28 janvier 2019 - 15:14 |

Les entreprises mondiales de la semence investissent peu en Afrique de l'Ouest

Les ventes des 13 principales sociétés semencières mondiales n’ont atteint que 47 millions des 500 millions de petits exploitants agricoles dans le monde en 2017. En outre, la plupart des investissements ont été investis dans un petit nombre de pays, principalement en Asie du Sud et du Sud-Est, souligne le rapport  2019 Access to Seeds Index (Indice d'Accès aux Semences), publié aujourd'hui par la fondation Access to Seeds basée à Amsterdam.

Dans ces régions, les entreprises mondiales investissent massivement dans les activités de semences locales: 12 d’entre elles dans la sélection et 12 dans la production. En revanche, ces activités sont rares en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, deux entreprises seulement investissant dans la recherche au niveau local et une dans la production, souligne le communiqué.  

"Bien que l’industrie réalise des progrès dans la mise au point de variétés plus nutritives et plus résistantes au climat, il est clair qu’il faut faire plus", a déclaré Ido Verhagen, directeur exécutif de l’Access to Seeds Index. "Des changements importants ne seront pas possibles sans atteindre un pourcentage plus élevé de petits exploitants, qui représentent la grande majorité (80% ) de la production alimentaire mondiale."            

Premier de l'indice, la société thaïlandaise East-West Seed qui a une approche unique centrée sur les petits exploitants et une clientèle composée presque exclusivement de petits exploitants (98%). Les entreprises suisse Syngenta et allemande Bayer sont pratiquement à égalité en deuxième et troisième position.              

Atteindre un plus grand nombre de petits exploitants et orienter les investissements vers d’autres régions est essentiel pour lutter contre la malnutrition croissante, poursuit le communiqué. Selon le rapport, le nombre de personnes souffrant de la faim est passé de 784 millions en 2014 à près de 821 millions en 2017, en partie à cause du manque d'accès à des aliments nutritifs. Cependant, seules six des 13 sociétés semencières mondiales déclarent que la valeur nutritionnelle est une priorité pour leurs programmes de sélection.

En outre, l'industrie mondiale des semences peut faire davantage pour répondre à ce besoin de diversification en fournissant un plus grand nombre de cultures et de variétés, notamment de légumineuses et de cultures locales, qui sont actuellement négligées, selon les auteurs.        

Sur les 13 entreprises évaluées, 12 soulignent que l'augmentation des rendements et une tolérance accrue au climat et aux aléas climatiques sont essentielles lors de la reproduction. Cela se traduit par une augmentation de la sélection de cultures de plein champ et de variétés de légumes résilientes face au climat depuis 2016.          

Filières: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +