28 janvier 2010 - 09:49 |

En Côte d'Ivoire, la filière avicole se remplume

La filière a pu investir FCFA 5 milliards sur quatre ans

(28/01/10)

La filière élevage en Côte d’Ivoire se porte mieux ! Il y a plus de cinq ans, le secteur avicole ivoirien subissait une forte concurrence imposée par les sous-produits (aliments de volaille) et produits importés (oeufs, poulets congelés) qui inondaient le marché local. Une situation qui avait eu pour conséquence un net recul de la production locale et l’appauvrissement progressif d’un million de personnes qui vivent directement ou indirectement de l’aviculture.

Puis en 2005, dans le budget de l’Etat, le gouvernement ivoirien prend une mesure compensatoire relevant la taxe prélevée sur les sous-produits de la volaille importés. Il fait passer le prix du kilogramme des produits importés des pays européens et d’Amérique du sud de FCFA 500 à 1 000 afin de décourager l’importation et de soutenir la production locale, selon des analystes. ”Du coup, nous sommes parvenus à surmonter cette concurrence sauvage qui nous était imposée. Et nous sommes satisfaits que cette mesure n’ait pas entraîné la moindre pénurie et la flambée des prix de poulets et d’oeufs sur le marché national”, indique à IPS, Philippe Ackah, président de l’Interprofession avicole de Côte d’Ivoire.

Selon Philippe Ackah, grâce à la mesure compensatoire, le secteur a enregistré un investissement de près de FCFA 5 milliards sur quatre ans. Résultat: de plus de 9 000 tonnes de viande de volaille produite en 2005, l’aviculture ivoirienne est passée à 20 000 t en 2009 pour un chiffre d’affaires de FCFA 50 milliards, soit dix fois plus que l’investissement. La production d’oeufs a atteint 800 millions d’unités contre 435 millions pour la même période, avec environ 39 000 emplois créés. En outre, indique Ackah, le secteur a généré entre 2005 et 2009, FCFA 15 milliards aux cultivateurs de maïs et de tourteaux de coton, qui ont réalisé respectivement 24 000 ha de maïs et 33 000 ha de coton ces dernières années.

Le gouvernement ivoirien a reconduit, début janvier, la mesure à la demande des aviculteurs. ”Cette mesure compensatoire du gouvernement se présente comme une décision salvatrice pour le secteur avicole ivoirien. Il y a quelques années, le découragement avait commencé à gagner du terrain dans le milieu et personne ne savait à quel saint se vouer”, commente Alain Bouabré, économiste à Abidjan.

Ainsi, les acteurs du secteur avicole annoncent, pour les dix prochaines années, un investissement de FCFA 150 milliards et la création de 10 000 emplois supplémentaires. Ils invitent par ailleurs les autorités à prendre les mesures nécessaires pour surveiller les eaux territoriales. Et ils souhaitent bénéficier des avantages fiscaux prévus par le Code d’investissement en Côte d’Ivoire pour améliorer leur compétitivité.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +