26 avril 2018 - 15:15 |

ICCO - Déclaration de Berlin : le statu quo dans le secteur du cacao n'est plus une option

"L'option du statu quo dans le secteur du cacao n'est plus une option. Nous devons briser le moule", avait déclaré Jean-Marc Anga, directeur exécutif de l'Organisation internationale du cacao (ICCO), dans son discours d'ouverture de la 4ème Conférence mondiale sur le cacao à Berlin, lundi (lire nos informations).

Voici dans son intégralité la "Déclaration de Berlin" publiée à l'issue de ces trois jour de travaux.

"Nous, les délégués de la quatrième Conférence mondiale du cacao, tenue à Berlin en avril 2018, constitués de près de 1500 participants de plus de 65 pays, représentant des membres de tous les groupes concernés, y compris les gouvernements producteurs, les agriculteurs, les commerçants et les broyeurs, les transformateurs, les fabricants, les instituts de recherche, les organisations de la société civile, les syndicats, les organisations de consommateurs et bien d'autres.
    1. Depuis la première Conférence mondiale sur le cacao et la rédaction de l'Agenda mondial du cacao en novembre 2012, les efforts déployés à l'échelle du secteur se sont multipliés pour améliorer la vie des agriculteurs, des communautés et de l'environnement. Cependant, ceux-ci n'ont pas été suffisants pour avoir un impact significatif à grande échelle.
    2. Trop de producteurs de cacao vivent encore dans la pauvreté. La déforestation, le travail des enfants, l'inégalité entre les sexes, les violations des droits de l'Homme et de nombreux autres défis sont une réalité quotidienne dans de nombreuses régions cacaoyères.
    3. Nous affirmons que le secteur du cacao ne sera pas durable si les agriculteurs ne sont pas en mesure de gagner leur vie.
    4. Un secteur du cacao durable est une responsabilité collective de toutes les parties prenantes, et nous devrions travailler ensemble pour atteindre cet objectif ambitieux. Des domaines devraient être identifiés pour une collaboration non compétitive accrue, au niveau local, national et mondial, évitant une prolifération d'efforts qui manquent de coordination.
    5. Nous reconnaissons l'urgence et l'ampleur des défis auxquels nous sommes tous confrontés. Nos solutions devront être égales à la taille du problème.
    6. Tout en reconnaissant les engagements du secteur du cacao à assurer la durabilité, il est temps de revoir les moyens par lesquels ceux-ci ont été mesurés et appliqués, reconnaissant que le respect volontaire n'a pas eu d'impact suffisant.
    7. Beaucoup de nos défis ne sont pas spécifiquement basés sur le cacao, mais font partie de problèmes plus larges affectant les communautés rurales. En tant que tel, des approches holistiques, y compris une gouvernance efficace, doivent être envisagées et mises en œuvre, où le cacao peut jouer un rôle moteur dans le développement rural.
    8. La volatilité des cours mondiaux et les faibles prix à la production ont eu un fort impact négatif sur le secteur.
    9. Sans les agriculteurs, il n'y a pas de cacao. Tous les acteurs devraient travailler ensemble pour créer un environnement favorable à la professionnalisation de la culture du cacao.
    10. Reconnaissant que la culture du cacao est un secteur d'activité, les organisations paysannes devraient être plus fortes et les agriculteurs devraient être encouragés à s'auto-organiser. Cela devrait inclure des politiques appropriées au niveau national.
    11. Reconnaissant le rôle du secteur du cacao, de l'exploitation forestière et des feux de brousse comme moteur de la déforestation et de la dégradation des forêts, et reconnaissant la contribution importante du secteur du cacao à la restauration des forêts et des paysages résilients, nous nous engageons à: travailler ensemble dans son ensemble à la chaîne d'approvisionnement du cacao - en collaboration avec la communauté internationale - pour mettre fin à la déforestation et promouvoir la protection et la restauration des forêts. Nous devrions améliorer les rendements sur moins de terres.
    12. Une nouvelle vision est nécessaire pour parvenir à une véritable durabilité sectorielle.

Recommandations

Production durable
    1. Toutes les parties prenantes devraient élaborer et mettre en œuvre des politiques permettant aux producteurs de cacao de gagner leur vie.
    2. Toutes les parties prenantes devraient encourager les politiques et les activités visant à renforcer la position et les droits des femmes.
    3. Les parties prenantes concernées devraient contribuer à créer un environnement favorable qui améliore l'accès à l'épargne, au crédit, au financement et à l'assurance, y compris pour les petits agriculteurs.
    4. Les gouvernements productifs et les initiatives sectorielles devraient mettre en œuvre et appliquer des politiques et des pratiques qui assurent la protection de l'environnement, y compris les mesures anti-déforestation et reboisement, la protection des sols et les systèmes agroforestiers.
    5. Les gouvernements devraient tenir dûment compte des besoins des agriculteurs dans le commerce international, y compris des options pour de solides lois internationales sur la concurrence qui encouragent le commerce équitable pour les agriculteurs et les consommateurs.
    6. Le travail des enfants n'a pas sa place dans une chaîne de valeur durable du cacao. Tous les secteurs devraient accroître leurs efforts, leur efficacité et leur coopération pour éradiquer le travail des enfants et ses causes profondes.
Industrie durable
    7. La traçabilité de la chaîne d'approvisionnement devrait être reconnue comme une nécessité pour une chaîne de valeur durable. Un consensus sectoriel sur la traçabilité devrait être développé. Des efforts doivent être entrepris pour veiller à ce que cela n'entraîne pas de coûts supplémentaires et que d'autres charges soient transférées aux agriculteurs sans une rémunération suffisante.
    8. Les efforts de durabilité sectorielle doivent être transparents et rendre compte publiquement de leurs efforts et de leurs impacts, notamment par le biais de cadres de suivi et d'évaluation appropriés.
Consommation durable
    9. Engager le secteur dans des activités dynamiques pour stimuler la transformation dans les pays d'origine et une consommation saine de cacao dans les pays d'origine et les marchés émergents du cacao.
    10. Se conformer aux prescriptions SPS est dans l'intérêt des consommateurs et des producteurs. Il est essentiel de s'assurer que l'assistance nécessaire (technique, financière ou autre) est fournie pour permettre aux producteurs de se conformer à ces exigences.


Gestion durable
    11. Les gouvernements des pays producteurs doivent coordonner les politiques nationales et régionales du cacao, en tenant particulièrement compte de l'impact que cela peut avoir sur les prix du cacao.
    12. Les gouvernements des pays producteurs devraient renforcer les plans nationaux de développement du cacao (NCDP); y compris un renforcement des infrastructures, des services de vulgarisation, de la diversification des exploitations, de la sécurité foncière, etc., en s'efforçant d'assurer une approche transparente, inclusive et participative dans l'élaboration et la mise en œuvre des PNCD.
    13. Les gouvernements des pays producteurs sont invités à effectuer un inventaire fiable des stocks de cacaoyers.
    14. Toutes les parties prenantes sont invitées à renforcer la diligence raisonnable en matière de droits de l'homme tout au long de la chaîne d'approvisionnement, y compris par le biais de mesures réglementaires potentielles prises par les gouvernements.
    15. Les secteurs public et privé sont encouragés à stimuler la recherche et le développement scientifiques en faveur d'une production, d'une consommation et d'un traitement innovants durables.
    16. Les gouvernements des pays producteurs et consommateurs sont invités à réévaluer l'efficacité et la transparence de leurs investissements dans le secteur du cacao.
    17. L'ensemble du secteur du cacao, y compris l'industrie, les gouvernements des pays consommateurs, les pays producteurs, les bailleurs de fonds internationaux, les cacaoculteurs et autres institutions concernées, sont appelés à accroître leurs investissements dans l'amélioration du secteur du cacao.
    18. Il est temps d'agir maintenant."

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +