29 avril 2020 - 18:43 |

Des matières premières secouées par le Covid-19 mais les produits agricoles s’en sortent mieux

Les matières premières ne sortent pas indemnes, à l’instar des autres secteurs économiques, du choc sans précédent provoqué par la pandémie du Covid-19. Un choc a double détente, le coronavirus perturbant à la fois l’offre et la demande. « L’impact est à la fois direct, résultant des mesures de confinement décidées pour enrayer la propagation du virus et de la désorganisation des chaînes d’approvisionnement, et indirect, puisque la riposte mondiale ralentit la croissance, laissant entrevoir ce qui devrait être la pire récession internationale depuis des décennies » souligne la Banque mondiale dans son dernier Commodity Markets Outlook.

Spectaculaire a été la chute abaissable du pétrole, en baisse de 50% depuis janvier à $32 le baril au mois de mars.  Les prix devraient se maintenir à un bas niveau sur l’année 2020 à en moyenne $35 le baril, selon la Banque mondiale. Globalement les prix de l’énergie ont chuté de 18,4% au 1er trimestre 2020. A contrario, l’or, valeur refuge par excellence, a progressé mais que très légèrement tandis que le platine, autre métal précieux, a chuté de 23% avec la chute du secteur automobile. Avec une demande émanant à environ 50% de la Chine, les prix des métaux industriels, comme le cuivre et le zinc, ont également diminué. 

Stabilité des prix des produits agricoles

A quelques exceptions près, les prix des produits agricoles ont connu de légères baisses au cours du premier trimestre et devraient rester stables en 2020 avec des niveaux de production et de stocks élevés pour la majorité des produits de base. Parmi, les produits agricoles particulièrement touchés, le caoutchouc, dont les prix ont perdu 25% par rapport à leur sommet de janvier affectés par l’arrêt de l’industrie automobile, mais aussi le maïs et certaines huiles comestibles, en particulier l’huile de palme, en raison de l’effondrement de la demande en biocarburant.

L’indice des prix agricoles de la Banque mondiale a gagné un peu plus de 1% au premier trimestre de 2020 et se situe à 3,1% de plus qu’il y a un an. Les prix des céréales, des huiles, des farines et des boissons ont augmenté au cours du trimestre, tandis que les matières premières agricoles ont diminué.

Toutefois, si les marchés de denrées alimentaires sont bien approvisionnés, la sécurité alimentaire est menacée par des restrictions d’exportation mais aussi par les politiques d’achats excessifs. En outre, souligne la Banque mondiale, la production agricole pourrait, surtout lors de la prochaine campagne, pâtir de la désorganisation du commerce et des difficultés dans la distribution des intrants (engrais, pesticides et main-d’œuvre).

Pays: 
Filières: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +