27 juin 2018 - 12:45 |

L'incitation fiscale toujours d'actualité en Côte d'Ivoire pour inciter à transfomer le cacao

Grâce aux avantages fiscaux que le gouvernement de Côte d'Ivoire accorde à l'industrie, le n°1 mondial du cacao pourrait broyer sur place 1 million de tonnes (Mt) de fèves de cacao, soit la moitié de sa production actuelle de fèves, a confirmé vendredi dernier à Reuters le directeur général adjoint du Conseil du café-cacao (CCC), Yao N’goran. Le récent investissement de Ivory Cocoa Products en témoigne (lire notre article paru hier).

Rappelons que le gouvernement a conclu en 2017 des accords avec quasiment tous les groupes impliqués dans la filière, selon Mariam Kone, secrétaire exécutive du Gepex, dont les géants Barry Callebaut, Cargill, Olam afin que chacun augmente de 7,5% ses broyages, moyennant quoi ils pourraient bénéficier d'incitations fiscales.

Ceci dit, souligne Mariam Kone, le pays devra accorder des incitations supplémentaires notamment une indemnisation pour le renchérissement du coût de l'électricité, un des facteurs qui dissuadent les groupes à accroître leur transformation industrielle du cacao. Le coût d'importation des machines mais aussi d'obtenir des spécialistes spécialisés dans la maintenance des machines sont aussi des facteurs peu incitatifs.

"Je pense que l'objectif pourra être atteint d'ici 2022 mais nous aurons besoin de plus d'incitations fiscales et autres", a déclaré à Reuters Loïc Biardeau, directeur général de Barry Callebaut en Côte d'Ivoire.

Et si la Côte d'Ivoire interdisait l'exportation de fèves de cacao brutes, s'interrogent certains analystes, l'industrie n'aurait plus le choix et la questions des incitations ne se poserait pas (lire notre Dossier Cacao). Le Kenya envisage une telle mesure pour son café (lire nos informations).

La capacité de broyage installée en Côte d'Ivoire est de 712 000 t actuellement mais que seulement 519 000 t l'ont été la campagne dernière. La Côte d'Ivoire rivalise chaque année avec les Pays-Bas pour la place de premier broyeur mondial.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +