31 mars 2015 - 00:00 |

Macoumba Diouf : "L'engouement des producteurs sénégalais pour l'horticulture"

Chiffres à l'appui, Macoumba Diouf, directeur national de l'Horticulture  au ministère de l'Agriculture et de l'équipement rural du Sénégal, est formel : l'engouement manifeste des Sénégalais pour l'horticulture se traduit dans les chiffres et les ambitions du pays sont élevées, a-t-il expliqué à CommodAfrica.

La production de tomates a été de 97 000 tonnes (t) en 2013/14 et devrait atteindre 200 000 t d'ici 2017 selon les objectifs gouvernementaux, celle d'oignons est de 245 000 t avec pour cible 350 000 t en 2016 et celle de pomme de terre 30 000 t et atteindrait 47 000 t en 2017.

D'ores et déjà, grâce aux semences subventionnées, la production de pomme de terre a doublé et couvre 4 mois de consommation contre seulement deux mois et demi l'année dernière.  L'objectif des 47 000 t pourrait être atteint dès cette campagne 2014/15, déclare-t-il.

"On cherche à exporter mais surtout on cherche à réduire les importations", souligne Macoumba Diouf qui précise que le marché est régulé ce qui permet de geler les importations en période de production.

Pour le responsable, il n'y a aucun doute : pour inciter les jeunes à s'établir dans les zones rurales et à exercer des métiers agricoles, il faut miser sur l'horticulture qui est un secteur beaucoup plus dynamique que des cultures comme l'anacarde ou encore l'arachide.

Auparavant activité essentiellement périurbaine, l'horticulture s'est aujourd'hui développée partout au Sénégal et ce d'autant plus qu'elle s'avère beaucoup plus résiliente aux aléas climatiques que les cultures classiques d'exportation.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +