28 juillet 2017 - 10:15 |

L'Indonésie entend proposer un accord commercial préférentiel à la Cedeao

L'Indonésie, dans sa quête de diversification de marchés, a ciblé le Nigeria et l'Afrique du Sud comme ses deux plaque-tournantes africaines, avait expliqué le 19 juillet le ministre indonésien du Commerce Enggartiasto Lukita avant de se rendre dans ces deux pays du 20 au 26 juillet, à la tête d'une délégation de 21 entreprises. "L'Afrique du Sud est le pays clef pour accéder aux membres de la Sacu (Southern African Custom Union), tandis que le Nigeria est la passerelle vers la Cedeao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest)", avait-il déclaré, avant de s'envoler.

Parmi la délégation, des opérateurs de tous les secteurs dont les produits agricoles, l'industrie de l'alimentation, l'huile de palme, les épices, la volaille, les textiles. Le ministre avait aussi précisé que des échanges commerciaux d'Etat à Etat pouvaient être négociés étant donné que l'Indonésie avait besoin de pétrole, de gaz et d'armes, tandis que l'Indonésie pouvait fournir de l'équipement de transport et de l'huile de palme, avait rapporté le Jakarta Post. Si avec l'Afrique du Sud l'Indonésie a un excédent commercial qui s'est élevé à $ 437 millions en 2016, avec le Nigeria, Jakarta a enregistré un déficit de $ 969,2 millions l'année dernière à cause de ses importations de pétrole et de gaz. Toutefois, pétrole et gaz mis à part, la balance commerciale est excédentaire de $ 302,7 millions à la faveur de l'Indonésie. Il s'agit essentiellement d'huile de palme et de ses dérivés, de médicaments et d'épices.

L'huile de palme au cœur d'un accord commercial préférentiel à venir

Mardi, à Lagos, le ministre Enggartiasto Lukita a fait part à son homologue nigérian, Okechukwu Enelamah, et au président de la Cedeao Marcel De Sousa qui a participé à l'entretien selon Reuters, de la volonté du gouvernement indonésien de soumettre à la Cedeao, dans un avenir proche, une proposition d'accord commercial préférentiel. La réponse, a-t-il précisé, pourra être régionale ou bilatérale.

Cette proposition d'accord comprendrait, entre autres, de réviser les tarifs commerciaux, dont celui sur l'huile de palme entrant au Nigeria qui est de 35%, ce que le responsable indonésien juge trop élevé. En outre, il a évoqué la politique nigériane de restriction de certaines importations - le palmiste, l'huile de palme, les produits d'huiles végétales, le riz, la margarine, les meubles, etc. Un dossier qu'il entend ouvrir, tout en sachant que le Nigeria mène cette politique pour des raisons de gestion de devises.

Les nouilles "Indomie", témoin du succès des investissements indonésiens

Lundi, un Business Forum Indonésie-Nigeria (le deuxième en deux mois) s'est tenu. Six accords inter-entreprises auraient été signés dont certains touchant à l'agro, rapporte Business Day. Il s'agit d'un projet industriel de bio-éthanol entre PT Kareem International et Asanita Investment Limited; d'Indonesia Eximbank avec le groupe diversifié singapourien-indonésien très implanté déjà au Nigeria, Tolaram Group (cf. infra); Air Manour avec Jeisjosh Pharmaceutical and Food Limited et avec Bona Ventura ; Indonesia Eximbank avec Nigeria Eximbank; PT Pertamina avec Subsidiary NNPC.

Godwin Obaseki, gouverneur de l'Etat d'Edo, a suggéré que le prochain forum se tienne dans son Etat "qui ouvre son espace agricole de manière ordonnée, car c'est ce qui attirera les investisseurs". Edo, a-t-il précisé, a de nombreuses similarités avec l'Indonésie, déclarant que ce sont des plants d'huile de palme de cet Etat du Nigeria qui sont partis en Malaisie puis en Indonésie, pour y lancer la culture.

Pour sa part, Adhi Narto de l'entreprise Dufil Prima Foods, associé au géant indonésien PT Indofood Sukses Makmu depuis la fin des annes 80, a fait part du "sucess story" des fameuses nouilles instantanées "Indomie". A l'origine, ce serait le groupe singapourien Tolaram qui s'est associée avec la maison mère indonésienne d'Indofood, le groupe Salim, pour apporter les nouilles au Nigeria et y développer des usines.

La fabrication de nouilles instantanées Indomie au Nigeria, qui remonte aux années 90, serait la plus importante du continent africain. Indomie contrôlerait 74% du marché nigérian, selon Vice Nigeria ; il y a dix ans, elle était en situation de monopole. Pour nombre de Nigérians,  "Indomie" signifie "nouilles", tant la marque a pénétré le marché et le quotidien des Nigérians.

Pays: 
Filières: 
Secteurs: 

Newsletters

Inscrivez vous à notre Newsletters

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +