27 mars 2015 - 00:00 |

Le Nigeria pourrait se tourner vers le blé français

Le Nigeria, qui importe principalement son blé des Etats-Unis, pourrait se tourner vers le blé français, devenu plus compétitif avec la chute de l'euro, a indiqué mercredi le ministre de l'Agriculture Akinwumi Adesina.

"Si vous êtes moins chers, c'est bon pour nous : avec la baisse du cours du naira (la monnaie nigériane) vous avez l'avantage, d'autant que le Nigeria a toujours entretenu une excellente relation avec la France", a-t-il affirmé à l'AFP lors de son passage à Paris.

Première économie d'Afrique et cinquième producteur mondial de pétrole, le Nigeria souffre à la fois de la dépréciation de la monnaie nationale à l'approche du scrutin présidentiel et législatif de samedi et de l'effondrement des cours de l'or noir.

Le ministre reconnaît qu'en dépit des efforts conduits depuis trois ans pour accroître la production de blé dans le pays, le plus peuplé d'Afrique avec 174 millions d'habitants, le Nigeria devait toujours compter sur l'importation.

L'an dernier, le pays a acheté pour près d'un milliard de dollars de blé américain.

"Nous dépensons tellement d'argent pour importer le blé nécessaire au pain, il faut absolument réduire ces dépenses de l'Etat. Même s'il est hors de question de bloquer le commerce", affirme-t-il.

Le Nigeria a introduit ces dernières années six variétés de blé adaptées aux conditions de culture tropicales, qui ont permis des rendements de 6 t/ha, insiste-t-il. Par comparaison, "dans les années 80, les variétés des zones tempérées donnaient des rendements inférieurs à 1 t/ha".

En 2014, 42 000 ha de ces nouvelles variétés, dont " les semences ont été distribuées gratuitement aux paysans" ont été mises en culture. "Cette année l'objectif est d'atteindre 75 000 ha" dans les grandes zones de culture du Nord-Ouest, Nord et Nord-est.

Cette dernière région en particulier est, cependant, la cible des attaques régulières du groupe terroriste islamiste Boko Haram, qui perturbent régulièrement les travaux agricoles.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +