26 mars 2012 - 19:00 |

Hausse des résultats du Groupe Bolloré

Les plantations et le transport en Afrique se portent bien

Le groupe Bolloré a réalisé une hausse de 19% de son résultat opérationnel, la croissance de sa division transport et logistique et l’amélioration des résultats d’autres activités ayant plus que compensé la hausse des investissements dans les batteries et les véhicules électriques.
Pour le groupe diversifié, présent dans les transports et la logistique, la distribution d’énergie, les films plastiques, les batteries, la communication et les médias, l’année 2011 a été marquée entre autres par le lancement d’Autolib, le service de voitures électriques en “autopartage” en Ile-de-France. Lors de l’obtention du contrat fin 2010, Bolloré avait dit prévoir un investissement de €100 millions.
Ces dépenses et la prise de participation de 1,1% dans Vivendi liée à la vente des chaînes Direct 8 et Direct Star, ont contribué à creuser l’endettement net du groupe en 2011: à 1,884 milliard d’euros, il a augmenté de 124 millions sur un an. Le ratio dette/fonds propres reste néanmoins inchangé à 46%.
Le résultat opérationnel atteint 290 millions d’euros et le résultat net, part du groupe, 320 millions (+0,9%), pour un chiffre d’affaires de 8,491 milliards d’euros (+21%). A périmètre et taux de change constants, la progression du chiffre d’affaires est ramenée à 11%, _”portée par l’augmentation des volumes transportés dans le monde, la hausse des prix des produits pétroliers, la bonne marche des activités industrielles et la forte croissance des ventes des plantations et des recettes publicitaires des médias”_indique le groupe.
Le résultat financier, à 146 millions d’euros, intègre une plus-value de 141 millions réalisée sur la vente de 3,5% du capital de Vallourec et un dividende de 60 millions versé par le groupe publicitaire britannique Aegis.

Très bons résultats des plantations

Les plantations, qui sont intégrées dans la division « Média, télécom, plantations, holdings » ont enregistré de très bons résultats, selon le groupe, bénéficiant de la hausse des cours de l’huile de palme (+25% par rapport à 2010) et du caoutchouc (+34% par rapport à 2010).
Safa Cameroun (8 800 hectares d’hévéas et de palmiers à huile) a vu son chiffre d’affaires progressé de 33% à € 26 millions et son résultat net de 65% à € 9,9 millions ;
Groupe Socfin, dont Bolloré détient près de 39% (150 000 hectares de plantations en Asie et en Afrique) a pur la partie africaine vu son chiffre d’affaires plus que doublé à Okomu au Nigeria (15 700 hectares de palmiers et d’hévéas) à €18 millions et le résultat net de Socapalm (33 600 hectares de palmiers ) et Ferme Suisse (unité de raffinage) au Cameroun gagner €1 million à € 13 millions ;
• Au Liberia, La (13 600 hectares d’hévéas) a vu son chiffre d’affaires progressé de plus de près de 140% à €19 millions ; en revanche Salala (4 400 hectares d’hévéas) a enregistré un résultat net négatif (€0,8 million) pénalisé par les frais financiers et la concurrence à l’achat du caoutchouc.
SOCB en Côte d’Ivoire (23 200 hectares de palmiers et d’hévéas) a enregistré un résultat net en hausse de 82% à € 47 millions grâce à une production d’huile de palme exceptionnelle. Quant à la SCC toujours en Côte d’Ivoire, la forte progression d’usinage de caoutchouc a entraîné une multiplication par 6 du résultat net à € 2 millions.
• Enfin, le groupe a replanté 5 000 hectares de palmier en République démocratique du Congo et créé une nouvelle plantation de 12 000 ha de palmiers au Sierra Leone où il est programmé une replantation de 2 500 ha en 2012.
Pour la division transport-logistique, le chiffre d’affaires à progressé de 5% en 2011 à 4 872 millions d’euros, ce qui représente un peu plus de la moitié du chiffre d’affaires du groupe ; le résultat opérationnel progresse de plus de 13% à 412 millions et est la seule contribution positive.

Sur l’Afrique, Africa Logistics a vu son chiffre d’affaires progressé de 5% à €2 084 millions, en dépit de la crise en Côte d’Ivoire. Bolloré attribue cette performance à la rapide reprise des activités en Côte d’Ivoire à partir de la fin du mois d’avril 2011, au dynamisme des terminaux portuaires, dont celui de Tin Can-Lagos au Nigeria, à l’apport du démarrage des nouveaux terminaux remportés récemment : Freetown au Sierra Leone, Conakry en Guinée, aux bons résultats des principaux pays d’Afrique centrale, en particulier du Cameroun, du Nigeria, du Congo, du Gabon et du Ghana, et à la bonne marche de d’Afrique de l’Est (Kenya) et de l’Afrique australe (Afrique du Sud, Mozambique).

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +