30 mars 2012 - 00:00 |

La Chronique Matières du Jeudi

Les exportations ivoiriennes de matières premières reprennent des couleurs


(30/03/2012)

Cacao. Le marché du cacao est globalement baissier, oscillant entre £ 1550 la tonne, niveau de prix auquel les origines vendent, et £ 1430 suscitant les achats par les industriels. « Le marché ne parvient pas à trouver une direction », souligne un trader. « On attend de voir ce que la nouvelle récolte va donner. Mais on ne le saura pas vraiment avant août ou septembre. »
La faiblesse de la qualité des fèves a fait baisser le prix payé bord champ au planteur ivoirien la semaine dernière à FCFA 350 à 500 le kilo. Une faiblesse des prix qui ne parvient pas à être compensée par les volumes en cette fin de campagne principale 2011/12. Au port d’Abidjan, le prix d’achat était de l’ordre de FCFA 740 à 800 la semaine dernière.
Selon les statistiques provisoires publiées lundi par le port d’Abidjan, les exportations de produits semi-finis de Côte d’Ivoire ont totalisé 149 554 t entre octobre et février 2011/12, en hausse de 28% sur la même période en 2010/11 grâce notamment aux investissements industriels réalisés depuis 2008. Sur la même période, les exportations de fèves à l’état brut ont totalisé 672 412 t, en hausse de 17%.
La campagne intermédiaire (avril à septembre) ne s’annonce pas sous de bons augures car la floraison et le développement des cabosses sont affectés par la sécheresse : cela fait plus de deux semaines qu’il ne pleut pas en Côte d’Ivoire.

Café. Le marché du café a globalement terminé en hausse aujourd’hui en revenant à 188 cents la livre, reflétant la belle correction suite à la baisse enregistrée sur les Arabica cotés à New York. Toutefois, « la correction a été furtive car nous sommes de nouveau à 178 cents », souligne un trader en fin de journée. « Le fait que les corrections ne tiennent pas longtemps n’est pas très encourageant : le seul élément qui évite la chute des cours est la position très short des fonds sur le marché à terme de New York. Ils vont donc manquer de “munitions” pour faire repartir à la hausse les prix. »
Malgré la faiblesse des prix, les producteurs tentent de trouver preneurs pour leurs marchandises, ce qui n’est pas aisé car les négociants sont avant tout attentifs à vendre leurs stocks, poursuit le trader. Quant au marché physique, l’activité teste toujours concentrée sur le court terme.
Qant aux Robusta, le marché reste confiné entre $ 2000 et 2050 la tonne, les volumes échangés demeurant très faibles. Les stocks en Europe continuent à baisser à un « rythme soutenu », souligne-t-il, tandis que le Vietnam maintient ses différentiels. Le coût du fret à partir de l’Asie ayant doublé depuis le début de l’année, cela affecte le négoce du café comme des autres matières premières. « L’activité en Robusta reste bien en dessous de ce que l’on a connu l’année dernière et reste confinéee au court terme comme pour les Arabica. »
Cette semaine, la prime sur les Indonésie est à son plus haut depuis le début du mois en raison du faible développement de la récolte en cours très affectée par des conditions météorologiques adverses. Les grains du Vietnam, quant à eux, s’échangent sur le marché à terme de Londres à des prix très compétitifs, en décote de $ 30 à 40 la tonne sur la position juillet. Les exportations du Vietnam devraient augmenter de 25% en mars par rapport à il y a un an. Pourtant, ses embarquements ont baissé de 4,6% à 13 millions de sacs (Ms) sur les 6 premiers mois de la campagne 2011/12 par rapport à la même période en 2010/11.
Côté africain, les prix aux ventes aux enchères du Kenya ont baissé cette semaine, le grade AA trouvant preneur à $ 467 le sac de 50 kilos contre $ 472 la semaine dernière. Toutefois, rappelons que les ventes avaient été interrompues la semaine précédente pour des raisons de transactions illégales d’échantillons de café, ce qui explique peut-être le niveau soutenu de prix la semaine du 19 mars. En Côte d’Ivoire, les exportations ont totalisé 13 786 t entre octobre et février, en chute de 37% par rapport à la même période en 2010/11, selon les chiffres portuaires.

Caoutchouc. Le caoutchouc est tombé à son plus bas en trois semaines à la clôture ce soir du marché de Singapour, la force du yen face au dollar pesant sur le marché. Toutefois, les annalystes demeurent persuadés que la tendance des cours est haussière ne serait-ce parce que l’offre est étroite en Thaïlande du fait de l’hivernage et que le gouvernement thaïlandais poursuit son programme de soutien des prix aux producteurs en leur achetant leur récolte. Les producteurs devraient recommencer à saigner les hévéas en avril avec la fin de l’hivernage.

Coton. Hier, mercredi, le coton a terminé au plus haut en deux mois sur le marché à terme de New York, réagissant à des achats spéculatifs des fonds d’investissement car l’offre sur le marché physique s’étroitise tandis que la demande pour du coton américain progresse. Certes les stocks mondiaux sur la campagne 2011/1 sont estimés atteindre 62,32 millions de bales de 480 lb, mais 40% de ces volumes seraient déjà réservés aux filatures chinoises et indiennes et non disponibles sur le marché mondial.
Une situation qui inquiète car, parallèlement, il semblerait que les fermiers dans la ceinture cotonnière des Etats-Unis se tournent davantage vers les cultures du soja et du maïs : les superficies cotonnières seraient en baisse de 13% cette année, selon une enquête menée par Reuters.
En Côte d’Ivoire, les exportations de coton ont totalisé 35 327 t en janvier et février, soit quasiment quatre fois plus que sur les deux premiers mois de 2011, selon les données statistiques provisoires du port d’Abidjan. Ceci reflète une hausse de la production nationale mais aussi des arrivages en forte hausse des pays voisins comme le Burkina Faso, la guerre l’année dernière les ayant fortement affectés.

Riz. La Chine devrait importer (officiellement et officieusement) quelque 1,5 à 2 millions de tonnes (Mt) de riz cette année, selon le vice président de l’Association vietnamienne de l’alimentation Pham Van Bay. Ceci porterait les volumes achetés par le géant asiatique proches de ceux enregistrés par les deux plus importants importateurs au monde, l’Indonésie (2,8 Mt en 2010/11) et le Nigeria (2,3 Mt), selon les chiffres du département américain de l’Agriculture (USDA). Une évolution qui profitera largement au Vietnam qui verrait un cinquième de ses 7,2 Mt exportées aller vers son puisant voisin ; cela pourrait le propulser au premier rang des exportateurs mondiaux devant la Thaïlande. A noter, toutefois, que les exportations vietnamiennes, toutes destinations confondues, ont chuté de 32,1% au premier trimestre 2012, selon son ministère de l’Agriculture.
Rappelons que l’année dernière, la Chine n’a importé que 309 000 t du Vietnam, ce qui était déjà en très forte progression par rapport aux 124 500 t de 2010.
Une situation qui ne devrait pas, cependant, provoquer une hausse des cours mondiaux du riz car les disponibilités mondiales de la céréale sont élevées. Reflet de ceci, les brisures 5% du Vietnam ont été vendues cette semaien à $ 420 la tonne à des importaeurs chinois contre $ 405 début février : la hausse est donc modeste.

Sucre. Tous les yeux restent rivés sur le Brésil et ses perspectives de récolte, ce qui a laissé le prix du sucre roux relativement stable à la clôture du marché de New York aujourd’hui. Les pluies ont balayé les inquiétudes de sécheresse mais les analystes demeurent sceptiques quant à une amélioration notable de la récolte par rapport au niveau de la campagne dernière.

Thé. Le prix moyen des thés vendus cette semaine aux enchères de Mombassa ont baissé à $ 3,26 le kilo contre $ 3,36 aux ventes précédentes et après trois semaines de grande stabilité. Un marché qui a été affecté cette année par les gelées dans les régions productrices ainsi que par un shilling fort après que la banque centrale ait réhaussé les taux d’intérêt pour combattre notamment l’inflation.
A noter que les revenus d’exportation du thé du Burundi ont augmenté de 19% en février grâce à des volumes en hausse qui ont compensé la faiblesse des prix.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +