28 mai 2013 - 00:00 |

En annulant $ 900 millions de dettes de l’Afrique, le Brésil se positionne sur l’agriculture

 Le Brésil, de plus en plus présent en Afrique, a annoncé samedi qu’il annulerait ou restructurerait quelque $ 900 millions de dettes contractées par des pays africains. L’annonce sera officialisée par la présidente Dilma Rousseff, en visite à Addis-Abeba pour le 50e anniversaire de la création de l’Union africaine, a précisé son porte-parole. La dirigeante de la principale puissance économique d’Amérique du Sud devrait aussi profiter de l’occasion pour lancer une nouvelle agence de développement, a ajouté Thomas Traumann.
Douze pays africains bénéficieront de cette remise de dettes, parmi lesquels la Tanzanie, débitrice de $ 237 millions, et le Congo. Pour l’essentiel, cette dette remonte aux années 1970.
Selon le porte-parole de la présidence brésilienne, ces annulations vont permettre au Brésil de débloquer de nouveaux crédits aux Etats africains qui, a-t-il dit, seront ciblés sur les infrastructures, l’agriculture et les programmes sociaux.
Signe des temps, les puissances économiques émergentes du groupe des BRIC (dont le Brésil, la Chine, l’Inde et la Russie) sont devenues le premier partenaire commercial de l’Afrique et le plus gros investisseur. D’après la Standard Bank, le commerce entre les BRIC et l’Afrique dépassera les $ 500 milliards par an d’ici 2015.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +