28 février 2014 - 00:00 |

Oxfam distribue des bons points à Nestlé, Unilever et Coca-Cola

La campagne “La face cachée des marques” porterait ses fruits

Plusieurs grands groupes du secteur de l’agroalimentaire sont en train de prendre des mesures pour améliorer les effets sociaux et environnementaux de leur activité dans les pays pauvres, même si de nombreux efforts restent à mener, a déclaré mercredi l’ONG Oxfam.

Dans le cadre de sa campagne ”La Face cachée des marques”, lancée il y a un an”, Oxfam a classé les principales entreprises du secteur en fonction de leurs actions par rapport à une série de domaines, parmi lesquels les petits exploitants, les employés agricoles, les changements climatiques et la transparence.

L’ONG a précisé que les groupes jugés les plus responsables, comme le trio de tête formé par Nestlé, Unilever et Coca-Cola, se distinguaient de plus en plus des autres, tandis que dans le bas du classement, General Mills a remplacé Associated British Foods en dernière place.

Selon Oxfam, la campagne a bénéficié de l’implication de milliers de consommateurs, qui se sont directement adressés aux entreprises, et d’un communiqué de 31 fonds d’investissement, qui représentent 1,100 milliards d’euros d’actifs et ont relayé les demandes de l’ONG.
“Ceux qui n’agissent pas assez vite en paieront le prix auprès de l’opinion publique, des investisseurs et des communautés sur le terrain”, a jugé Chris Jochnick, directeur des activités d’Oxfam pour le secteur privé.”Ce qui attire en premier l’attention des entreprises, ce sont les questions de réputation, mais au fur et à mesure qu’elles approfondissent ces sujets, elles commencent à trouver des arguments financiers pour bien faire”, ajoute-t-il.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +