02 octobre 2015 - 01:15 |

La Chronique Matières du Jeudi (2 octobre 2015)

Le dollar s'est inscrit en baisse aujourd'hui, les marchés retenant leur souffle avant la publication de chiffres clés sur la bonne tenue de l'économie américaine, chiffres qui pourraient donner quelques indications sur le relèvement ou non, proche ou non, des taux d'intérêt de la Réserve fédérale. Avec toujours en toile de fond la décélération de l'économie chinoise et son impact que cela aura sur les marchés financiers et de matières premières. Une chose serait claire cepenandant, les fonds d'investissement chinois se tourneeaient davantage vers les marchés des matières premières considérés plus diversifiés et, par conséquent, moins risqués que les marchés financiers après la déroute boursière du mois d'août.

 

CACAO

A Londres, le prix du cacao a terminé la période sous revue à la baisse, à £ 2 132 la livre, New York clôturant à $ 3 105 la tonne.

En Côte d'Ivoire, la campagne 2015/16 a été lancée officiellement à Yamoussoukro aujourd'hui au cours d'une cérémonie présidée par le chef de l'Etat. Le prix garanti au planteur a été porté à FCFA 1 000 le kilo, soit une hausse de 18% par rapport aux FCFA 850 garantis en 2014/15. La campagne 2014/15 aura totalisé 1,8 million de tonnes (Mt), ont annoncé les autorités, en hausse par rapport aux 1,74 Mt de 2013/14.

Une hausse du prix au planteur ivoirien qui met la pression sur le Ghana. Car si le n°2 mondial du cacao ne veut pas voir ses fèves partir frauduleusement vers son voisin, il doit proposer à ses planteurs un prix au moins  aussi attractif. Ce prix, qui pourrait être de 425 cedis le sac de 64 kg contre 345 cedis en 2014/15 auxquels s'ajoutaient 5 cedis de bonus , selon le conseil d'un comité technique, doit être annoncé officiellement demain vendredi, lors du lancement de la nouvelle campagne.

Selon le directeur général de l'Organisation internationale du cacao, Jean-Marc Anga, la production du Ghana sera de 800 000 à 900 000 t en 2015/16, soit en hausse sur celle qui s'achève.

Autre grande actualité de la semaine, évoquée dans nos colonnes, le retour du siège de l'Organisation internationale du cacao en Côte d'Ivoire. Il était déjà prévu en 2002 mais l'insécurité régnante alors l'en avait empêché. En outre, un nouveau directeur général sera élu en septembre 2016, Jean-Marc Anga étant en poste depuis 2010.

CAFE

L'Arabica a terminé en baisse sur le marché de New York sur la période sous revue, à $ 1,2075 la livre, essentiellement sous la pression du jeu des devises, tandis que le Robusta lui emboîtait le pas, en baisse lui aussi, à $ 1 557 la tonne mercredi soir. Le contrat septembre a perdu 3,35% de sa valeur sur le mois écoulé.

Le Robusta du Vietnam était proposé cette semaine à prime de $ 50 à 60 la tonne sur le cours de Londres ; la prime était nettement supérieure la semaine dernière, à $ 80- 100. Les volumes échangés ont été faibles car la nouvelle récolte était offerte à un prix largement supérieur à Londres  alors que les acheteurs ne voulaient acheter qu'avec une décote.

Les exportations en Indonésie sont estimées avoir augmenté de 4% cette année, à 400 000 t contre 385 000 t en 2014. Notons que les prix à l'export du café indonésien est moins élevé que celui du Vietnam

Le Brésil a exporté 2,92 Ms de café en septembre contre 2,67 Ms en septembre 2014, selon le ministère du Commerce. En Amérique centrale, les exportations de café du Costa Rica sur la campagne 2014/15 qui s'achève, ont été en baisse de 6,8%, à 1,16 Ms. Au Nicaragua, les exportations ont chuté en août de 12% par rapport à août 2014, à 118 973 sacs de 60 kg. Mais ses exportations sur les 11 premiers mois de la campagne sont en hausse de 6% par rapport à la même période en 2013/14, à 1,72 Ms. Les exportations du Honduras pourraient être en hausse de 9% en 2015/16, à 7,2 millions de sacs de 46 kg, les plantations se redressant après l'attaque dévastatrice de la maladie de la rouille ces dernières années.

A noter que les torréfacteurs américains se sont rués sur les stocks certifiés, les stocks des marchés à terme, pour acheter de l'Arabica car la prime à payer pour des cafés d'Amérique centrale de belle qualité était très élevée. Les stock certifiés sont tombés en dessous de la barre des 2 Ms pour la première fois depuis septembre 2012.

Les exportations brésiliennes de café vers les pays de la péninsule arabique ont atteint une valeur de $ 134,5 millions entre les mois de janvier et août.

Au  Kenya, la fourchette de prix pour la meilleure de qualité offerte aux ventes aux enchères de Nairobi, le Grade AA, a été plus étroite qu'aux ventes précédentes, entre $ 85 et 253 contre $ 77 et 277. Le Grade AB a trouvé preneur entre $ 110 et 261 contre $ 75 et 242 le sac de 50 kg.

CAOUTCHOUC

Alors que les marchés boursiers étaient fermés en Chine en raison de fête nationale, les cours du caoutchouc étaient plutôt sur une tendance haussière jeudi  dans un contexte de faibles échanges et avec des investisseurs qui hésitent à prendre de nouvelles positions. Sur le début de semaine le marché du caoutchouc a évolué en fonction des marchés boursiers avec toujours en toile de fonds les inquiétudes sur la demande chinoise, avec une activité manufacturière qui s’est à nouveau contractée en septembre. Les investisseurs étaient aussi prudents se demandant l’éventuel impact sur le secteur automobile du scandale de Volkswagen.

Sur le mois de septembre, le contrat de caoutchouc  pour une livraison en mars  sur le Tokyo Commodity Exchange  a clôturé en baisse de 5,4%, la quatrième baisse mensuelle consécutive.

COTON

Pour la première en cinq séances, les cours du coton se sont affaissés mercredi, les ramenant à un niveau incitatif pour les producteurs dans un marché qui peine à se remettre des plus bas depuis sept mois. Toutefois, le marché étant excédentaire et la récolte américaine arrivant, les cours pourraient  chuter, estime Jobe Moss, courtier à MCM Inc. 

Le commerce mondial du coton devrait demeurer stable en 2015/16 estime le Comité consultatif international du coton (CCIC)  le 1er octobre. Les importations mondiales de coton devraient rester inchangées à 7,6 millions de tonnes (Mt) en 2015/16. Alors que la Chine est susceptible de rester le plus grand importateur du monde, ses importations devraient chuter de 12% à 1,6 Mt. En juillet et août 2015, l’empire du Milieu a vendu près de 60 000 tonnes de sa réserve, mais en détient toujours 11 Mt. Les importations des autres pays devraient croître de 4% à 5,8 Mt. Les importations devraient augmenter de 1% au Bangladesh (972 000 t), de 2% au Vietnam  (956 000 t) et de 6% en Indonésie (782 000 t). Du côté des exportations, elles seraient en baisse aux  Etats-Unis de 9% à 2,2 Mt  en lien avec une production plus faible. Après avoir diminué de 48% en 2014/15, les exportations de l'Inde devrait reprendre pour atteindre 1,2Mt, en hausse de  34%. Les exportations devraient baisser de 10% à 766000 t pour le Brésil, de 5% pour l'Ouzbékistan (565 000 t.) et de 10% pour  l'Australie (467 000 t.).

En raison de la baisse des prix en 2014/15, les superficies devraient chuter de 7% à 31,1Mt en2015/16 et la production mondiale de 9% à 23,8 Mt. La consommation  mondiale augmenterait de 2% à 25 Mt., estime le CCIC.

En Inde, alors que la nouvelle campagne cotonnière s’ouvre aujourd’hui, le pays pourrait connaître le plus haut niveau de stocks de clôture de son histoire en 2014/15, selon l’Association cotonnière indienne (CAI). L’association a revu à la baisse son estimation de production pour 2015/16 à 377,0 lakh bales  (170 kilos), soit 6,4 millions de tonnes, en recul de 1,5% par rapport à la production 2014/15. "Le bilan prévisionnel établi par le CAI estime l'offre totale de coton pour la campagne  2015/16 à 467,65 lakh bales tandis que la consommation intérieure est estimée à 325,00 lakh bales laissant ainsi un excédent disponible de 142,65 lakh bales", indique un communiqué de CAI. Avec des prix pratiqués très en dessous du prix de soutien minimum (MSP), les agriculteurs et l'industrie sont dans l’attente d’une intervention du  gouvernement pour soutenir les prix.

HUILE DE PALME

La longue descente des cours de l’huile de palme prendrait-elle fin ? Ils ont gagné plus de 20% ce mois ci et clôturé à un plus haut de 15 mois à 2412 ringgits ($547,68) la tonne.  Au mois d’août, les cours avaient plongé à un plus bas de 6 ans et demi.  Plusieurs facteurs concourent à cette forte reprise. L’impact du phénomène El Nino sur la production d’huile de palme avec d’ores et déjà une production attendue en baisse en octobre. El Nino serait susceptible de réduire d’un million de tonnes la production d’huile de palme de la Malaisie à 19 Mt en 2016, et ainsi pousser les prix à 3 000 ringgits la tonne estime le directeur exécutif du Malaysian Palm Oil Council. De son côté Fadhil Hasan, directeur exécutif de l’ Indonesian Palm Oil Association estime que la production du premier producteur mondial pourrait reculer de 5% en 2016 toujours en raison d’El Nino.

Parallèlement à ce resserrement anticipé de l’offre, la demande augmenterait. Les importations d’huile de palme de l’Inde seraient susceptibles de croître de  6,2% à un record de 9,6 Mt, la sécheresse diminuant la production locale face à une demande croissante.

Enfin, la dépréciation du ringgit, qui a perdu 21% de sa valeur depuis le début de l’année, apporte également un soutien à la demande et donc au prix.

Les cours de l’huile de palme sont susceptibles de grimper de 40% d’ici la mi-2016 si El Nino réduit la production mondiale et si le premier producteur mondial, l’Indonésie, utilise plus d’huile de palme pour le biodiesel, estime  James Fry de LMC International . " El Nino mettrait les prix bien au-dessus de $700 $ (FOB) à la mi- année, si la production mondiale d’huile de palme  en 2016 était inférieure à celle de 2015" a déclaré James Fry. D’ores et déjà, estime Thomas Mielke de Oil World la production en septembre de la Malaisie sera inférieure à celle du mois d’août. Si à ces conditions météorologiques, l’Indonésie développe le biodiesel, l’offre du premier exportateur mondial serait moindre. En mai dernier, l’Indonésie a entériné des taxes à l’exportation pour alimenter un fond  qui servira à financer les subventions au biodiesel (cf. CommoAfrica Chronique Matière du Jeudi (7 mai 2015). "Les ventes de biodiesel ne sont pas viables au prix actuel, mais si le fonds subventionne le biodiesel local, comme c’est prévu à l'origine, son impact pourrait être grand," estime James Fry ajoutant, "Même sans El Nino, les prix devraient aller au-dessus de 600 $ au cours du premier trimestre de 2016. Cela suppose la mise en œuvre totale des subventions indonésiennes ».

RIZ

Alors que les marchés  ont été relativement calmes cette semaine, les prix du riz ​​à l'exportation tant au Vietnam qu’en Thaïlande ont augmenté en raison de la conclusion de l’appel d’offres avec les Philippines. Les deux pays se partagent le contrat pour la fourniture de 750 000 tonnes de  riz 25% brisures à 426,60 $ la tonne à expédier entre novembre  et mars 2016. En outre, l'Indonésie prévoit d'importer jusqu'à 1,5 million de tonnes de riz en provenance de Thaïlande et du Vietnam le mois prochain.

"Les nouvelles en provenance des Philippines et l'Indonésie ont fait grimper les prix", a déclaré un négociant à Ho Chi Minh-Ville. "Cependant, le marché est relativement calme car l'un des principaux importateurs de riz vietnamiens,  la Chine va arrêter temporairement les transactions pour célébrer sa fête nationale." La Chine, dont les importations avaient atteint un plus bas de 5 mois en août, est revenue aussi aux achats au mois de septembre, dopant les pris à l’exportation du Vietnam et réduisant l’écart entre les hautes et basses qualités.

Le Viet 5 % se négociait entre  $340- $345 la tonne contre $330- $340 la tonne la semaine dernière. Le Viet 25 % à $ 325- $340 la tonne contre $320- $330.

En Thaïlande, le deuxième plus grand exportateur de riz au monde, après l'Inde, le marché a été relativement calme. Le Thai 5% a légèrement augmenté à $342- $352 la tonne contre $340-$348 une semaine plus tôt. Le gouvernement militaire de la Thaïlande a vendu à  douze acheteurs nationaux 445 472 tonnes de riz provenant des stocks de l'État pour une valeur de 4,57 milliards de baht ($125, 48 millions), selon une déclaration faite mardi par le ministère du Commerce. Les stocks gouvernementaux s’élèvent à 13,3 Mt. 

SUCRE

Le sucre roux s'est emballé aujourd'hui sur la place de New York, grimpant à un plus haut en 4 mois et demi, ce qui a conduit les traders à vite couvrir leurs positions courte ce qui, à son tour, à eu un effet haussier. La livre a clôturé à 13,26 cents tandis que el blanc sur décembre terminait à $ 378,40 la tonne.

La raison ou plutôt les raisons ? Tout d'abord, le géant pétrolier Petrobras a annoncé une hausse des prix des produits pétroliers ce qui, mécaniquement, au Brésil, conduit les consommateurs à se tourner vers l'éthanol comme combustible notamment pour leurs voitures et donc à une plus forte demande en canne à sucre. Deuxièmement, Wilmar aurait acheté l'intégralité du sucre sur l'échéance octobre, soit 1,2 Mt

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +