02 juin 2016 - 14:45 |

Les services des douanes en pleine mutation numérique en Afrique de l'Ouest

La Conférence/Exposition de l’Organisation mondiale des douanes (OMD) sur les technologies de l’information (TI) s'est ouverte hier à Dakar. Cette rencontre, qui s'achèvera demain, a pour objectif d'amener les acteurs du numérique, au-delà des aspects douaniers, à réfléchir aux impacts positifs de ces TI sur le commerce et la chaîne logistique internationale.

Pour le secrétaire général de l’OMD, Kunio Mikuriya, l'étape suivant l’intégration de l’outil informatique dans les échanges, est l’inter-connectivité entre les administrations douanières et les autres structures intéressées. Une interconnexion qui est également attendue entre les administrations douanières des pays, rapporte AllAfrica.

Pour sa part, le directeur général des douanes du Sénégal, Pape Ousmane Guèye, estime que la connexion entre administrations douanières de pays de la région aiderait à rationnaliser les frais en permettant de dédouaner des marchandises dans n’importe quel pays de la zone.

Notons, à cette occasion, le rôle important joué par l'OMD dans la région, notamment depuis la Déclaration de Niamey, en juin 2013, pour "garantir la transition sans heurts des principales fonctions de la douane entre les sociétés d’inspection et les administrations des douanes".

Par exemple, la semaine dernière, l’Administration des douanes du Nigeria (NCS) et l’Administration fiscale du Ghana (GRA) ont assisté à un atelier conjoint de formation des formateurs en matière d’évaluation, organisé par l’OMD à Abuja, au Nigeria, sur financement coréen. En effet, le Nigeria et le Ghana ont tous deux résilié les contrats d’inspection qui avaient été conclus avec des sociétés privées et leurs administrations des douanes assument désormais la responsabilité des fonctions fondamentales que sont l’évaluation en douane et le classement. C'est l’OMD qui assiste ces deux pays dans le cadre de cette transition.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +