30 décembre 2015 - 11:30 |

L'OMS déclare la fin de la chaîne de transmission d'Ebola en Guinée, Liberia, Sierra Leone

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré hier la fin de la transmission de la maladie à virus Ebola en Guinée. Quarante-deux jours se sont écoulés depuis que le dernier cas confirmé a donné un deuxième test négatif. La Guinée entre maintenant dans une période de surveillance renforcée de 90 jours afin de pouvoir identifier rapidement tout cas nouveau et empêcher ainsi la propagation du virus.

Cette fin de la transmission en Guinée marque une étape importante dans la flambée du virus en Afrique de l’Ouest qui a affecté les populations et les économies, notamment l'agriculture. C'est en Guinée, à Guéckédou, que la chaîne de transmission d’origine avait démarré fin décembre 2013, il y a deux ans. Elle a entraîné une flambée épidémique qui s’est propagée au Liberia et en Sierra Leone, deux pays voisins, puis dans sept autres pays, par voie terrestre ou aérienne, rappelle l'OMS dans un communiqué.

"Pour la première fois, les 3 pays affectés – la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone – ont arrêté les chaînes de transmission à l’origine de cette épidémie dévastatrice il y a deux ans", déclare Dr Matshidiso Moeti, directeur régional pour l’Afrique.

En plus de la chaîne de transmission d’origine, 10 nouvelles petites flambées de maladie à virus Ebola, ou "résurgences", sont survenues de mars à novembre 2015. Elles semblent dues à la résurgence d’un virus persistant au sein de la population survivante. Il arrive notamment que, chez certains survivants de sexe masculin, le virus reste présent dans le liquide séminal pendant 9 à 12 mois après rétablissement du sujet et disparition du virus du système sanguin.

"Les mois à venir seront absolument critiques", déclares pour sa part, Dr Bruce Aylward, représentant spécial du Directeur général de l'OMS pour la riposte à Ebola. "Pendant cette période, les pays doivent être pleinement préparés à prévenir et détecter tout nouveau cas et à intervenir en conséquence."

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +