26 novembre 2019 - 15:17 |

Face aux tensions Chine/USA, l'Afrique doit se concentrer sur elle-même

Regain de tensions entre la Chine et les Etats-Unis. Les acheteurs chinois ont importé une vingtaine de cargaisons de soja brésilien la semaine dernière sur fond d’incertitude et de tensions autour d’un accord commercial avec les Etats-Unis, souligne Reuters. Les importateurs ont également bénéficié de la nouvelle récolte de haricots brésilienne fraichement cultivé.

Les dirigeants des deux pays avaient pourtant envoyé des signaux positifs et on s’acheminait – pensait-on – doucement vers la concrétisation d’un accord entre les deux super-puissances. Mais les tensions sont toujours palpables, si bien que les acheteurs chinois ont considérablement diminués leurs achats cette année auprès des Etats-Unis, leur second fournisseur, et préfèrent toujours s’approvisionner au Brésil.

La guerre commerciale dure depuis 16 mois et les acheteurs chinois utilisent la farine de soja pour nourrir leurs troupeaux de porcs. Les éleveurs n’ont que des stocks limités et les stocks nationaux de soja ont chuté à leurs plus bas niveaux depuis 6 ans (355 100 tonnes) la semaine dernière. Néanmoins, la grave crise que traverse la filière porcine et les pires épidémies jamais enregistrées dans le cheptel porcin chinois, dont le nombre a diminué de 40 %, conduit les éleveurs à hésiter lorsqu’il s’agit de constituer des stocks de soja important.

Une recrudescence des tensions

« Les Etats-Unis sont largement engagés dans l’unilatéralisme et le protectionnisme et portent atteinte au multilatéralisme et au système commercial multilatéral. Il est devenu le plus grand facteur de déstabilisation du monde », a souligné samedi dernier Wang Yi, conseiller d’Etat chinois et ministre chinois des Affaires étrangères, lors d’une réunion avec son homologue néerlandais au cours du G20 au Japon.

Des propos qui répondent à l’adoption, la semaine dernière, de deux projets de loi de la Chambre des représentants américaine, dont l’un soutient les manifestants de Hong Kong et l’autre avertit la Chine sur les droits de l’Homme.

L’Afrique doit diversifier ses marchés d’exportations

Face à la recrudescence des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, a exhorté hier les pays africains à diversifier leurs marchés d’exportation et à valoriser leurs matières premières, souligne Reuters.

En effet, les perspectives de croissance du continent devraient s’établir à 3,4% cette année et 3,9 % l’année prochaine, mais ces taux pourraient être amenés à baisser si l’économie mondiale ralentit et surtout si l’économie chinoise faiblit. En effet, la guerre commerciale sino-américaine pourrait conduire à une baisse de la demande de matières premières en provenance du continent africain. Des craintes accrues par le Brexit qui pourraient modifier les rapports commerciaux entre le pays et le continent africain. Ainsi, le président de BAD déclare : « Le plus important pour l’Afrique, c’est que ce continent se concentre sur ce qui fonctionne pour lui-même, c’est la zone de libre-échange continentale pour l’Afrique ».

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +