12 février 2021 - 08:58 |

La Gambie lance son plus ambitieux projet de développement agricole

Sommes-nous à l’aube du renouveau de l’agriculture gambienne ? Le gouvernement et son ministre de l’Agriculture, Amie Fabureh, a lancé mardi le programme Résilience des organisations pour une agriculture transformatrice des petits exploitants (ROOTS) d’une valeur de $ 80 millions qui aura pour objectif d'améliorer la sécurité alimentaire, la nutrition, les conditions de vie des petits agriculteurs, la résilience au changement climatique et l'accès au marché, souligne Gambia.com. Il devrait s’agir -ni plus ni moins- du plus grand projet agricole jamais réalisé en Gambie.

Plus précisément, ce projet d’une valeur de $ 80 millions est divisé en un prêt de $ 4 millions et une subvention de $ 76 millions. Il est financé par le Fonds international de développement agricole (FIDA) et l’Agence française de développement (AFD), entre autres. En plus d’assurer davantage de sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le pays, le projet a pour ambition de créer des emplois et de réduire la pauvreté : il devrait toucher directement près de 40 000 ménages, soit 320 000 personnes ou encore un septième de la population. Notons que 80 % des bénéficiaires devrait être des femmes, 25 % des jeunes agriculteurs, ainsi que des personnes handicapées.

Le projet se déroulera sur une période de six ans -à compter du 1er janvier 2021- dans les cinq régions administratives du pays pour développer la productivité des filières du riz et des légumes. Une réalisation indispensable alors que le changement climatique se fait ressentir et la Gambie, pays côtier, demeure parmi les pays les plus vulnérables à ses effets car le changement climatique élève le niveau de la mer

Rappelons que 48,65% des Gambiens qui vivent dans le monde rural dépendent de l’agriculture, essentiellement l’agriculture pluviale. Or, on constate une diminution des précipitations et une importante intrusion d’eau salée à 150-200 km à l’intérieur des terres. Une situation qui affecte considérablement les cultures. Entre 2011 et 2014, le pays a connu une grave sécheresse qui a baissé le 50 % sa production agricole. En 2016, une courte saison des pluies à davantage diminué la production agricole, a accéléré l’inflation des prix alimentaires, et a contribué à un exode massif de la jeunesse. La situation en Gambie est donc précaire. Depuis la fin de l’année 2016/début 2017, le tournant démocratique du pays a enfanté un nouveau programme national de développement agricole (CAAP) sur la période 2017-2026, mais le pays dispose de maigres ressources financières pour le mettre à exécution. Le projet ROOTS est donc crucial pour l’agriculture gambienne.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +