25 juillet 2013 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

Le cacao termine en hausse

(25/07/2013)

Cacao. Le cacao a terminé la période sous revue en hausse sur le marché à terme de Londres, les opérateurs s’inquiétant du temps très sec qui pourrait réduire la récolte principale à venir, 2013/14, en Afrique de l’Ouest. En outre, il semblerait que les ventes anticipées en Côte d’Ivoire soient beaucoup plus avancées que certains le croyaient, soulignant que le système fonctionne bien et qu’il n’y aurait pas de craintes à avoir.
De son côté, l’Indonésie a maintenu à 5% sa taxe d’exportation sur les fèves de cacao pour le mois d’août.
Côté consommation, malgré une hausse des broyages au second trimestre en Asie, tout n’est pas rose sur le marché du cacao. En veut pour preuve la baisse du prix de la poudre de cacao, dont l’Asie est très friande, à $ 2 200 la tonne cette semaine contre $ 2 500 la semaine dernière : les stocks demeurent élevés et la demande atone. Une demande émanant, d’ailleurs, essentiellement des pays du Proche Orient et d’Inde. En revanche, le ratio pour le beurre de cacao demeure à un plus haut depuis 2009, à 2,11-2,12 fois le prix de la fève à Londres, avec pour principaux acheteurs l’Europe.
Selon les statistiques de l’Association du cacao d’Asie, qui recouvre la situation de la filière en Malaisie, en Indonésie et à Singapour, les broyages au 2ème trimestre ont progressé de 2% par rapport à la même période en 2012, à 153 792 t. Les broyages sur le premier trimestre ont été revus à la hausse, à 153 932 t contre 140 062 t annoncé précédemment.

Café. L’Arabica a littéralement chuté hier, perdant 3,8% sur une seule séance, sa plus forte baisse depuis le 20 juin, les craintes de gelées au Brésil s’écartant toujours davantage. Ceci a, bien évidemment, engendré des ventes spéculatives. L’Arabica a entraîné avec lui le Robusta qui a perdu $ 35 ou encore 1,8%, sa plus forte chute sur une seule journée depuis un mois.

Caoutchouc. Le prix du caoutchouc naturel sur le marché de Tokyo a atteint cette semaine son plus haut en 7 semaines, mais le marché a trouvé ses limites car le yen s’est raffermi. La demande physique est bonne, les stocks japonais étant au plus bas en 5 mois.

Coton. Sur le marché à terme de New York, les cours du coton ont terminé hier quasi inchangés. D’une part, ils ont été soutenus par la perspective d’une récolte américaine qui devait démarrer le 1er août mais qui sera en retard car les semences ont été tardives et les conditions météorologiques, par la suite, peu favorables. L’offre est donc étroite et ce, d’autant plus que les stocks certifiés totalisent 252 000 balles, selon les statistiques de l’ICE, le niveau le plus faible depuis février.
Mais les cours ne se sont pas, pour autant, envolés car les signes de ralentissement de croissance économique en Chine continuent à inquiéter en terme de débouchés. Or, au niveau mondial, les stocks devraient atteindre un record de 94,34 millions de balles de 480 lb à fin juillet 2014. Grosso modo , 60% de ce coton stocké devrait être acheté par la Chine. A moins que Pékin ne décide elle-même de vendre du coton de ses stocks. Là, la situation du marché mondial se renverserait.

Sucre. Le sucre roux a terminé sur le marché à terme de New York en baisse face à la situation, une fois de plus, brésilienne. Non seulement la production est abondante, mais durant la première moitié du mois de juillet, les raffineries dans les principales régions de production ont accru la part de la canne allant à la fabrication de sucre, à 45,4% contre 41%,9% fin juin. Les disponibilités vont donc être encore plus abondantes qu’anticipées, grossissant les stocks déjà pléthoriques et pesant sur les cours.

Thé. Aux ventes aux enchères de Mombassa mardi, le prix moyen des thés a augmenté à $ 3,90 le kilo contre $ 3,50 la semaine précédente. Les Best BP1 ont varié entre $ 3,62 et 4,18 contre $ 3,20-3,84 la semaine précédente ; les PF1 ont atteint $ 2,65-3,08 contre $2,38-3,04. Les principaux acheteurs sont venus du Pakistan, du Kazakhstan, d’Egypte, d’Afghanistan et du Soudan.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +