25 septembre 2018 - 07:44 |

Coca-Cola conforte sa stratégie de diversification avec l'acquisition de Chi au Nigeria

Le géant mondial des boissons gazeuses, Coca-Cola, prévoit d’acquérir les 60% restants du premier producteur de jus et de snacks au Nigeria, Chi Limited, avec la conclusion de l’accord au début de l’année prochaine.

Coca-Cola a acquis en 2016 une participation initiale minoritaire de 40%  dans le producteur de jus et de collations Chi Ltd, avec l'intention d'augmenter sa participation d'ici trois ans, sous réserve des approbations réglementaires. «Nous sommes toujours en voie d’achever l’acquisition (ndrl de Chi Ltd) d’ici à la fin du premier trimestre de 2019», a déclaré Peter Njonjo, président des activités de Coca-Cola en Afrique de l’Ouest.

Cette décision s’intègre dans la stratégie mondiale de l’entreprise américaine de diversification du géant des sodas face à l’évolution des goûts des consommateurs, qui se tournent de plus en plus vers des boissons jugées plus saine d’autant plus que des taxes sur le sucre sont imposées dans un nombre croissant de pays.  

En août dernier, Coca Cola faisait une percée supplémentaire sur les marchés de boissons non sucrées avec l’achat au britannique Whitbread pour  $ 5,2 milliards de Costa Coffee, deuxième chaîne mondiale de café, derrière Starbucks.  Peter Njonjo a indiqué que développer la consommation de café au Nigéria était une option.  «Au Nigéria, il pourrait y avoir une opportunité autour du café prêt à boire, avec du café glacé, des mélanges de produits laitiers et de café, emballés dans différents formats», a-t-il déclaré. Coca-Cola proposera des boissons à différents prix pour améliorer son empreinte au Nigéria, qui a connu une forte inflation et une croissance économique modeste. Il se concentre sur les petites bouteilles et les canettes afin de stimuler les ventes dans un pays où les consommateurs sont à court d'argent après une récession de 25 ans qui vient de s'achever en 2017.

Coca-Cola, qui s'est engagée en janvier à collecter et recycler ses emballages dans le cadre de sa stratégie mondiale contre la pollution plastique, a annoncé la signature d'un protocole d'accord avec l'unité locale du géant français du ciment Lafarge pour brûler certaines de ses bouteilles en PET dans les fours comme source d'énergie.

Dans ce cadre, Peter Njonjo a déclaré que la société travaillait avec le gouvernement de l’Etat de Lagos pour nettoyer les voies navigables de l’Etat à partir de débris de PET.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +