29 septembre 2017 - 10:15 |

La Chronique Matières Premières Agricoles au 28 septembre 2017

Ce serait la meilleure semaine pour le dollar depuis le début de l'année, le plan fiscal du président Donald Trump annoncé mercredi ayant boosté les rendements des bons du Trésor américain. Ceci dit, nombre d'analystes demeurent sceptiques quant aux perspectives à long terme du billet vert face aux autres devises. L'euro s'annonce en retrait sur ce mois de septembre, sa première baisse mensuelle depuis février, notamment en réaction aux élections en Allemagne.

 

CACAO

Le cacao a gagné quelques points sur le marché à terme de Londres durant la semaine écoulée, passant de £ 1 472 la tonne vendredi dernier à £ 1 476 hier soir, contrairement à New York qui a clôturé hier à $ 1 980 la tonne contre $ 1 983 notamment sous l'effet du dollar.

Un marché new yorkais qui s'interroge sur les volumes de cacao d'Equateur rejetés par les autorités sanitaires nord-américaines car contenant une mauvaise herbe, le "itch grass". L'Equateur dont les stocks certifiés ont chuté de 80% par rapport à septembre dernier.

Les estimations et prévisions de campagne continuent à affluer des opérateurs et analystes. C'est au tour de Rabobank d'estimer la production ivoirienne à venir à 1,85 million de tonnes (Mt) contre 2 Mt cette campagne 2016/17 qui s'achève. Le département recherche de la banque néerlandaise prévoit un excédent de 130 000 t en 2017/18 contre 380 000 t la campagne dernière car la consommation devrait augmenter notamment en raison du faible prix du cacao.

En Côte d'Ivoire, des rumeurs font état d'un prix garanti au planteur qui serait en définitive entre FCFA 750 et 800 le kilo pour cette prochaine campagne principale qui s'ouvre dimanche 1er octobre, alors que le Conseil café-cacao (CCC) avait initialement préconisé au gouvernement une fourchette de FCFA 700 à 750. La décision viendrait du président Alassane Ouattara lui-même, selon des sources rapportées par Reuters : "Les instructions du Président sont très claires. L'écart de prix avec le Ghana doit être aussi petit que possible", a souligné un responsable du CCC. Rappelons qu'il était de FCFA 1 100 pour la campagne principale 2016/17, ramené à FCFA 700 pour l'intermédiaire qui court de mars à fin septembre. Ce prix garanti est calculé à partir du prix moyen  obtenu lors des ventes par anticipation.

L'Indonésie a annoncé mercredi maintenir à zéro sa taxe à l'exportation sur le cacao durant le mois d'octobre. Ce taux de zéro est appliqué lorsque le cours mondial du cacao est inférieur à $ 2 000.

CAFÉ

Le café Arabica a perdu $ 0,6 la livre (lb) sur la semaine, terminant hier soir sur le marché à terme de New York à $ 1,285 alors qu'il avait clôturé vendredi dernier à $ 1,3445. Hier, en cours de séance, il est même tombé à $ 1,275, son plus faible prix depuis le 7 septembre. Un mois pour rien, ou presque. Le Robusta lui a emboîté le pas, passant en dessous de la barre des $ 2 000 la tonne, cotant hier soir $ 1,949 contre $ 2 005 il y a une semaine.

En effet, si on manque encore de pluies au Brésil, les inquiétudes à l'égard de la récolte s'estompent. "Les fonds reprennent une position courte", souligne un négociant à Reuters. "La réalité est qu'il n'y a pas de problème météo et que le Brésil va avoir une très bonne récolte." En outre, on peut s'attendre à ce que les opérateurs brésiliens mettent sur le marché d'importants volumes pour profiter de la faiblesse du real, ce qui accroît la compétitivité de leur café, même si les producteurs rechignent à vendre aux niveaux actuels de prix.

Les marchés asiatiques (Robusta) ont été calmes cette semaine car le Vietnam est en fin de campagne et l'Indonésie en fin de récolte. En outre, au Vietnam, les producteurs refusent de vendre le peu de volumes qui leur restent. Ainsi, mercredi, les prix ont suivi à la baisse les cours à Londres. Au Vietnam, les prix intérieurs ont été de 42 000 à 43 000 dongs ($ 1,85-1,89) le kilo contre 44 000 -44 500 dongs la semaine dernière ; le Grade 2, 5% brisures et grains noirs, a été offert avec une décote de $ 30 à $ 40 par rapport au cours de Londres. En Indonésie, le Grade 4, 80 défauts, s'est vendu avec une prime de $ 10 sur le contrat novembre.

Au Kenya, les prix se sont inscrits à la baisse cette semaine sur le Nairobi Coffee Exchange (NCE). Le Grade AA s'est vendu dans une fourchette de prix allant de $ 107 à $ 390 le sac de 50 kg contre $ 214-404 la semaine précédente. Le Grade AB était, pour sa part, à $ 91-297 contre $ 126-305

En août, la Chine a importé 12 873 t de café, un volume en hausse de 56% par rapport à août 2016 ; sur les neuf premiers mois de l'année, ses achats de café ont atteint 73 310 t, en progression de 36% par rapport à la même période en 2016. Le Vietnam (33 811 t ) et l'Indonésie (12 722 t) ont été ses premiers fournisseurs depuis le début de l'année.  Quant aux importations chinoises d'Afrique, on note 1 154 t d'Ethiopie sur les 8 premiers mois de l'année (+33% par rapport à janvier-août 2016), 940 t d'Ouganda (+53%), 632 t de Tanzanie (+512%), 77 t du Kenya (-43%), 27 t du Rwanda (-3%) et 1 t du Congo. Le total d'Afrique est de 2 831 t, soit 3,8% du café importé en Chine.

Les exportations de café du Vietnam sont attendues en baisse de 20,5% sur les neuf premiers mois de l'année, à 1,12 million de tonnes (18,7 millions de sacs de 60kg), selon un rapport du Bureau général des statistiques. Toutefois, les recettes seraient en hausse de 1,3%, à $ 2,55 milliards. Sur le seul mois de septembre, les exportations auraient baissé à 90 000 t contre 95 000 t en août.

Les exportations du Honduras devraient progresser de 7% sur la prochaine campagne 2017/18, et atteindre 7,7 Ms, selon le directeur de l'organisme national Ihcafé, Adilson Avila.

CAOUTCHOUC

Les cours du caoutchouc sur le Tokyo Commodity Exchange (Tocom) ont affiché la semaine dernière la plus forte baisse hebdomadaire  en trois mois perdant 4,8% à 210,5 yens ($1,9) le kilo en dépit d’un  léger rebond vendredi, les investisseurs déroulant leur position courte avant le week-end. Si les cours ont rebondi mercredi pour atteindre $217,7 yens le kilo pour le contrat de mars soutenus par la reprise des contrats à terme de Shanghai et le recul du yen par rapport au dollar, ils ont dégringolé jeudi, perdant plus 7% et clôturant à un plus bas de  près deux mois à 205,8 yens ($1,8) le kilo, après que le pétrole Brent ait chuté à un plus bas de deux ans.  Le contrat de janvier à Shanghai a dégringolé de 1 025 yuans pour terminer à un minimum de deux mois à 13 605 yuans ($2 040) la tonne. A Singapour, le contrat d’octobre a perdu 10,9 cents à 140,70 cents le kilo.

Les importations de caoutchouc naturel  en Chine  se sont élevées à 1,790 million de tonnes (Mt)  sur les huit premiers mois de l’année, en hausse de 19,81% par rapport à la même période en 2016. La  Thaïlande et l’Indonésie sont les principaux fournisseurs de la Chine. Quant au continent africain, le  importations de Côte d’Ivoire totalisent 15 722 tonnes de janvier à août (en baisse de près de 23%), celles du Cameroun à 847 tonnes (+141%), du Nigeria à 907 tonnes (+ 115%), celles du Liberia à 611 tonnes (+ 112%), d’Afrique du Sud à 504 t. et du Ghana à 68 t.  En ce qui concerne les importations de caoutchouc synthétique, elles se sont élevées à 2 ,661 Mt, en progression de 27,58% par rapport à 2016 sur la même période.

Côté entreprises, la société d’Etat Vietnam Rubber Group (VRG) mettra  en vente  25% de son capital pour une valeur estimée de 12,8 milliards de dong ($563 millions). VRG prévoit de céder 11,88% de la société au public, 11,88% à un investisseur stratégique, 1,21% à ses employés et 0,3% aux syndicats. Producteur et fabricants de produits en caoutchouc, VRG  a réalisé un chiffre d’affaires de 737 milliards de dong en 2016.

COTON

Le marché du coton a finalement clôturé en hausse hier soir après deux séances consécutives de baisse. Sur l'ensemble de la période sous revue, la livre de fibre n'a que légèrement gagné, terminant à 68,97 cents contre 68,46 à la clôture vendredi dernier.  

Rabobank a maintenu une tendance baissière sur le coton avec toutefois une volatilité continue jusqu’à ce que la récolte américaine soit effectuée. La Banque observe que des stocks physiques tendus  au niveau mondial ont conduit à des variations de prix de 6 à 8% depuis la mi-juin et ce en dépit des fondamentaux qui indiquent une offre abondante en 2018. Les regards sont donc tournés vers la récolte américaine, potentiellement la plus importante  de la décennie. Toutefois, les prévisions de l’USDA de la semaine dernière n’intègrent pas l’impact des ouragans Harvey et Irma qui pourrait, selon la banque, s’élever à 800 000 balles. En outre, les prévisions de production en Inde et au Pakistan ont été relevées, des balles supplémentaires qui seront disponibles au dernier trimestre 2017 et au début  2018. Rabobank table sur un prix de 65 cents la livre pour le quatrième trimestre 2017.

Les importations de coton  en Chine  se sont élevées à 812 576 tonnes sur les huit premiers mois de l’année, en hausse de 35,92% par rapport à la même période en 2016. Sur le mois d’août à 83 976 tonnes, elles progressent de près de 20%.  Les Etats-Unis sont le premier fournisseur de coton de la Chine avec 408  000 tonnes de janvier à août, en hausse de 146%, suivit par l’Australie (147 000 t, - 2%), de l’Inde (91 300 t. + 62%) et l’Ouzbékistan (62 000 t,-29%).

En ce qui concerne l’Afrique, les principaux fournisseurs de janvier à août, le Bénin (27 500 t.), le Togo (8 500 t.), le Burkina Faso (7 000 t.), le Cameroun (5 727), la Côte d’Ivoire (5 575 t.), l’Egypte (1 980 t.), le Mali (1 805 t.) et le Soudan (1 400 t.). Les autres pays – Nigeria, RCA, Tchad, Tanzanie et Zimbabwe- exportent moins de 500 tonnes vers les Chine sur cette période. Globalement, l’Afrique représente 7,45% de l’approvisionnement chinois sur cette période.

Quant aux importations de fil de la Chine, elles se sont élevées à 1,187 million de tonnes sur les huit premiers mois 2017 en recul de près de 3% par rapport à la même période en 2016.   Le Vietnam est le premier fournisseur (428 000 t.), suivi de l’Inde (244 000 t.) et du Pakistan (213 000 t.). La Tanzanie a exporté  1450 t. de fil vers la Chine, l’Ethiopie 839 t, l’Ile Maurice 223 t. et le Soudan 16t.

Au Nigeria, l’entreprise chinoise Shandong Ruyi Technology Group va investir $600 millions dans l’industrie textile dans l’Etat de Kano (cf. nos informations).

HUILE DE PALME

Après le long week-end, la Bursa Malaysia Derivatives Exchange étant fermée vendredi dernier, les cours de l’huile de palme ont continué globalement à glisser cette semaine. Ils ont clôturé jeudi à 2 705 ringgits ($639,48) la tonne.

La demande de la Chine et de l’Inde, en prévision des prochaines festivités, faiblit,  les acheteurs étant maintenant couverts. Les exportations d’huile de palme de la Malaisie ont d’ailleurs grimpé de 25 à 26% du 1er au 20 septembre par rapport au mois précédent. Et puis les cours de l’huile de palme subissent aussi la faiblesse persistante du soja sur le Chicago Board of Trade (CBOT) et la récente baisse des cours du pétrole.

Rabobank maintient ses perspectives baissières pour l’huile de palme en raison  de la hausse des stocks tant en Malaisie qu’en Indonésie.  Mais  aussi car la demande de la Chine et de l’Inde sera limitée au quatrième trimestre par un niveau élevé de stocks d’huile comestibles, des prix de l’huile de palme relativement élevé et d’un ralentissement saisonnier de la demande après les périodes des fêtes.  

L’Indonésie  serait en mesure de fournir jusqu’à 8 millions de tonnes (Mt) d’huile de palme durable sur le marché européen pour répondre à la demande de l’Union européenne estimée à 6 Mt d’ici à 2020, selon une déclaration du secrétaire général de l’Indonesia Palm Oil Association (GAPKI), Togar Sitanggang. Toutefois, une condition est essentielle accepter la certification indienne de l’huile de palme durable (ISPO), norme imposée par le gouvernement indonésien.

La Chine de janvier à août a importé 511 736 tonnes d’huile de soja, en hausse de 35% par rapport à la même période en 2016, 539 587 tonnes d’huile de colza (+29%) et  2,797 Mt d’huile de palme (+7,51%).

RIZ

Les prix du riz  en Asie – Thaïlande et Inde -ont plongé cette semaine. Mais les perspectives de nouveaux accords avec le Bangladesh, devenu cette année un importateur majeur car  ravagé par les inondations,  pourraient redynamiser les marchés.

En Thaïlande, le Thaï 5% a glissé à $375 -$385 la tonne contre de $390-$396 la semaine dernière en raison de la baisse de la demande internationale et du renforcement du bath. « Étant donné que la valeur du baht reste relativement forte et stable, nous ne pouvons pas concurrencer d'autres pays exportateurs de riz» a déclaré un négociant  basé à Bangkok. Mais une certaine demande du Bangladesh persiste a indiqué le négociant ajoutant : « Nous estimons que le Bangladesh importera un total de 500 000 tonnes en raison des inondations. Jusqu'à présent, il a déjà importé environ 250 000 tonnes ».

En Inde, le prix du riz étuvé 5%  a diminué de  $12 par tonne pour se situer entre $405-$408  avec une faible demande en dépit de la  dépréciation de la roupie, qui a permis aux vendeurs de réduire les prix à l'exportation. « En dollars, les prix ont diminué  en raison de la baisse de la roupie. La demande des pays africains est faible », a déclaré un exportateur basé à Kakinada dans l'État sud de l'Andhra Pradesh. La roupie indienne a chuté de 2,5 % depuis  septembre.

La production de riz en Inde de la culture semée en été devrait tomber de 2% en glissement annuel à 94,48 millions de tonnes.

Au Vietnam, le Viet 5% s’échangeait à $385- $395 la tonne contre $ 390-$395.

La Vietnam Food Association a augmenté l'objectif d’exportation de riz à 5,6 millions de tonnes en 2017, le troisième exportateur mondial ayant déjà vendu 3,8 Mt jusqu’à présent.

La Chine a importé de janvier à août 2,664 millions de tonnes  (Mt) de riz, en progression de 14,4% par rapport à la même période en 2016. Le premier fournisseur est le Vietnam avec 1,510 Mt,  en hausse de 37%, puis la Thaïlande avec 826 000 tonnes en hausse de 39%.

SUCRE

Les sucres ont perdu en valeur durant la semaine écoulée, le roux cotant hier soir 13,95 cents la livre (lb) sur le marché à terme de New York contre 14,64 cents vendredi dernier, tandis que le sucre blanc, à Londres, terminait hier soir à $ 358,70 contre $ 368,10 en fin de semaine dernière.  Il cotait mercredi soir $ 356,20, après avoir touché un plus bas de $ 353,30 en cours de séance, son plus bas depuis septembre 2015.

Deux facteurs majeurs tirent en effet les cours vers le bas : d'une part, des niveaux de pluies au dessus de la moyenne dans les principales zones de production du centre-sud  au Brésil, d'autre part la fin des quotas sucriers dans l'Union européenne à compter du 1er octobre, donc dimanche. Ceci créé une pression sur le marché, notamment des fonds d'investissement et spéculatifs. En outre, le ministre russe de l'Agriculture a déclaré jeudi que la récolte record de betterave permettra de produire 6,5 Mt de sucre, la Russie devant ainsi conserver son leadership sur ce segment, a-t-il précisé. "La Russie a été le plus important producteur de sucre de betterave durant la campagne 2016/17, surpassant la France, les Etats-Unis et l'Allemagne." Les exportations devraient atteindre environ 700 000 t contre 340 000 t.

La Chine a publié ses statistiques commerciales pour le mois d'août qui font état d'une chute de 45,4%  des importations de sucre par rapport à août 2016, à 196 578 t. Le prix moyen a été de $ 425,79.  Ses principaux fournisseurs ont été le Salvador (63 234 t), l'Australie (41 421 t), Cuba (32 500 t), la Thaïlande (28 140 t). De janvier à août, ses achats ont baissé de 20,78% par rapport à la période correspondante en 2016, à 1,6 Mt.

En revanche, les exportations chinoises de sucre ont bondi de 104%  en août 2017 par rapport à août 2016, à 27 676 t, le prix moyen étant de $ 545 la tonne. Mais de janvier à août, elles ont régressé de 26%, à 88 019 t. Vers l'Afrique, les volumes sur les 9 premiers mois de 2017 sont limités : Somalie 342 t, Bénin 40 t,  Egypte 224 t.

 

Filières: 

Newsletters

Inscrivez vous à notre Newsletters

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +