07 juillet 2020 - 00:17 |

Marcel Goldenberg, Mintec : le prix de la vanille va s'effondrer ces prochains mois

La campagne mondiale 2020/21 de vanille s'ouvre avec des volumes de production importants et une baisse de la demande, entraînant une chute des prix. Madagascar a tenté de réduire l'impact ou de le repousser en fixant fin février un prix minimum à l'exportation, toutes qualités de vanille confondues. Etant de loin le premier acteur mondial de la vanille, tous les autres pays producteurs attendent de voir quel sera le réel prix mondial cette campagne. Selon Mintec Vanilla Survey, 73% des participants ont indiqué qu'ils s'attendent à une baisse des prix de la vanille au cours des trois prochains mois, a déclaré à CommodAfrica Marcel Goldenberg, responsable des prix  chez le fournisseur britannique de données mondiales sur les principes alimentaires mondiaux et il en explique les raisons.

 
Quelle est votre analyse générale de la récolte 2019/20 de vanille de Madagascar ?

 

La récolte est d'environ 1 400 à 1 500 tonnes (t), ce qui était nettement inférieur aux campagnes précédentes ; le prix de référence Mintec pour la vanille de qualité gastronomique FOB Madagascar se négociait dans une fourchette allant de $ 550 à 600 le kilo au début de la campagne 2019. Cependant, alors que la saison se poursuivait et que l'année 2019 se terminait avec des stocks encore importants dans le pays, les prix se sont effondrés allant jusqu'à $ 310 le kilo

 

La raison en était double: premièrement, la baisse de la demande globale de vraie vanille, car de plus en plus de personnes ont commencé à s'approvisionner en vanille synthétique lorsque les prix étaient de l'ordre de $ 500 le kilo; deuxièmement, parce que d'autres régions productrices de vanille comme la Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG), l'Indonésie et Tahiti ont eu des récoltes plus importantes en 2019. Alors que Madagascar est considéré comme le «standard d'or» pour la vanille, quand vous pouvez soudainement économiser des centaines de milliers de dollars par achat, les importateurs prennent très sérieusement en considération les autres régions productrices de vanille.

 

Maintenant, bien sûr, lorsque le prix de la vanille chute de près de 50% et que vous avez un pays qui dépend fortement de l'industrie de la vanille, cela devient un problème. Pour mémoire, la vanille représente environ 10% du PIB de Madagascar. Ainsi, début 2020, le gouvernement malgache a mis en place un prix minimum à l'exportation de $ 350 le kilo pour tous les types de vanille, qui est en place depuis.

 

Pourquoi Madagascar n'a-t-il pas introduit un prix différent pour les différentes qualités de vanille ?

 

Il y a plusieurs types d'explication, mais l'industrie considère le plus souvent que le gouvernement s'attendait à ce qu'en fixant un prix minimum, le marché s'autorégulerait et que seule la vanille de la plus basse qualité se négocierait au prix minimum et que les produits de meilleure qualité continueraient de se négocier à un niveau supérieur. Cependant, l’inverse s’est produit, car le prix de la «catégorie gastronomique» de la plus haute qualité se négociait déjà en dessous de ce niveau minimum. Aucun acheteur n’était donc prêt à payer plus de $ 350 le kilo. En fin de compte, cela signifiait que la vanille de la plus basse qualité était vendue au même prix que la plus haute qualité.

 

Chez Mintec, nous venons de lancer une enquête mensuelle sur la vanille qui aborde également la question du prix minimum et il est intéressant de voir que 44% de tous les participants ont déclaré qu'ils ne favoriseraient aucun prix minimum, suivi de près par 35% qui ont dit qu'un prix minimum de $ 250 le kilo serait mieux.


Quelle est la différence entre les prix à Madagascar et dans les autres pays?

La vanille de Madagascar a tendance à être plus commercialisée que la vanille des autres régions productrices du fait que les Malgaches peuvent obtenir une meilleure consistance et donc une meilleure qualité de leur vanille. Nous entendons actuellement des prix de la vanille indonésienne qui se négocie autour de $ 35 le kilo en dessous de la vanille malgache. Mais nous pensons que ces prix sont également maintenus artificiellement élevés en raison du prix minimum à Madagascar. Les exportateurs d’Indonésie et d’autres pays exportateurs affirment que «même à ces prix, nous sommes toujours inférieurs aux prix malgaches, nous n’avons donc pas besoin de vendre moins cher».

Au cours des deux dernières années, les industries ont réduit leur demande de vanille naturelle parce qu'elles sont passées à la vanille synthétique car la vanille naturelle était trop chère. Mais maintenant que les prix de la vanille naturelle baissent, vont-ils revenir?

C'est une question intéressante et à laquelle il n'est pas si facile de répondre car il faut du temps au service des achats et aux entreprises d'aromatisation pour changer de stratégie et de recette. Evoquons, par exemple, la glace à la vanille : le changement de recette ne se fera pas du jour au lendemain car des stocks ont été achetés et des contrats ont été signés. Ajuster cela à la «vraie» vanille prendra du temps et coûtera de l’argent. De plus, dans une glace, peu de gens sont capables de distinguer entre la vanille synthétique et la «vraie» vanille de toute façon.

Donc, selon ce que nous dit l'industrie, il y a certains domaines où la «vraie» vanille est peu susceptible de revenir. Cela dit, surtout maintenant que le coronavirus a eu un impact sur le paysage alimentaire et de la restauration, il y aura des restaurants et des fabricants d'aliments qui accorderont encore plus d'attention à la qualité qu'ils offrent et vous pourrez voir des entreprises qui ne se souciaient pas auparavant de quel type de vanille ils utilisaient, qui maintenant vont vers plus de «vraie» vanille - et les prix actuellement plus faibles aideront certainement à prendre cette décision. En fait, la recherche de sources d'approvisionnement  plus durables avec des produits «certifiés» tels que «Bio» et «Fairtrade» est quelque chose que nous avons remarqué comme étant l’une des principales tendances à travers la Covid-19.

Quelle est votre analyse pour les mois à venir ? Les producteurs choisiront-ils d'autres cultures? Certains acteurs vont-ils déménager ? La structure du marché à Madagascar va-t-elle changer à cause de la baisse des prix ?

 

La vanille est l'une de ces cultures intéressantes où un prix inférieur peut souvent signifier une meilleure qualité. À des prix d'environ $ 500 le kilo, de nombreuses personnes tentent de profiter des énormes marges qui peuvent être réalisées sur le produit, ce qui attire souvent des personnes qui ne sont pas dans l'industrie depuis très longtemps et ont donc une connaissance limitée de la cuisson de la vanille.

 

En fait, le séchage de la vanille est un processus très délicat et nécessite beaucoup d'expérience et de connaissances car chaque fleur doit être pollinisée à la main exactement au bon moment. Ainsi, à mesure que les prix de la vanille diminuent, les bénéfices et les personnes qui entrent sur le marché «pour gagner rapidement de l'argent» font de même, et les acteurs plus traditionnels et expérimentés du marché seront contraints de quitter. Cela signifie que vos chances d'acheter un mauvais lot diminuent et que la qualité augmente malgré la baisse des prix.

 

En se référant à l'enquête Mintec sur la vanille, 73% des participants ont indiqué qu'ils s'attendaient à ce que les prix de la vanille chutent dans les trois prochains mois et qu'à l'échelle mondiale, il reste environ 400 tonnes de vanille invendues de la récolte 2019. En outre, la récolte 2020, pour laquelle la récolte des gousses vertes a commencé dans certaines régions de Madagascar en mai, devrait être d'environ 2000 tonnes, soit 25% de plus que la récolte 2019. Par conséquent, je pense que tous les signes indiquent que le marché continue d'être surapprovisionné. Bien sûr, nous devons continuer à surveiller les mesures prises par le gouvernement malgache en termes de prix minimum: un marché libre indiquerait une baisse des prix, un prix minimum indiquerait une augmentation des stocks invendus.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +