28 mars 2012 - 15:30 |

Bientôt des fleurs "durables"

Une démarche de la Sustainable Trade Initiative (IDH)

La Sustainable Trade Initiative (IDH) lancera dans les prochains mois un nouveau programme, « Floriculture Sustainability Initiative (FSI) », pour créer une base de référence pour intégrer la production durable dans le secteur de la floriculture mondiale. En collaboration avec The Association of Wholesale Trade in Horticultural Products (VGB), BGI flowers, le WWF Kenya, BRO, FloraHolland, EPHEA, des détaillants du Royaume-Uni et d’autres intervenants, IDH aidera à transformer le secteur des fleurs dans un marché durable.
«Nous avons besoin d’une vision commune et internationale pour une approche multipartite afin de répondre aux défis en termes de durabilité. Le FSI sera la structure adéquate qui nous permettra de le faire. A ce stade, l’initiative est déjà largement soutenue par les principales parties prenantes internationales dans notre secteur», a déclaré Herman Boon, président de la VGB et président par intérim de la FSI.
Au cours de la phase de démarrage, le FSI se concentrera sur l’alignement des intérêts mondiaux et régionaux, ainsi que sur les initiatives visant à créer des conditions égales pour les entreprises productrices, à la fois en Europe et en dehors de l’Europe. Il mettra au point une norme acceptée au niveau international et veillera à la participation active des principaux acteurs de la chaîne logistique, afin de former une approche commune des questions clés dans la chaîne d’approvisionnement (par exemple, l’eau – le lac Naivasha). En outre, le FSI initiera une communication conjointe sur les activités durables du secteur et les développements.
La phase de démarrage est prévue pour la fin de l’été de cette année. Tous les partenaires travailleront de parvenir à un lancement réussi du FSI à la Floriade 2012.
Initiée, fondée et initiée par le gouvernement néerlandais, la mission de la Sustainable Trade Initiative (IDH) est de développer le commerce durable sur les principaux marchés à travers le soutien à la création de coalitions en regroupant des agences gouvernementales, des sociétés du secteur privé, des syndicats et des organisations non gouvernementales.
Des programmes existent déjà sur le cacao, les bois tropicaux, le thé, les pierres naturelles, le soja, le tourisme, le coton, l’aquaculture, les épices et l’électronique.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +