30 octobre 2009 - 00:00 |

La Chronique Matières du jeudi

Après un début de semaine marqué par une consolidation du marché, les cours se sont repris

(29/10/09)

CACAO Les cours ont terminé jeudi sur une note mitigée. New York a enregistré des gains, $27 à $ 1406 la tonne, dans le sillage des autres commodities tandis que Londres a fléchi perdant £4 à 2 182 la tonne sous l’influence de facteurs monétaires. En début de semaine, le marché s’est consolidé après un plus haut de 30 ans atteint la semaine dernière. Selon un courtier, les cours devraient se maintenir dans un intervalle de £ 2 000 à £ 2 200 jusqu’à fin novembre au moment de l’expiration des options. La position ouverte est importante avec plus de 17 000 lots à Londres. L’industrie est couverte jusqu’à la fin de l’année, elle ne devrait revenir aux achats qu’en janvier 2010. «A court terme, je ne vois pas ce qui pourrait faire baisser le marché» affirme-t-il. En revanche, la volatilité devrait s’intensifier.
BNP Paribas Fortis maintient leur prévision pour un déficit mondial de 56 000 tonnes en 2009/10, soit la quatrième campagne consécutive déficitaire. La banque note que la reprise des broyages, un indicateur de la demande, est en route.
En Côte d’Ivoire, les prix aux producteurs sont demeurés fermes dans les principales régions productrices la semaine dernière soutenus par des prix élevés aux ports et une forte compétition entre les acheteurs, les producteurs et les exportateurs. Ils se situaient autour de FCFA 990 le kilo. Des producteurs qui souhaitent que le gouvernement réintroduise une régulation du secteur avec un prix garantit comme du temps de la Caistab.
Les arrivées dans les ports ivoiriens se sont établies à 121 155 tonnes du 1er, jour de l’ouverture de la campagne, au 25 octobre, contre 58 534 tonnes sur la même période en 2008, selon la Bourse du café et du cacao (BCC). Une forte hausse des arrivées. Cependant, les deux périodes ne sont pas comparables, souligne un courtier. Cette année, la récolte est précoce alors qu’elle était retardée en 2008/09. «Les deux courbes devraient se croiser fin novembre» précise t’il.

CAOUTCHOUC Les cours du caoutchouc ont chuté jeudi de 1,5% à 226,1 yens pour le contrat d’avril dans le sillage des cours du pétrole, après avoir atteint un plus haut d’un an à la fin de la semaine dernière.
La Chine a acheté 50 000 tonnes additionnelles de caoutchouc sur son marché domestique afin de renforcer ses réserves, selon les industriels. Les achats totaux de l’Etat seraient d’environ 105 000 tonnes cette année. La Chine importe environ la moitié du caoutchouc qu’elle consomme. En 2010, la demande chinoise devrait croître de 8,5% à 6,4 millions de tonnes en raison de la forte croissance sur secteur automobile, selon la China Rubber Association.

COTON Le marché du coton semble être majoritairement dirigé par l’activité des fonds et par la valeur du dollar. La position ouverte a progressé de plus de 70% depuis la fin du second trimestre 2009 et s’est accélérée ces dernières semaines. Elle était de 127 022 contrats le 9 septembre et à 185 431 contrats le 28 octobre. Les stocks certifiés totalisaient le 28 octobre 389 411 balles. Jeudi le contrat de décembre gagnait 0,69 cents clôturant à 67,57 cents la livre ; mars gagnait 0,81 cents à 70,54 cents. En début de semaine, le coton, comme les autres matières, s’est affaibli mais moins fortement.
Des inquiétudes demeurent quant aux volumes des productions américaine et chinoise. Mais l’activité sur le marché physique est relativement limitée. Les chiffres à l’exportation des Etats-Unis, à 109 400 balles, sont en recul de 4% par rapport à la semaine dernière et de 40% par rapport à la moyenne des 4 dernières semaines.
Le Mali a réduit pour la seconde fois ses prévisions de production pour la campagne 2009/10 en raison du retard des pluies en juin et juillet. Elle s’établirait à 236 400 tonnes. En 2008/09, elle s’est élevée à 210 000 tonnes.

HUILE DE PALME Après trois jours consécutifs de baisse, les cours de l’huile de palme se sont appréciés de 1,7% le 29 octobre, clôturant à 2 189 ringgits la tonne le contrat de janvier sur la Bursa Malaysia Derivatives Exchange. Les stocks malaisiens ont grimpé de plus de 15% en octobre à 1,5 million de tonnes, soit un montant supérieur aux exportations qui pourraient s’établir à 1,1 Mt jusqu’à ce mois.
L’huile de palme pourrait voir réduire sa décote par rapport à l’huile de soja de 25,1% en 2010 au regard des récoltes records de soja aux Etats-Unis en Amérique du Sud, qui vont propulser vers le haut l’offre d’huile végétale, selon une enquête de Reuters réalisée auprès de 10 traders en huile végétale en Malaisie, à Singapour et en Indonésie. Le différentiel pourrait être réduit à $100 la tonne contre $133,50 actuellement. Actuellement, l’huile de soja du Brésil et d’Argentine s’échange à $ 831 la tonne FOB et l’huile oléine de palme raffinée à $697,50. «L’année 2010 sera une année extraordinaire pour le soja et ses dérivés, mais dans le secteur des huiles végétales, le soja va normaliser sa prime au-dessus de l’huile de palme dans un intervalle de $100 à $120» indique un trader à Singapour. Ajoutant que «Les stocks d’huile de palme et de l’huile de soja sont tendus cette année, mais ce scénario est en train de changer». Les Etats-Unis dominent le marché mondial du soja d’octobre à mars mais dans le prolongement des prix soutenus et d’une politique agressive de plantation, le département américain de l’Agriculture (USDA) prévoit des exportations à un record de 35,52 millions de tonnes en 2009/10. Le soja américain est habituellement acheté par la Chine pour le transformer en huile et tourteaux. La plupart de ses besoins en importations d’huile végétale sont satisfaits à travers des cargos d’huile de palme. Le Brésil et l’Argentine prendront le contrôle du marché à partir d’avril et à en juger par l’accroissement des superficies plantées, largement de soja, et de conditions climatiques favorables, les traders estiment que les disponibilités en huile de soja pourraient facilement éroder les parts de marché de l’huile de palme en Inde et au Pakistan.
Les principaux producteurs d’huile de palme, l’Inde et la Malaisie devraient avoir une bonne production en 2010. Cependant, la moyenne des rendements pour l’huile de palme est de 3,7 tonnes contre 0,4 tonnes pour le soja et sur cette base, les négociants estiment que l’huile de palme devrait prendre une large part de la production mondiale d’huile comparée au soja.

THÉ Avec le retour de la demande pour des feuilles de qualité, le prix moyen du prix du Kenyan Broken Pekoe (BP1) a atteint un nouveau record cette semaine sur le marché aux enchères à $5,10 le kilo contre $4,94 la semaine dernière et $5,02 le précédent record établit au début octobre.
Les derniers chiffres publiés par le Tea Bord of Kenya souligne l’impact de la sécheresse sur la production : sur les 9 premiers mois de l’année 2009, le Kenya a produit 209,4 millions de kilos, en baisse de 12% par rapport à 2008. C’est son plus bas niveau depuis cinq ans. Sur l’année, les industriels prévoient une baisse de 6% à environ 325 millions de kilos. L’appréciation du prix du thé, ainsi qu’un taux de change favorable, font que les exportations en valeur sont en hausse à $50,3 milliards de shillings ($667,7 millions) pour 256 millions de kilos (45,1 milliards de shillings pour 287 millions de kilos de janvier à septembre 2008). L’Egypte est le principal importateur de thé kenyan, représentant 23% des ventes (59 millions de kilos), suivie de la Grande-Bretagne et du Pakistan.
Les exportations de thé du Burundi ont progressé de 11% à $12,4 millions sur les neuf premiers mois de l’année par rapport à 2008 selon l’Office burundais du thé (OTB). En volume, elles se sont élevées à 5 216 tonnes contre 4 962 tonnes (de janvier à septembre). Le prix moyen à l’exportation a été de $ 2,84 le kilos en septembre contre $2,58 en septembre 2008. «Les prix ont été particulièrement bons entre juin et septembre soutenus par la sévère sécheresse en Afrique de l’Est qui a réduit la production.» souligne Remy Ndayininahaze de l’OBT. L’office table sur 7 500 tonnes exportées en 2009 pour une valeur de $15 millions.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +