27 décembre 2009 - 00:00 |

La Chronique Matières du jeudi

Repli des cours avec la fermeté du dollar

(24/12/09)

CACAO Les cours se sont inscrits en recul cette semaine. Après avoir touché des plus hauts de 30 ans la semaine dernière, les cours se sont consolidés. L’offre mondiale est toujours abondante avec notamment des livraisons de Côte d’Ivoire importantes.
Les arrivées aux ports de Côte d’Ivoire ont atteint 504 282 tonnes au 13 décembre 2009, en hausse par rapport aux 393 960 tonnes sur la même période en 2008, selon les chiffres de la Bourse du Café et du Cacao. De leur côté, les exportateurs estiment que les arrivées seraient de 549 000 tonnes au 20 décembre. Les bonnes conditions climatiques depuis le début de la saison devraient soutenir la production en janvier, selon les exportateurs et les producteurs.
Les exportations de cacao du Nigeria ont atteint 18 039 tonnes au 31 octobre, en hausse de 84% par rapport à la même période en 2008, selon la Federal Produce Inspection Service (FPIS). La hausse des embarquements en octobre est un signe de reprise des exportations après avoir chuté pendant 10 mois en raison de la crise économique mondiale.

CAFE La baisse des cours du café a été couplée avec la hausse du dollar. Mais l’activité à court terme est bonne, souligne un courtier. L’analyste F.O.Licht prévoit une très forte chute de la production mondiale de café en 2009/10 à 127 millions de sacs contre 135 millions de sacs en 2008/09. «Les perspectives pour 2009/10 offrent une image mitigée actuellement. Le marché sera dans une année de faiblesse de la production en raison du cycle biennal avec une production significativement réduite au Brésil et une récolte vietnamienne également moindre» affirme F.O.Litch dans son rapport du 22 décembre. En revanche, en Colombie, la production devrait reprendre en 2009/10 après une récolte désastreuse en 2008/09.
Quelques jours auparavant, le département américain de l’Agriculture (USDA) avait estimé que la production mondiale de café s’établirait à 125,2 millions de sacs, en baisse de 2,2 millions de sacs par rapport à son estimation de juin. Avec les pluies torrentielles qui se sont abattues dans les provinces de Dak Lak et Lam Dong, la récolte vietnamienne a été réduite de 850 000 sacs à 17,5 millions de sacs.En revanche, l’USDA a maintenu sa prévision de production au Brésil à 43,5 millions de sacs pour 20069/10.

COTON Les prix du coton se sont repliés cette semaine à New York, après avoir touché la semaine précédente leur plus haut niveau depuis juillet 2008, pénalisés par le renforcement du dollar. Le marché a été contenu par la progression du dollar et par la résistance de l’industrie à payer des prix élevés, selon Plexus Cotton. ”Dans le même temps, l’industrie doit composer avec une offre qui sera très limitée aux deuxième et troisième trimestres 2010, et nous pensons donc que le marché n’a pas atteint son zénith”, souligne Plexus Cotton. Les cours ont clôturé le 24 décembre 73,65 cents. Depuis le plus bas atteint en mars ils ont progressé de 80%.
La Chine a annoncé des quotas d’importation de 1,894 million de tonnes (Mt) de coton en 2010, indique la China Cotton Association. Un million de tonnes seront achetées avec une taxe variable à l’importation comprise entre 5 à 40 , suivant les prix, et les 894 000 tonnes seront taxées à hauteur de 1 . Selon la dernière estimation de la China Cotton Association, la production chinoise de coton s’établirait entre 6,4 et 6,7 millions de tonnes, soit plus de 10% de moins qu’en 2008. Cotlook a revu en décembre la consommation chinoise à 9,650 Mt contre 9 Mt en novembre.
Le Burkina Faso devrait produire environ 416 000 tonnes de coton graine en 2009/10 contre un objectif initial de 520 000 tonnes. La Sofitex produirait 370 000 tonnes. La faiblesse des pluies ainsi que la réduction des superficies ensemencées expliquent ce recul de la production.
Au Brésl, le Département américain de l’Agriculture (USDA) estime que les superficies ensemencées en 2009/10 seraient en retrait de 5% en 2009/10 par rapport à l’année dernière à 800 000 hectares. Mais la production se maintiendrait à 5,5 millions de tonnes avec des rendements plus élevés.

HUILE DE PALME Après trois jours de pertes, les cours de l’huile de palme se sont redressés le 24 décembre gagnant 2,2% à 2 554 ringgits ($745) la tonne pour le contrat de mars soutenus par la hausse du prix du pétrole. Les traders estiment que les stocks pourraient chuter d’environ 13% à 1,68 millions de tonnes en décembre (par rapport à novembre). Les exportations se ralentissement. Selon Intertek Testing Services, les exportations malaisiennes d’huile de palme ont reculé de 11,4% du 1er au 25 décembre par rapport au mois dernier à 1 002 828 tonnes.
L’Indonésie, premier producteur mondial, devrait augmenter en janvier sa taxe à l’exportation d’huile de palme pour l’établir à 3% contre zéro actuellement ainsi que son prix de base à l’exportation à $ 694,60 la tonne contre $ 623 en décembre. «Si les prix de l’huile de palme continuent d’augmenter à 3 000 ringgits la tonne ($873,36) l’année prochaine, nous comptons augmenter notre taxe à l’exportation en raison de notre système de taxe progressif» a précisé Susanto Yang, directeur de la division marketing à l’Indonesian Palm Oil Association (GAPKI). Depuis novembre 2008, le gouvernement a augmenté le prix minium de référence à $ 701 la tonne, contre $550 auparavant, afin de soutenir l’industrie face à la crise mondiale. Depuis, les exportateurs ont payé une taxe seulement en juin et en juillet car les prix de l’huile de palme sont demeurés bas sur la majeure partie de l’année. Les prix ont commencé à s’apprécier à partir d’octobre, et ont augmenté de 19% depuis la fin octobre.
Les industriels estiment que la hausse de la taxe pourrait rendre les produits à base d’huile de palme d’Indonésie moins compétitifs que ceux de son concurrent la Malaisie. «Il y aura un impact, mais il sera insignifiant» affirme Daud Dharsono, président de la première firme d’huile de palme indonésienne, PT Smart. De plus, la production d’huile de palme de Malaisie en 2010 devrait se situer en dessous des 17,5 millions de tonnes prévues en 2009. GAPKI projette des exportations pour l’Indonésie de 17 millions de tonnes en 2010 contre environ 16 millions de tonnes estimées cette année.

SUCRE Alors que globalement les matières premières s’affaissaient, les cours du sucre ont affiché la veille de Noël leur plus haut niveau depuis 29 ans, grimpant de 0,58 cents à 27,08 cents à New York pour le contrat de mars. Les cours sont soutenus pas les pluies excessives au Brésil qui menacent la production de canne à sucre. Un autre facteur de soutien est le déficit mondial en sucre, que Czarnikow estime à 13,5 millions de tonnes en 2009/10, après un déficit de 15,8 Mt en 2008/09.

THE Les cours du thé sont en léger recul cette semaine sur le marché aux enchères de Mombassa, le Best BP1s s’est vendu entre $5,33 et $5,17 le kilo contre $5,60 et $5,30 la semaine précédente. La demande est soutenue mais irrégulière.
Selon une étude de la FAO, les prix du thé, après les niveaux record de cette année, devraient diminuer en 2010 suite au retour à la normale des conditions climatiques dans les principales régions productrices de thé d’Asie et d’Afrique (cfCommodAfrica). La production de thé au Kenya a d’ailleurs progressé de 4% en novembre, par rapport à novembre 2008, selon le Tea Board of Kenya avec 35,8 millions de kilos, soit plus 9% qu’en octobre 2009. Une augmentation consécutive à une amélioration des conditions climatiques.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +