31 mars 2022 - 15:19 |

Huiles végétales : terrain très glissant

Huile de soja, de tournesol, de colza ou de palme, toutes sont sous tension avec des prix élevés.  La guerre entre la Russie et l’Ukraine a bien sur mis un coup de pied dans la fourmilière exacerbant les tensions déjà présentes. L’Inde qui achète de l’huile de tournesol à la Russie à un prix record ou le détaillant britannique Iceland qui revient sur son interdiction d’huile de palme sont révélatrices du marché actuel des huile végétales.

Le conflit Russie-Ukraine a engendré une raréfaction de l’huile de tournesol dans un contexte d’une pénurie d’huile végétale et de marchés énergétiques solides.  Ces deux pays de la mer Noire représentent 60% de la production mondiale d’huile de tournesol et 76% des exportations.

Face à la pénurie, l'Inde achète au prix fort

Le premier importateur mondial d’huiles alimentaires, l’Inde, fait face à une pénurie d’huile de tournesol. Les expéditions de  plus de 300 000 tonnes d'huile de tournesol de l'Ukraine vers l'Inde sont bloquées,  le chargement dans les ports ukrainiens étant suspendu,  selon un revendeur basé à Mumbai interrogé par Reuters. Pour combler ce déficit, l’Inde aurait acheté 45 000 tonnes d’huile de tournesol russe à un prix record de $2 150 la tonne CAF pour des expéditions d’avril contre $1 630 avant l’invasion de l’Ukraine par l’Inde.

New Dehli tente aussi d’augmenter ses importations d’huile de tournesol d’Argentine.

Mais  « Même après les importations de Russie et d'Argentine, il y aura une pénurie d'huile de tournesol.  Personne ne peut remplacer les expéditions de l'Ukraine" affirme à Reuters Sandeep Bajoria, directeur de la société de courtage en huile végétale Sunvin Group.  Les raffineurs ne parviendraient à importer qu’environ 80 000 tonnes d’huile de tournesol alors que la consommation indienne est d’environ 200 000 tonnes.

Avec des prix élevés et une raréfaction, les consommateurs se tournent vers d’autres huiles comme l’huile de soja, de colza ou d’arachide.

L'Europe retrouve-t-elle le goût de l'huile de palme ?

En Europe, l’huile de palme pourrait-elle retrouver un peu de son lustre passé ? Cette semaine, la chaine de supermarchés britannique Iceland Foods Ltd, qui compte plus de 900 magasins dans le Royaume-Uni, a indiqué qu’elle reviendrait  temporairement à l'utilisation de l'huile de palme dans certains aliments de marque propre à partir de juin.  « La seule alternative à l'utilisation d'huile de palme dans les circonstances actuelles serait simplement de vider nos congélateurs et nos étagères d'une large gamme d'aliments de base, y compris des chips surgelées et d'autres produits à base de pommes de terre",  admet Richard Walker, directeur d’Iceland. 

Depuis 2018, la chaine est une fervente militante contre l’utilisation de l’huile de palme qu’elle a supprimée. Un revirement prit sous la contrainte.  «Il s'agit d'une urgence grave qui nécessite des choix et des compromis difficiles si nous voulons atteindre notre objectif premier de continuer à nourrir la nation et de fournir des aliments abordables à ceux qui ont des budgets serrés, qui seront inévitablement les plus touchés par les pressions sans précédent qui s’accumulent maintenant dans nos chaînes d’approvisionnement » a ajouté Richard Walker.

Un infléchissement qui n’a pas échappé à la Malaisie, qui tout comme l’Indonésie, n’est guère en odeur de sainteté en Europe en ce qui concerne l'huile de palme. Ainsi, la ministre malaisienne des Industries des plantations et des produits de base, Datuk Zuraida Kamaruddin, a déclaré que la Malaisie était prête à aider le Royaume-Uni et l'Europe à surmonter leur crise imminente d'approvisionnement en huile de graines comestibles. "Nous sommes profondément préoccupés par la situation au Royaume-Uni et en Europe, suite à la situation actuelle entre la Russie et l'Ukraine. Et par conséquent, si le Royaume-Uni et d'autres pays européens ont besoin de notre aide, nous sommes prêts à les aider à fournir de l'huile de palme comestible ou de l'huile de cuisson pour leurs besoins domestiques et de fabrication", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

 

Filières: 
Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +