29 février 2012 - 12:24 |

Les ventes aux enchères de thé au Kenya reprennent

Le différend fiscal est levé

(29/02/2012)

Un désaccord sur un point fiscal a obligé les autorités kényanes du thé à suspendre les ventes aux enchères hebdomadaires en ce début de semaine, mais le différend a été résolu hier et les ventes reprennent aujourd’hui.

Le point de désaccord portait sur la nouvelle taxe introduite en janvier par le ministre de l’Agriculture et qui consistait à imposer un droit de 1% sur la valeur douanière totale du thé exporté. L’impôt avait pour objectif de financer la Fondation de recherche sur le thé du Kenya, le Tea Board et des programmes pour améliorer les infrastructures utilisées par l’industrie théière. Exportateurs et négociants se sont de suite insurgés contre cette imposition, estimant que cela risquait de porter atteinte à la compétitivité du thé kényan.

Hier, les parties se sont entendues pour que la taxe soit appliquée sur le prix de vente aux enchères et non sur la valeur totale à l’export car celle-ci comprend l’emballage et autres valeurs ajoutées.

Rappelons que deux ventes aux enchères se tiennent chaque semaine, l’une les lundis pour les qualités secondaires, l’autre les mardis pour les qualités supérieures. Elles devaient donc reprendre dès aujourd’hui pour les meilleures qualités et demain pour les autres, selon le président de l’East Africa Trade Association (EATTA), Peter Kimanga, interrogé par Reuters.

L’année dernière, le Kenya a exporté pour Ks. 109 milliards ($ 1,32 milliard) de thé grâce aux cours élevés de la feuille. Un enlisement des négociations autour de cette taxe aurait également pu peser sur la valeur de la monnaie kényane, selon les observateurs financiers.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +