31 juillet 2015 - 12:00 |

Plus d'un enfant sur 3 en zone cacaoyère au Ghana et en Côte d'Ivoire y travaille

Sur financement du ministère américain du Travail, l'Ecole de santé publique et de médecine tropicale de l'Université de Tulane (Nouvelle Orléans, Louisiane) vient de faire paraître sa deuxième étude sur le travail des enfants dans les filières cacao de Côte d'Ivoire et du Ghana. Une étude réalisée en collaboration avec l'Ecole nationale de statistique et d'économie appliquée (Ensea) de Côte d'Ivoire et de l'Institute of Statistical, Social and Economic Research (ISSER) au Ghana, notamment pour la réalisation du travail d'enquête.

En 2013/14, sur une population totale ivoirienne de 20,32 millions de personnes, selon la Banque mondiale, 3,73 millions d'enfants de 5 à 17 ans vivaient dans leurs familles en zone cacaoyère contre 3,55 millions en 2008/09. Ceci représente une augmentation de 180 000 ou encore de 5%

Sur ces 3,73 millions d'enfants en Côte d'Ivoire, 1,3 million travaillaient dans la production cacaoyère soit 34,8% contre 820 000 enfants en 2008/09 (23%) ; 1,2 million (32%) travaillaient comme enfants ouvriers dans la cacaoculture contre 810 000 (22,8%) en 2008/09; 1,15 million (30,8%) contre 790 000 (22,2%) effectuaient des taches dangereuses dans la cacaoculture.

Au Ghana, sur une population totale de 25,9 millions, 2,24 millions d'enfants habitaient en zone cacaoyère contre 2,16 millions en 2008/09, soit une hausse de 4% (moins de 100 000).

Au Ghana, sur les 2,24 millions d'enfants habitant dans leur milieu agricole, 960 000 travaillaient dans la cacaoculture (42,8%) contre 1 million en 2008/09 (46,3%) ; 920 000 (41%) travaillaient comme enfants ouvriers dans la cacaoculture contre 950 000 (44%); 880 000 effectuaient du travail dangereux contre 930 000 (43%) en 2008/09.

http://www.childlaborcocoa.org/images/Payson_Reports/Tulane%20University...

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +