02 mars 2020 - 10:47 |

Dans un marché en croissance, l’Afrique contribue à près de 60% de l'offre mondiale en noix de cajou en 2019

Le marché de la noix de cajou est toujours très dynamique et le premier bilan de 2019 l’illustre avec une consommation mondiale d’amande de cajou en progression de 12,3% par rapport à l’année 2018 et de 14,7% dans les pays non producteurs, qui représentent 64% de la demande en amandes de cajou, selon les chiffres compilés par le spécialiste n’kalô.

Dans ce marché, en forte croissance, l’Afrique est un fournisseur majeur de noix de cajou brute. On parle souvent de l’importance du continent dans l’approvisionnement en cacao, mais l’Afrique a fourni près de 60% des noix de cajou brute avec en tête l’Afrique de l’Ouest représentant près de 51% de l’approvisionnement mondial, la production en Afrique de l’Est ayant fortement chuté à 277 000 tonnes en 2019, soit le même niveau qu’en 2016.

La Côte d’Ivoire garde sa suprématie avec 900 000 tonnes produites en 2019, soit près de 24% de la production mondiale. En quatre ans, la production a gagné 175 000 tonnes. Suivent le Nigeria avec 270 000 tonnes, plus 85 000 tonnes par rapport à 2016, puis la Guinée Bissau mais avec une tendance à la baisse. Parmi des pays ouest-africains plus mineurs, on observe une forte progression en particulier au Bénin où la production est passée de 95 000 tonnes en 2016 à 155 000 tonnes en 2019, ou encore le Ghana plus 40 000 tonnes à 120 000 tonnes en 2019.

Les statistiques de n’kalô confirment la montée en puissance du Cambodge, qui pourrait devenir à terme un

concurrent sérieux de l’Afrique. La production a plus que doublé en quatre ans, passant de 80 000 tonnes en 2016 à 195 000 tonnes en 2019, avec l’appui notamment du premier transformateur mondial, le Vietnam, qui veut diversifier ses sources d’approvisionnement (Lire : Noix de cajou : le Cambodge, un futur concurrent de l’Afrique ?).

 

Du côté des amandes de cajou, l’histoire n’est pas la même. Toutefois, la transformation progresse en Afrique de l’Ouest et mis à part le Vietnam, les pays ouest-africains enregistrent les plus belles progressions. Le Vietnam est le premier transformateur mondial (51% de la production mondiale d’amande) avec un ajout de 450 000 tonnes en quatre ans (+30%) pour atteindre 1 ,950 Mt en 2019. L’Inde se situe juste après avec 1,5 Mt. Cependant, sa production n’a augmenté que de 1,70% en quatre ans, mais aussi contrairement au Vietnam plus de 85% de sa production est consommée localement. Alors qu’elle stagne voir baisse en Afrique de l’Est, la transformation des noix de cajou en Afrique de l’Ouest a progressé de près de 70% en quatre ans. Avec 129 500 tonnes d’amandes de cajou en 2019, l’Afrique de l’Ouest est presque en phase de ravir la place du troisième transformateur mondial, le Brésil, qui a produit 140 000 tonnes d’amandes.

Pays: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +