30 mai 2022 - 11:47 |

La Thaïlande et le Vietnam envisagent-ils de créer un cartel du riz ?

La création d’un cartel sur le riz entre la Thaïlande et le Vietnam, respectivement deuxième et troisième exportateurs mondiaux, est-elle possible alors que l’inflation fragilise l’accès à la nourriture de millions de personnes au plan mondial ?

Rappelons les faits. Vendredi, le gouvernement thaïlandais a déclaré qu'il prévoyait avec le Vietnam créer un pacte sur le riz pour renforcer leur pouvoir de négociation et aider à atténuer la hausse des coûts de production. Le Vietnam, pour sa part, n'a pas confirmé qu'un tel plan était en cours de discussion. D’ailleurs, vendredi le président de l'Association vietnamienne de l'alimentation a déclaré rencontrer son homologue thaïlandais le mois prochain pour discuter de la coopération en matière de production de riz mais a précisé que la réunion ne portait pas sur un pacte de contrôle des prix. "La réunion se concentrera sur les mesures de coopération dans la production alimentaire durable", a déclaré Nguyen Ngoc Nam à Reuters.

Pour Chookiat Ophaswongse, président honoraire de l'Association thaïlandaise des exportateurs de riz, créer un tel cartel est « impossible », précisant par ailleurs que son organisme n'avait pas été consulté et que l'idée avait été mal pensée : il serait déraisonnable d'augmenter les prix à une époque d'incertitude alimentaire mondiale, estime-t-il.

riz.png

Le Vietnam et la Thaïlande représentent environ 10 % de la production mondiale de riz brut et environ 26 % des exportations mondiales, selon le département américain de l'Agriculture (USDA). "La Thaïlande et le Vietnam ne sont pas les plus gros exportateurs, combinés, c'est moins que l'Inde et les acheteurs se tourneraient vers des concurrents", a déclaré Chookiat Ophaswongse à Reuters, ajoutant que le riz ne peut pas être stocké assez longtemps en attendant une hausse des prix.

L'Inde, premier exportateur de riz, représente environ 40 % de l'offre mondiale et ses prix ont atteint leur plus bas niveau en cinq ans la semaine dernière en raison d'une roupie indienne plus faible et d'une offre abondante parmi les principaux pays exportateurs. Rappelons que des responsables indiens ont déclaré la semaine dernière que l'Inde n'envisageait pas de limiter les exportations.

La semaine dernière, la tonne de parboiled 5% brisures d’Inde s’est vendue à $ 350-354 contre $ 415-420 pour le vietnamien et $ 450 pour le thaïlandais.

 "Les mécanismes de prix ne fonctionneront pas sans la participation de l'Inde. Le riz indien est déjà beaucoup moins cher... Si d'autres augmentent les prix, il est naturel que les acheteurs se tournent vers l'Inde", a déclaré un grossiste à Mumbai. "Si l'Inde limite ses exportations, les prix augmenteront sans que la Thaïlande et le Vietnam aient à former un cartel", a déclaré le négociant. Mais l’Inde n’envisagerait aps de réduire ses exportations…

Signe de l’atmosphère sur ce marché mondial du riz, la Russie a publié sur regulation.gov .ru un projet de résolution tendant à interdire les exportations de riz et brisures de riz du 1er juillet 2022 au 31 décembre 2022. Certes, la Russie est un tout petit joueur sur la scène mondiale de la céréale face aux géants asiatiques.

Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +