02 juin 2010 - 21:39 |

Les États-Unis lance l’ «Initiative alimentaire pour l’avenir»

$3,5 milliards engagés sur trois ans


(02/06/210)Les États-Unis vont lancer une initiative vigoureuse en vue de réduire la faim et la malnutrition dans le monde en investissant dans les pays qui ont dressé une stratégie visant à accroître leur production de produits vivriers, à créer des marchés solides et à susciter les investissements du secteur privé dans le domaine de l’agriculture, indique le site america.gov.
Ce projet, baptisé Initiative alimentaire pour l’avenir, est le prolongement de l’engagement du président Obama, pris en juin 2009, d allouer au mois $3,5 milliards sur trois ans au développement agricole et à la sécurité alimentaire, dans le but d’assurer à ceux qui en ont besoin de par le monde un accès durable à une nourriture saine et des revenus suffisants pour se la procurer. Le Congrès devra approuver le budget définitif de l’initiative.

15 à 20 pays ciblés
Seront associées à ce projet différentes agences du gouvernement fédéral, dont l’USAID, les ministères de l’Agriculture et des Finances, la Millennium Challenge Corporation et le Corps de la paix, en collaboration avec jusqu’à 20 « pays ciblés » en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Ces pays, dont la liste définitive sera établie d’ici à la fin 201, seraient l’Éthiopie, le Ghana, le Kenya, le Libéria, le Mali, le Malawi, le Mozambique, l’Ouganda, le Rwanda, le Sénégal, la Tanzanie et la Zambie ; le Bangladesh, le Cambodge, le Népal et le Tadjikistan ; le Guatemala, Haïti, le Honduras et le Nicaragua.
Les investissements seront alloués selon les priorités des pays en question tandis que ceux du secteur privé viseront certains domaines spécifiques comme l’entreposage des céréales et les systèmes d’information sur les marchés internationaux, a expliqué Rajiv Shah, administrateur de l’USAID. Les pays africains participant à l’Initiative alimentaire pour l’avenir ont indiqué qu’ils favorisaient les investissements américains qui viendraient accroître le commerce régional de leurs produits agricoles.
M. Shah a ajouté que plusieurs pays avaient déjà déployé d’importants efforts pour mettre en œuvre des stratégies dans le domaine de l’alimentation et des investissements afférents. Il a pris note du fait que le Rwanda avait accru sa production alimentaire de près de 50 % depuis 2006 en multipliant les investissements gouvernementaux dans le secteur agricole.
Certains pays ont formé des partenariats avec de gros acheteurs de produits alimentaires internationaux afin de créer une demande et des systèmes d’approvisionnement durables. Wal-Mart, par exemple, qui est le plus grand vendeur au détail du monde, œuvre de concert avec les agriculteurs de l’Amérique centrale pour les aider à améliorer leurs méthodes d’entreposage des récoltes.

Priorité aux femmes
La stratégie énoncée par le gouvernement Obama donne la priorité aux femmes. Le ministre américain de l’Agriculture, Tom Vilsack, a mis l’accent sur le fait que le gouvernement fédéral prévoyait d’accorder aux femmes du crédit, des services d’appoint et des bourses de recherche. L’Initiative alimentaire pour l’avenir ciblera particulièrement la recherche dans le domaine des techniques agricoles et de la biotechnologie. Les programmes de recherche coordonnés par le ministère de l’Agriculture et l’USAID compteront la participation d’universités américaines et internationales de même que celle des entités du secteur privé.
M. Vilsack a ajouté que la nouvelle initiative consacrera aussi des ressources considérables aux programmes d’alimentation dans les écoles qui constituent souvent la seule source de repas nutritifs pour de nombreux enfants.
Le ministre de l’agriculture a souligné que le bénévolat jouerait également un rôle dans l’Initiative alimentaire pour l’avenir. Certains programmes, tel « De fermier à fermier » qui est géré par des groupes non gouvernementaux, visent à établir des relations entre des agriculteurs et des experts de l’agroalimentaire américains avec leurs homologues dans les pays en développement avec lesquels ils partagent leurs compétences et leur savoir-faire à titre bénévole.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +