26 février 2019 - 16:29 |

Wilmar confiant sur le sucre en dépit de mauvais résultats

Le groupe Wilmar poursuivra et investira dans le sucre en dépit d’une perte avant impôt de $123 millions sur 2018 principalement due à une perte de $138,6 millions sur ses activités au quatrième trimestre en Australie et dans une moindre mesure par les pertes de la nouvelle filiale indienne, Shree Renuka Sugars Limited (SRSL).

Alors que certains ont annoncé se retirer du sucre, comme son compatriote Olam ( voir Le singapourien Olam se retire du sucre) ou Bunge (L’américain Bunge se retire du négoce du sucre), Wilmar compte s’y développer. « Nous continuons à nous développer dans notre secteur du sucre », a déclaré Kuok Khoon Hong, PDG de Wilmar. Ajoutant «Pour moi, le meilleur moment pour développer une entreprise est la période la plus difficile». Pour Wilmar, la demande de sucre continuera de croître à long terme, à un rythme plus lent, mais il y aura également moins d’acteurs.

Globalement sur 2018, le bénéfice net de Wilmar a reculé de 5,7% à $1,128 milliard tandis que le chiffre d’affaires a progressé de 2,1% à $44,487 milliards. Le groupe a réalisé une hausse de son bénéfice avant impôt de 37% pour le secteur des huiles tropicales (plantation, fabrication et négoce) à $586 millions et  de 20,3% à $875 millions pour les oléagineux et céréales. Toutefois, Wilmar a indiqué que l’activité de trituration a été affectée par l'épidémie de peste porcine en Chine provoquant une baisse de la demande en tourteaux.

«Le groupe a enregistré de bonnes performances en 2018, même si nous avons été touchés par les bas prix de l'huile de palme et du sucre dans nos activités en amont et par la volatilité du marché du soja créé par les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine » a estimé Kuok Khoon Hong. Ajoutant « Avec la récente reprise des prix de l'huile de palme brute et une marge satisfaisante pour la transformation en aval, les huiles tropicales devraient continuer à bien se porter en 2019. Les marges de trituration au 1ertrimestre seront affectées par la forte baisse de la demande de farine résultant de l'épidémie de peste porcine africaine en Chine et la forte baisse de la base de soja brésilienne, mais cette tendance devrait s’améliorer au second trimestre ».

Wilmar a aussi indiqué qu’il envisageait une introduction en bourse de sa holding chinoise.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +