30 mai 2017 - 10:30 |

Un mois de mai chargé dans l'actualité des engrais en Afrique de l'Ouest

La parution hier du bulletin mensuel Actu-Engrais de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) nous permet de dresser le bilan de  l'actualité de ce secteur des intrants agricoles en Afrique de l'Ouest.

 

Durant ce mois de mai écoulé, l'Association interprofessionnelle du coton (AIC) du Bénin a fixé le prix de vente des engrais pour la campagne 2017/18 à FCFA 12 000 les 50 kg pour les engrais Coton (NPK 14-23-14+5S+1B; urée) et à FCFA 11 500 les 50 kg d'engrais céréales (NPK 14-23-14; NPK 15-15-15; urée; chlorure de potasse, sulfate de potasse), souligne le bulletin d'information Actu-engrais de l'USAID.

Au Togo, la demande d'engrais vivriers (NPK 15-15-15 et urée) a repris avec l'arrivée des premières pluies mais les opérateurs n'en avaient guère en stocks, d'où une offre insuffisante sur el marché. Pourtantl les prix n'otn guère varié, de l'ordre de FCFA 13 700 et 15 700 FCFA le sac de 50 kg.


Quant au Burkina Faso, l'arrivée des premières pluies a favorisé une augmentation des ventes des engrais commerciaux, car les engrais subventionnés ne sont pas en quantité suffisante pour les producteurs.


Dans le Nord de la Côte d'Ivoire, toujours selon Actu-Engrais, les grosses pluies orageuses et régulières ont permis les mises en place des cultures vivrières et le début de la fertilisation, entrainant une hausse des ventes du NPK 15-15-15. Dans le Nord et le Nord-Est, les engrais coton sont disponibles dans les magasins des coopératives agricoles. Dans la zone Sud, Est et Sud-Ouest, les ventes des engrais cacao NPK 0-23-19 ont été à la baisse par rapport au mois précédent malgré les pluies. Ceci pourrait en partie s'expliquer par le prix d'achat bord champ du cacao qui a été revu à la baisse pour cette campagne. Néanmoins, les ventes ont été à la hausse pour le NPK 12-22-22 et l'urée sur les cultures maraichères ainsi que le NPK 15-15-15 sur le maïs dans des zones sud du pays.

 

Actuellement, les engrais sont vendus au Ghana à des prix commerciaux ou subventionnés. Le programme de subvention de cette année a été lancé, réduisant de 50% le coût de tous les produits fertilisants dans le cadre du programme : les agriculteurs payeront 57,50 GHS pour le NPK et 47,50 GHS pour l'urée.


Au Mali, les ventes des engrais sont restées faibles, excepté quelques localités de production de l'anacarde comme Sikasso, Kolondièba et Dioïla où des producteurs ont investi une partie de leur recette de la noix de cajou dans l'achat d'engrais. Les engrais qui se sont vendus les mieux dans ces 3 localités ont été le NPK 15-15-15 et l'urée.

L'hivernage approche au Sénégal et si les tendances de vente chez les revendeurs n’ont pas varié par rapport au mois précédent, le marché des engrais commence à connaitre des changements, surtout avec la préparation de la mise en place des intrants agricoles subventionnés dont l’engrais occupe une place principale. Le gouvernement a déjà fixé les prix des engrais subventionnés pour la campagne 2016/17 qui varient de FCFA 270 600 la tonne à FCFA  382 800, l'ensemble étant subventionnant à hauteur de 55% de taux de subvention pour l’engrais NPK 6-20-10.

 

Quant au Nigeria, au sud du pays, des distributeurs qui ont acheté des engrais de l'Initiative Présidentielle d'Engrais n'ont pas commandé de nouveaux chargements car selon eux l'effort n’en valait pas la peine. Les prix sont toujours fixés à 5500 NGN aux points de vente en détail permettant une marge de 500 NGN qui devient nulle si le produit est acheté en dehors de l'Etat ou s’effectue le mélange, souligne Actu-Engrais. Actuellement, 9 des 11 installations de mélange sont situées dans la partie nord du pays. Toute l'urée à vendre doit être enregistrée auprès du conseiller national de sécurité (NSA) et approuvée un mois avant la vente.

Pays: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +