09 mars 2022 - 12:30 |

Au Ghana, nouvelle année difficile pour l’approvisionnement en engrais

Au Ghana, les signaux sont au rouge pour l’approvisionnement en engrais cette année encore, ce qui pourrait  impacter négativement la production agricole.  Le ministre de l’Alimentation et de l’agriculture,   Seth Osei Akoto, constatait il y a quelques jours que le ministère n’avait pas déjà été en mesure d’atteindre l’objectif de distribution d’engrais en 2021, notamment dans le cadre de son programme  "Planting for Food and Jobs". Et d’ores et déjà, il prévient que 2022   serra une année difficile face à une pénurie d’engrais.

« Nous n'avons pas pu atteindre l'objectif de volumes d'engrais que nous pensions pouvoir distribuer l'année dernière. Avec ce qui se passe sur le marché international, la Russie étant un pays qui produit beaucoup d'engrais, l'approvisionnement sera un défi. En tant que ministère, nous avons anticipé sur la base de ce qui s'est passé l'année dernière, au lieu de mettre tous nos œufs dans le même panier, nous essayons d'étendre les engrais de base organiques » a-t-il déclaré.

Même analyse pour la  Chamber of Agribusiness du Ghana dans un rapport révélé par Joy Online. "Les produits chimiques, les engrais, l'hydrogène et une foule d'autres choses dépendent de l'approvisionnement mondial en gaz, et cette crise russo-ukrainienne menace de perturber considérablement l'approvisionnement mondial en engrais. Nous prévoyons que l'approvisionnement de cette année sera encore pire, ce qui rendra les engrais rares en Afrique subsaharienne, qui est toujours vulnérable à ces chocs parce que nous sommes un importateur net de la denrée ». Or, la situation était déjà critique, la pandémie de la Covid-19 ayant entrainé de fortes contraintes d’approvisionnement, des goulots d’étranglement et des hausses de prix.

Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +