31 août 2022 - 12:15 |

Chronique Énergies renouvelables & Agriculture en Afrique de l'Ouest au 31 août 2022

D'importants efforts continuent à être déployés pour former et accompagner les entrepreneurs locaux dans leurs démarches et projets impliquant les énergies renouvelables, comme nous avons pu le constater ces dernières semaines avec Serengeti Energy au plan continental et la GIZ en Côte d'Ivoire. Au Ghana, une centrale soliare et une unité de stockage vont être développées par le chinois Huawei, tandis qu'en Sierra leone, l'ONU met $ 3,5 millions pour que les villages les plus reculés aient accès à l'énergie.

 

Mais c'est le Nigeria qui affiche le plus grand tournant ces derniers jours avec le lancement, jeudi dernier, de son Plan de transition énergétique : au total $ 1,6 trillion sera nécessaire d'ici 2060. Et, visiblement, la Turquie entend prendre toute sa place dans le tournant énergétique du pays.

 

AFRIQUE

Face au constat selon lequel plus de 500 millions de personnes en Afrique subsaharienne n'ont pas accès à l'électricité, Serengeti Energy, en collaboration avec le Private Financing Advisory Network (PFAN), a annoncé le 11 août le lancement de l'incubateur Umoja 2022.

Cet incubateur a pour objectif d'aider les futurs entrepreneurs d’Afrique sub-saharienne dans les énergies renouvelables à mener à bien leur projet. Il s’agit d’améliorer la « bancabilité » des projets d'énergie renouvelable les plus prometteurs grâce à l'accès aux connaissances commerciales et techniques et en sécurisant leur financement.

La période de candidatures est ouverte jusqu'au 4 septembre 2022 en postulant sur https://www.serengetienergy.com/incubator/ après quoi un jury composé de partenaires industriels de premier plan évaluera les projets. Les meilleurs candidats au programme seront invités à un atelier d'une semaine au Cap, en Afrique du Sud, au cours duquel le gagnant du premier incubateur Umoja sera annoncé.

Le programme est financé par la Facilité d'assistance technique du Serengeti qui comprend la Kreditanstalt fuer Wiederaufbau (KfW) allemande, le Fonds nordique de développement (NDF), le Secrétariat d'État suisse à l'économie (SECO) et l'Agence coréenne de coopération internationale (KOICA).

CÔTE D’IVOIRE

Du 10 au 12 août à San Pedro en Côte d’Ivoire, l’agence de coopération allemande, la GIZ, a organisé un atelier afin de sensibiliser les acteurs économiques à la réglementation et les évolutions technologiques en matière d’énergies renouvelables, rapporte Afriksoir. Il a été rappelé que plusieurs régimes réglementaires s’appliquaient à la production autonome d’énergies

Rappelons que la GIZ a, en Côte d’Ivoire, un projet de formation professionnelle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique (ProFERE).

GHANA

Huawei Digital Power Technologies, une unité du géant chinois des technologies Huawei, a récemment conclu un accord avec Meinergy Technology, un développeur de projets solaires installé au Ghana, pour la construction sur place d’une centrale solaire de 1 GW combinée à une capacité de stockage de 500 MWh dans les années à venir, a indiqué le groupe mi-août.  

L’accord prévoit que Huawei fournisse des systèmes solaire et de stockage pour le projet, tandis que Meinergy sera responsable du développement et de la construction de l’installation.

« Le projet sera réparti sur 12 sites où seront déployés des centrales PV allant de 80 à 100 MW. Chacune d’entre elles sera associée à environ 50 MWh de stockage. Nous avons déjà lancé la construction de deux installations de 100 MW. D’ici la fin de l’année, nous visons le raccordement au réseau des 200 premiers MW. 200 MW supplémentaires devraient ensuite être déployés chaque année », ont expliqué Kevin Wu, PDG de Meinergy, et Peter Acheampong, directeur adjoint du département Énergies renouvelables de Bui Power Authority, à PV Magazine.

NIGERIA

- Le Nigeria a lancé jeudi dernier son Plan de transition énergétique. Un soutien de $ 1,5 milliard a été annoncé par la Banque mondiale et le Nigeria espère obtenir un autre financement de $ 1,5 milliard auprès d'une institution basée aux États-Unis, indique African Media Agency (AMA).

 

"Nous prévoyons de déployer plus de $ 1,5 milliard en faveur du Plan de transition énergétique sur les énergies renouvelables, sur les réformes du secteur de l'électricité, sur la cuisine propre, et partout où des opportunités se présentent", a déclaré Shubham Chaudhuri, directeur national du Nigeria de la  Banque mondiale.

 

Lors de la COP26 à Glasgow l'année dernière, le président Buhari avait annoncé vouloir atteindre un niveau « Net zéro » d'ici 2060. Le plan est, d'ores et déjà, soutenu par Sustainable Energy for All et la Commission de Transition Energétique (ETC) de la COP26 et le Nigeria recherche des partenaires spécialisés dans l'innovation et le financement à grande échelle.

 

Au total, le pays a besoin d’investir $ 1,9 trillion d’ici 2060 pour atteindre le « Net zéro », soit $ 410 milliards de plus que les dépenses normales projetées, ce qui représente environ $10 milliards par an jusqu'en 2060 pour atteindre ses objectifs.

 

- Nigerian Bulk Electricity Trading (NBET) a signé un accord avec l’entreprise turque Energy Exchange Instanbul (EXIST) pour monter en puissance sur les investissements dans les énergies renouvelables chez le géant africain, rapporte aujourd’hui Blueprint. Ceci s'inscrit dans le cadre de l'engagement du gouvernement fédéral de diversifier le mix énergétique du pays et de passer à une économie à faible émission de carbone.

 

« Environ 54% de la capacité de production d'électricité de la Turquie provient d'énergies renouvelables, notamment des centrales hydroélectriques, éoliennes, solaires, géothermiques et à biomasse. Faire de la Turquie le 5e producteur d'énergie renouvelable en Europe et le 12ème au monde », a indiqué Yunusa Abdulahi, conseiller en communication du ministre des Finances du Nigeria, Zainab Shamsuna Ahmed.

SIERRA LEONE

Seuls 26 % de la population de la Sierra Leone ont accès à l'électricité et cela principalement dans les zones urbaines et périurbaines. C'est l'un des taux d'accès à l'électricité les plus bas au monde, rappelle Euclid Infotech.

Avec près de $ 3,6 millions de financement du gouvernement du Japon, l’ONU à travers United Nations Office for Project Services (UNOPS) met en œuvre un projet au nom du ministère de l'Énergie de la Sierra Leone pour aider à étendre l'accès à l'énergie aux villages reculés. Dans le cadre du projet, l'UNOPS a construit un réseau de distribution pour les systèmes de mini-réseaux solaires photovoltaïques dans six communautés rurales mal desservies et touchant quelque 15 000 personnes : Grima Tikonko, Lower Saama, Naiagolehun, Petewoma, Serabu et Upper Saama.

En utilisant le réseau de distribution, un opérateur du secteur privé construira un système de mini-réseau qui produira 330 kilowatts d'électricité solaire. Cela fournira de l'électricité aux écoles, aux pharmacies, aux ménages, aux entreprises et à six centres de santé communautaires, qui recevront 6,6 kilowattheures par jour d'électricité gratuite.

Ce projet complète deux autres projets mis en œuvre par l'UNOPS, l'un financé par UK Aid et l'autre par la Banque mondiale.

Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Oui

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +