26 juillet 2007 - 16:43 |

Forum de l'AGOA : cap sur l'agriculture

Des programmes de formation entre universités américaines et africaines seront mis en place

A partir de l’article publié par allAfrica.com sur le web le 24 Juillet 2007
By Jim Fisher-Thompson
rédacteur De L’usinfo, Washington, DC

Environ un millier de personnes, représentants d’Etats, entreprises, organisations non gouvernementales, étaient réunies à Accra, au Ghana, la semaine du 16 juillet pour le Sixième Forum annuel de l’AGOA (loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique). Les États-Unis ont annoncé des mesures visant à renforcer cette loi adoptée en 2000. A cette occasion, il a été souligné l’importance pour les pays africains de diversifier leurs exportations et renforcer leur secteur agricole.
« Ces dernières années, nous avons élargi notre coopération », a indiqué la secrétaire d’État, Mme Condoleezza Rice,en faisant état de l’Initiative sur la croissance et la compétitivité africaines et du Fonds de diversification de l’AGOA. « A présent, a-t-elle dit, nous renforçons encore ces excellents efforts par une nouvelle initiative » visant à rendre plus concurrentiels les produits agricoles africains.
Un nouveau programme d’échanges d’universitaires est destiné à renforcer les compétences du personnel d’instituts agronomiques en Afrique, a-t-elle déclaré. Quelque 6 400 produits africains peuvent être exportés aux Etats-Unis en franchise de douane et sans contingent dans le cadre de l’AGOA, mais les hydrocarbures représentent actuellement plus de 80 % des exportations des pays africains.
Ces produits « doivent répondre aux normes sanitaires des pays développés. Afin de vous aider à atteindre ce but, nous procédons à la création d’un Programme d’échanges universitaires destiné à permettre à certains des meilleurs agronomes africains de venir faire des études dans des universités américaines. »

Des universités américaines et africaines au secours du secteur agricole
A partir du mois d’août, le nouveau Programme américano-africain de renforcement des capacités sanitaires et phytosanitaires mettra en rapport des universitaires américains avec des universitaires africains dans le domaine agronomique. Pendant la première année de ce programme, deux universités américaines, Ohio State et Texas A&M, accueilleront sept professeurs de six pays bénéficiaires de l’AGOA : le Botswana, le Ghana, Maurice, le Nigeria, l’Ouganda et le Sénégal.
« Nous sommes ici pour faire en sorte que l’agriculture contribue à l’économie africaine et à la prospérité des Africains », a déclaré un haut responsable du ministère de l’agriculture des Etats-Unis, M. Mark Keenum, qui a également annoncé quatre mesures destinées à stimuler les exportations de produits agricoles africains :
  1. en août, une session de formation organisée à l’intention d’inspecteurs namibiens de viande de boeuf leur permettra de mieux s’informer des normes américaines en matière d’importation de cette catégorie de viande et de les appliquer ;
  2. un échange éducatif dans le cadre du programme de bourses d’études Norman Borlaug du ministère américain de l’agriculture permettra à sept boursiers de six pays bénéficiaires de l’AGOA d’étudier la production de cacao dans plusieurs universités américaines ;
  3. enfin, une série de séminaires sur l’homologation des produits biologiques se tiendra dans divers pays de l’Afrique subsaharienne en 2008.
Coup de pouce à l’infrastructure
Pour sa part, la directrice par intérim de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international, Mme Henrietta Fore, a aussi annoncé plusieurs mesures relatives à la mise en place de l’infrastructure nécessaire dans le secteur agricole :
  1. l’établissement de l’Alliance des semences de l’Afrique de l’Ouest (West Africa Seed Alliance ou WASA), dont le budget prévu est de $ 7,7 millions et dont l’objectif est de créer un secteur des semences qui garantira la fourniture à de petits agriculteurs de semences bon marché, ainsi que d’augmenter de $ 50 millions les recettes d’origine agricole des pays désireux d’exporter à l’étranger. Des entreprises du secteur privé telles que la société Monsanto et des organisations non gouvernementales telles que la Fondation Bill et Melinda Gates participeront à la réalisation de ce projet ;
  2. le Projet de Kalangala en Ouganda qui vise à améliorer le réseau routier, l’alimentation en eau et en électricité ainsi que la liaison par bateau de l’île Bugala dans le lac Victoria. Il s’agit de créer 5 000 emplois tout en fournissant de l’eau potable et de l’électricité aux 50 000 habitants de cette île, en améliorant leur niveau de vie et en rendant possible la culture et le transport de produits destinés à l’exportation ;
  3. un nouvel accord conclu entre le ministère du commerce des Etats-Unis et des Etats africains afin d’aider ces derniers à appliquer leur droit de la propriété intellectuelle.
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +