07 novembre 2007 - 14:46 |

Difficile pronostic sur un marché du sucre en pleine mutation

Le monde regorge de sucre mais ceci n’exclut pas nécessairement une hausse des cours

(07/11/07)
Au niveau mondial, la perspective d’un nouvel excédent de sucre en 2007 annule toute possibilité de hausse des cours mondiaux, déclare l’Office français Interprofessionnel des grandes cultures (ONIGC). Pour la troisième année consécutive, la récolte est record, proche des 170 millions de tonnes (Mt), selon l’Organisation internationale du sucre (OIS). L’excédent de la production sur la consommation en 2007/08 serait de quelque 11 Mt.
Cette situation reflète un profond changement sur la scène sucrière mondiale : pour la première fois, l’Inde deviendrait, devant le Brésil, le premier producteur mondial de sucre. On constate aussi de très bons résultats de plusieurs pays du Sud-Est asiatiques comme la Chine, la Thaïlande, l’Indonésie et le Pakistan. Cette forte hausse de la production va gonfler les stocks qui atteindraient en fin de campagne 2007/08 73,5 Mt, soit l’équivalent de 6 mois de consommation.
Bien évidemment, ceci pèse sur les prix. Entre le 31 juillet et le 5 octobre, le sucre roux a perdu $ 11,9 la tonne mais, surtout, le sucre blanc a chuté de $ 34 la tonne ! Mais, étant donné la situation de l’offre et de la demande, il est étonnant que cette baisse n’ait pas été plus forte encore. Car il faut noter qu’actuellement, à environ 10 cents la livre de sucre roux, on est peut-être loin des 19,73 cents atteints en février 2006, mais on est aussi loin des 6,5 cents de février 1999 !
L’ONIGC explique le maintien, malgré tout, des prix par le fait que cet « excédent théorique ne se traduit pas (encore) par un excédent physique massif ”. En effet, on ne sait pas ce que l’Inde va faire de son excédent de 10 Mt et il n’est pas certain que ce sucre se retrouve sur le marché mondial. Si ce n’est pas le cas, cela ne pèsera pas (autant) sur les prix. D’autre part, la récolte de canne à sucre au Brésil est moins importante que prévue et 55% de la récolte dans la principale région de production ira à la production d’éthanol.
A long terme, une banque d’investissement comme Fortis estime même que les cours du sucre devraient regrimper et ce, pour plusieurs raisons. Les premières sont le dollar faible et la forte croissance de la demande en éthanol : l’utilisation de la canne pour fabriquer de l’éthanol est autant qui ne va pas à la fabrication de sucre. Les clients du Brésil pourraient aller chercher du sucre ailleurs, notamment dans des zones de production plus proches d’eux en raison du coût du fret.
Autre raison de croire à la remontée des cours, les produits stockés en Inde le supportent mal. D’ores et déjà, du sucre indien qui était entreposé a du mal à trouver preneur en Chine. Et enfin, la demande notamment asiatique en sucre est soutenue :l’OIS estime à 2,3% la croissance de la demande mondiale pour 2007/08, mais elle serait de 3,65% en Asie.

Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +