16 octobre 2008 - 23:22 |

Jim Rogers : Investisseurs, les matières premières agricoles sont votre salut !

Et l’Afrique sera aux premières loges

(16/10/08) Surtout, ne baissez pas les bras ! Les matières premières sont les meilleurs investissements qu’on puisse réaliser et ceci devrait demeurer ainsi au moins jusqu’en 2020…

Le gourou américain des matières premières, Jim Rogers, invité par ETF Securities dans les locaux de l’agence Reuters à Paris aujourd’hui, livre son verdict sans appel : si vous voulez investir quelque part aujourd’hui, portez-vous sur les matières premières car les fondamentaux demeurent excellents à moyen et long terme et le potentiel de progression des cours est phénoménal, notamment par rapport à ceux des actions et obligations.

Après les devises, les matières premières sont devenues le deuxième marché d’actifs et on n’a pas encore tout vu car la plupart des gens ne connaissent rien aux matières premières et demeurent encore dubitatifs, ajoute-t-il. «  Actuellement, 800 000 fonds mutuels sont investis sur les actions et obligations et seulement 100 sur les matières premières. Cette classe d’actifs demeure encore largement méconnue et intacte. »

«  Le marché haussier de ces matières a démarré en 1999 et devrait persister jusqu’en 2020 si les trends historiques sont respectés.  » Et ce n’est ni une mode, ni une conséquence d’une spéculation quelconque. C’est le fruit de fondamentaux porteurs, de la situation de l’offre et de la demande. La croissance démographique est là, les populations des pays émergents aspirent au même mode de consommation que les pays occidentaux, l’essor des biocarburants (qui sont une vaste plaisanterie au plan écologique, précise-t-il en passant) sont autant de facteurs entre autres qui maintiendront à la hausse les cours des produits.

Et parmi ces matières premières, les produits agricoles sont le segment le plus porteur en terme d’investissements. « Lorsqu’on verra le bout de cette crise, ce qui augmentera c’est là où les fondamentaux n’auront pas été abimés : les produits agricoles ».Tout simplement car l’agriculture est demeurée le parent pauvre pendant 30 ans, totalement sous investie, voire déconsidérée : la preuve, dans les pays occidentaux, les agriculteurs sont âgés. Peu de jeunes ne veulent épouser cette profession. La recherche a stagné par rapport à d’autres secteurs économiques, tant en termes de produit végétal qu’en équipement agricole. Et pourtant, il faut nourrir le monde.

Et, selon Jim Rogers, l’Afrique sera un des grands bénéficiaires du retour en grâce de l’agriculture…

Quant aux métaux et minerais, on n’a pas vu arriver l’essor considérable de la demande des pays émergents comme la Chine et l’Inde. Aux Etats-Unis, la dernière construction d’une raffinerie de plomb remonte à 1969, précise l’analyste chevronné. Aucun champs pétrolier majeur n’a été découvert ces 40 dernières années. Or, cela prend 10 ans avant qu’une mine, quel qu’elle soit, n’atteigne sa pleine productivité.

Sur le court terme, Jim Rogers s’attend à une très forte poussée inflationniste car tous les pays de la planète ont aujourd’hui recours à la planche à billets pour contrer la crise. Or, cela ne peut que générer de l’inflation. Et le seul actif permettant de se prémunir contre le risque inflationniste, ce sont… les matières premières ! Ceci d’autant plus que les cours de ces matières évoluent à contre-courant de la valeur du dollar. Or, les autorités américaines sont persuadées aujourd’hui qu’il leur faut mener une politique du dollar faible pour pouvoir ranimer la compétitivité américaine et relancer la demande.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +