envisage de réduire son objectif de ventes mondiales pour 2008 de 350 000 unités, à 9,5 millions, en raison de la baisse plus marquée que prévu des ventes aux Etats-Unis Le caoutchouc était aussi sous l’effet de ventes importantes après avoir chuté en dessous des principaux points de référence.Le contrat décembre a fini en baisse de 4,2 yens le kilo à 326,4 yens, soit 1,3%. ”Nous savions tous que les ventes de véhicules diminuaient, mais ce genre de nouvelle sur Toyota c’est clairement un facteur pour peser sur les prix”, a estimé Jun Nishimuta, analyste de Kanetsu Asset Management. ”Nous devons aussi regarder les prix du pétrole. Une baisse plus importante des prix du pétrole devrait déclencher de nouvelles ventes sur le caoutchouc”, a-t-il poursuivi.

COTON Contrairement aux autres commodities, le coton n’a pas terminé dans le rouge le 23 juillet. Il avait encaissé la veille la reprise du dollar, la faiblesse des marchés des céréales et le repli du pétrole. L’échéance décembre a progressé de 1,36 cents pour finir à 72,92 cents la livre le 23 juillet. Les dégâts causés par l’ouragan Dolly sur 46.000 hectares de coton dans la Vallée du Rio Grande aux Etats-Unis pourraient être limités.
En Chine, la China Cotton Association (CCA) estimait dans son dernier rapport mensuel que la production de coton en 2008 ne devrait pas excéder celle de 2007 à 7,6 millions de tonnes (Mt). Par ailleurs, la demande de fibres a été affectée par une croissance plus faible des exportations textiles, selon l’administration des douanes de Chine. Ainsi, les importations ont chuté au premier semestre de 52% à 1,18 Mt
En Inde, le gouvernement a demandé le 23 juillet aux exportateurs de coton d’enregistrer leurs contrats auprès de la Textile Commissioner avant l’embarquement. Par ailleurs, l’absence de pluie dans le centre de l’Inde, qui est la principale région de production du coton (environ 60% ), provoque une incertitude quant au volume.

SOJA Comme le maïs ou le blé, le soja a reculé le 23 juillet perdant 5-1/2 à 9 cents le boisseau tandis que la référence août chutait de 8-3/4 à $ 14,08-1/2 le boisseau. Outre l’influence de la conjoncture, l’amélioration des conditions climatiques aux Etats-Unis offre de meilleures perspectives pour la production. En outre, en Argentine, le Sénat a rejeté le 19 juillet le projet de loi d’augmentation des taxes sur les exportations de soja de 35% à 47%. L’annulation du décret ouvre la porte à une hausse des exportations de soja de l’Argentine.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +