28 septembre 2012 - 00:00 |

La Chronique matières du Jeudi

Coup de blues en cette fin de troisième trimestre

(28/09/2012)

Cacao. Les cours du cacao se sont redressés en fin de semaine même si la perspective de baisse de la production ivoirienne s’estompe avec la pluie qui tombe dans les zones de production.
La semaine dernière, les prix bord champ chez le premier producteur mondial ont été en hausse, à FCFA 600-650 selon les régions, car les planteurs faisaient de la rétention à quelques jours de l’ouverture de la nouvelle campagne et de l’instauration d’un prix fixé. Le prix moyen au port d’Abidjan était de FCFA 850.
A noter qu’il n’y aura finalement pas de boycott au démarrage de la nouvelle campagne 2012/13, mardi 2 octobre, ce qui apaise les marchés internationaux. La Caisse café cacao (CCC) a relevé à FCFA 80 le kilo contre FCFA 70 auparavant la prime pour couvrir les coûts de collecte des fèves. Reste à la Caisse d’annoncer le prix officiel bord champ. Les transporteurs avaient initialement demandé FCFA 94,2 le kilo, menaçant de ne pas collecter le cacao s’ils n’avaient pas gain de cause. Finalement, c’est un prix intermédiaire qui a été retenu.
La situation s’est également éclairice ces derniers jours avec la décision prise vendredi dernier de supprimé l’exemption du droit unique de sortie (DUS) pour les entreprises qui non seulement exportent mais transforment aussi sur place, en d’autres termes pour les multinationales et entreprises majeures Cargill, Barry Callebaut, Cemoi et ADM.

Café. Le Robusta s’est envolé de $ 110 sous la période sous revue alors que peu de volumes a été échangé sur le marché à terme de Londres. En outre, certains différentiels commencent à fléchir, sauf au Brésil, cette tendance devant s’amplifier, prévoit un trader. Quant à l’Arabica, il a subi cette semaine la pression d’un dollar plus fort.
Au Kenya, la qualité AA, la référence en Arabica, a augmenté pour atteindre $ 312 le sac contre $ 306 la semaine précédente, les prix oscillant dans une fourchette allant de $ 212 à $ 312. Sur les 17 257 sacs offerts à la vente, seulement 9 587 sacs ont été vendus, soit un volume relativement faible. Il y a quelques semaines, les responsables des ventes aux enchères avaient expliqué cette baisse des volumes de vente par une baisse de la qualité des cafés qui ne trouvait donc pas preneur.
Au Vietnam, numéro un mondial du Robusta, les exportations sur la campagne 2011/12 qui s’achève sont estimées avoir atteint un record de 1,6 Mt ou encore de 26,7 millions de sacs de 60 kilos, en très forte hausse, de l’ordre de 24%, par rapport à la campagne précédente.

Coton. La fibre blanche est passée mercredi en dessous des 71 cents la livre pour la première fois depuis début août, perdant de la valeur pour la cinquième séance consécutive. La raison ? Selon les analystes, ce seraient les spéculateurs qui se dégageraient de leurs positions longues «_et à juste titre_» précisent-ils. En effet, on s’attend à un excédent mondial record, de plus de 76 millions de bales pour la campagne 2012/13 qui s’achèvera en juillet prochain.
Cette baisse efface la petite remontée des cours enregistrée sur le troisième trimestre qui s’achève. Finalement, sur l’ensemble des trois derniers mois, les prix ont glissé de 0,4%. Rappelons qu’au second trimestre, ils avaient chuté de 21%.

Huile de palme. L’huile de palme sur le marché à terme de Singapour a chuté hier à son plus bas en deux ans, les investisseurs s’inquiétant des stocks élevés sur fond de crise dans la zone euro qui perdure. En effet, les stocks chez le numéro deux mondial, la Malaisie, pourraient grimper en septembre après avoir touché un plus haut en août, les volumes exportés n’étant pas assez vigoureux pour absorber la production en hausse.

Riz. Les intervenants sur le marché du riz sont plutôt en position d’attente à l’agard du premier exportateur mondial, la Thaïlande, la politique gouvernementale interventioniste manquant de lisibilité. D’autre part, la récolte 2012/13 va démarrer et tout le monde s’attend à une baisse des cours, la production de paddy étant attendue à environ 25 millions de tonnes.
Aussi les prix thaïlandais sont-ils demeurés stationnaires cette semaine, à $ 600 la tonne FOB pour le 100%B, la qualité de référence, et à $ 850 pour les brisures 5%. Quant au Vietnam, les brisures 5% se sont vendues à $ 450-460 FOB contre $ 455 la semaine précédente et les 25% brisures à $ 420-430.
Selon Samarendu Mohanty, économiste à l’Institut international de recherché sur le riz (Irri) basé à Manille, les prix mondiaux devraient osciller dans une fourchette étroite, à la hausse comme à la baisse, de $10 -20 la tonne entre maintenant et le premier trimester 2013 car l’offre est abondante avec les arrivages de la nouvelle récolte notamment en Inde et en Thaïlande en octobre et alors que le schema d’intervention thaïlandais se stabilise.

Sucre. Pour la première fois en cinq séances, le sucre roux a baissé mercredi, le négoce anticipant de larges livraisons de produit physique vendredi, à l’expiration du contrat octobre sur les marchés à terme. En outre, le raffermissement du dollar a pesé sur l’ensemble des cours des matières premières. Hier, jeudi, les cours sont demeurés stables.
Sur l’ensemble du troisième trimestre, le sucre blanc à Londrs a baissé de 10%, l’excédent sucrier pesant sur les prix.
A noter que la production chinoise de sucre en 2012/13 devrait faire un bond de 22% et atteindre 14 Mt, car les superficies consacrées à la canne sont en hausse et les rendements ont été stimulés par une bonne météo. La Chine ambitionne d’atteindre 16 Mt d’ici 2015. La consomamtion chinoise est actuellement de 14 Mt. Selon Peter Baron, drecteur général de l’Organisation internationale du sucre (OIS), la Chine devrait importer 2 Mt en 2012/13, en baisse de 40% par rapport à cette camapgne. Toutefois, estime-t-il, sur le long terme, la Chine devrait se repositionner sur des achats de l’ordre de 3 Mt car sa marge d’augmentation de sa production est limitée.
L’OIS estime l’excédent mondial de sucre à 5,86 Mt sur 2012/13 (octobre à septembre) contre 5,19 Mt en 2011/12 en raison de la production brésilienen en hausse.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +