03 juillet 2009 - 00:00 |

La Chronique Matières du jeudi

Les marchés plutôt orientés à la baisse à l’exception du coton

BOIS Les résultats pour le premier et deuxième trimestre tombent et se ressemblent : la valeur des exportations de grumes et produits du bois de Malasie sont en recul de 27% sur la 4 premiers mois de 2009 ; en Indonésie, l’Agence centrale des statistiques reporte une chute de 28% dans les exportations de bois au premier semestre 2009 ; en Bolivie, les exportations baissent de 10% en valeur sur la même période. Du côté des importateurs, la chute du marché est aussi sensible avec un recul de 48% des importations de grume dans l’Union européenne au premier trimestre 2009.
Le marché ouest africain est stable en prix et en volume au mois de juin souligne l’International Tropical Timber Organization (ITTO). Des acheteurs asiatiques réalisent régulièrement des achats et des embarquements pour des espèces spéciales plutôt limitées en 2008 et avant. L’ITTO note également des petits signes d’un regain d’intérêt des acheteurs européens dont les stocks sont très bas. Mais dans la conjoncture actuelle, cela n’est pas forcément un signe d’une reprise de la demande. Néanmoins, une orientation positive du marché est l’accroissement de la demande pour des bois certifiés, avec en tête les Pays-Bas et le Royaume Uni. Dans ce dernier pays, le gouvernement est particulièrement actif dans l’utilisation de bois certifiés dans les projets gouvernementaux.

CACAO Les contrats du cacao sur le marché américain ont souffert du recul de la livre sterling par rapport au dollar. A Londres, l’échéance septembre a pris 6 livres à 1601 la livre et à New York, sur l’ICE septembre a perdu $10 à $ 2494 la tonne, le 3 juillet.
La banque d’investissement Fortis a revu à la baisse le déficit prévu pour 2009/10 à 56 000 tonnes, contre 64 000 t dans sa précédente estimation. Elle a également révisé sa prévision pour 2008/09 avec un surplus de 10 000 t.
La Côte d’Ivoire devrait réduire la fiscalité sur le cacao à partir de la prochaine campagne. Une mesure réclamée de longue date par la Banque mondiale, et avec qui les autorités ivoiriennes sont en discussion pour l’allègement de sa dette. Ainsi le Droit unique de sortie (DTS) serait ramené à FCFA 210 le kilo contre FCFA 220 la campagne précédente et la taxe d’enregistrement passerait de 10% à 5%. «Le gouvernement s’est engagé à réduire la fiscalité de 22% sur le prix international afin d’atteindre le point d’achèvement de l’initiative de réduction de la dette PPTE», souligne un rapport du Comité de réforme du cacao. La Banque mondiale réclame une réduction de 50% pour 2010.
Les arrivées de cacao dans les ports ivoiriens au 30 juin ont totalisé, selon les données des exportateurs, 1 058 192 tonnes au 30 juin, contre 1 248 676 t sur la même période en 2008/09.
Au Ghana, les achats pour la campagne intermédiaire démarreront le vendredi 4 juillet. Le Cocobod compte acheter 50 000 tonnes de cacao entre juillet et septembre.
Au Cameroun, les exportations sur les 10 premiers mois de la campagne 2008/09 ont crû de 9,3% à 169 303 tonnes, selon l’Office national du cacao et du café. Une hausse qui semble confirmer que la récolte de cette année dépasserait celle de l’année dernière (187 533 tonnes en 2008/09).

CAOUTCHOUC Les cours du caoutchouc ont gagné 2% le 3 juillet après une semaine de baisse. Mais les gains ont été limités avec les doutes sur une reprise de la demande notamment après l’annonce des chiffres du chômage aux Etats-Unis. En outre, les ventes d’automobiles au mois de juin aux Etats Unis accusent un recul de 28% par rapport à juin 2008.
Les trois producteurs mondiaux de caoutchouc, la Thaïlande, l’Indonésie et la Malaisie, ont décidé le 2 juillet de maintenir les restrictions à l’exportation, décidées en décembre dernier afin de soutenir les prix.
Selon un pool d’une dizaine d’analystes et d’opérateurs réunis par Reuters la demande de la Chine et un cours du pétrole ferme pourraient apporter un soutien au marché de Tokyo en juillet, mais la croissance de l’offre dans les pays producteurs conduiraient à des prix en dessous de la précédente prévision. En décembre, la prévision était de 160 yens le kilo à la fin juillet. Pour le mois d’août, le pool anticipe un prix de 163,8 yens le kilo.
«La Chine devrait continuer à acheter du caoutchouc au second semestre car le gouvernement de Bejing a envoyé un message clair de soutien à l’industrie automobile», souligne un trader en Thaïlande.

COTON Depuis le début de la semaine, les cours du coton ont nettement progressé. Ils ont clôturé le 3juillet, avant le long week-end de l’Independance Day, à 60,92 cents pour le contrat de décembre, gagnant 0,44 cents et prenant un peu le contre-pied de la tendance générale à la baisse des marchés. Pourtant, l’USDA a révisé à la hausse ses prévisions de superficies cultivées aux Etats-Unis à 9,05 millions d’acres, contre 8,8 millions en mars. Cependant, souligne John Flanagan, les acres ajoutées concernent des zones à faibles rendements, mal irriguées ou frappées par la sécheresse, comme l’ouest du Texas et la Géorgie. De plus, c’est tout de même le plus bas niveau de superficies cotonnières depuis 1983.
Dans son rapport mensuel, l’International Cotton Advisory Committee (ICAC) prévoit que la production mondiale devrait demeurer inchangée à 23,5 millions de tonnes (Mt) en 2009/10. En dehors de la Chine, la production de coton devrait augmenter de 3% à 16 Mt. Elle devrait notamment croître en Inde, aux Etats-Unis et au Pakistan. Cependant souligne l’ICAC des baisses significatives sont attendues en Turquie, au Brésil et en Afrique dans les pays de la Zone Franc. De même, la production de coton devrait chuter en Chine de 7% à 7,5 Mt en 2009/10 et la consommation devrait croître de 3% à 9,3 Mt, en forte reprise après la forte chute enregistrée en 2008/09.
La CMDT au Mali prévoit de produire 330 000 tonnes pour la campagne 2009/10 contre 210 000 t en 2008/09.

THÉ Les prix aux enchères de Nairobi ont été soutenus cette semaine avec une offre plus importante de haut grade et d’une meilleure qualité. La demande est soutenue, quelque 106 354 paquets de thé ont été offerts (6,79 millions de kilos), et un peu plus de 10% n’ont pas trouvé preneur. En revanche, au Bangladesh, les prix moyens ont reculé de plus de 2%.
La production de thé au Kenya a chuté de 18% à 29,8 millions de kilos en mai avec le démarrage retardé de la saison des pluies. Depuis le début de l’année, janvier à mai, la production est en recul de 15% avec 113,9 millions de kilos contre 134,5 millions en 2008 sur la même période. Au niveau des exportations, elles reculent de plus de 5 millions de kilos sur les cinq premiers mois de l’année atteignant 141 millions de kilos.

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +