25 novembre 2019 - 11:59 |

Vers la promotion du riz local au Ghana

Le ministère de l’Alimentation et de l’agriculture du Ghana organise après-demain une réunion décisive auprès des 20 principaux importateurs de riz du pays afin d’étudier les moyens permettant de soutenir les producteurs de riz de Fumbisi et de Gbedembilisi, dans la région du Nord-Est du pays, condamnés à regarder leurs stocks de riz se déteriorer sans trouver d'acheteurs. Face à cette situation, les 20 principaux importateurs du pays ont, d’ores et déjà, pris l’engagement de s’approvisionner en riz produit localement au Ghana, souligne GhanaWeb.

Il aura fallu que le média Citi FM informe dans un reportage de la délicate situation traversée par les riziculteurs ghanéens pour que le phénomène s’embrase et arrive jusqu'aux oreilles du gouvernement. A la suite de son reportage, le chef de la direction de Citi FM, Samuel Attah-Mensah, a lancé une campagne « Buy Ghana Rice » afin d’inciter les consommateurs à privilégier l’achat de riz ghanéen plutôt que celui issu des importations. Il s’est alors déclaré ambassadeur de la consommation de riz local.

La semaine dernière, le ministère de l’Alimentation a réuni les 20 principaux importateurs de riz du pays, un rendez-vous marqué par l’engagement des importateurs de se fournir auprès des producteurs de riz locaux.  La réunion de mercredi s’annonce donc déterminante, elle permettra aux institutions financières et au ministère des Finances de participer aux échanges et de concrétiser les arrangements pris par les importateurs la semaine dernière. On assiste ainsi à une prise de conscience de bon nombre d’acteurs afin de soutenir l’industrie du riz au Ghana. Cette situation est d’autant plus urgente que les riziculteurs s’encombrent d'importants stocks de riz qui se détériorent suite au manque de débouchés .

La Société nationale des stocks régulateur du Ghana a, d’ores et déjà, annoncé qu’elle achèterait tous les produits à base de riz dans les vallées du Nord-Est du pays. L’organisme gouvernemental est sur le point de lancer une série d’intervention auprès de plusieurs institutions du Ghana afin de favoriser la production locale de riz. Deux problèmes ont été identifiés : le manque de marché et de stockage.

Le manque de débouchés pour le riz local du Ghana peut s’expliquer par la réforme du régime des droits d’importation du Ghana, après que les taxes des ports du pays aient été jugées trop élevées. Ainsi en avril dernier, le gouvernement a réduit de 50 % la valeur de référence des droits à l’importation dans les ports du pays (hors automobiles).

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +