13 mars 2008 - 16:33 |

Le rendez-vous Matières du Jeudi

(13/03/08)

Avec le boom des prix des matières premières agricoles, les banques d’investissement et les hedge funds aspireraient à devenir des agriculteurs et se portent acquéreurs de terre à travers le monde ! Ainsi, selon l’agence Reuters, l’américain Morgan Stanley a acheté plusieurs milliers d’hectares de terre en Ukraine et d’autres banques sont en recherche active comme l’anglaise Barclays Capital. Les fonds ne sont pas en reste. Ils auraient acheté des milliers d’hectares de plantation de sucre et de maïs aux Etats-Unis et au Brésil.
Du côté des cours, tandis que l’or et le pétrole touchent des plafonds avec un dollar qui s’affaiblit encore plus, le sucre, le cacao, le blé reculaient hier pour mieux se reprendre aujourd’hui tandis que le café et le coton se maintenaient.

CACAO Les cours du cacao se sont repliés mercredi perdant £10 à £ 1 422 la tonne pour le contrat de mai sous l’effet de l’appréciation de la livre par rapport au dollar. Les cours demeurent proches du plus haut atteint depuis 5 ans la semaine dernière (£ 1 452 la tonne). Et les fondamentaux, avec une prévision d’un nouveau déficit pour cette année, sont plutôt haussiers. Aujourd’hui les cours étaient repartis à la hausse.
En Côte d’Ivoire, depuis le mouvement de grève entamé lundi par les dockers du port d’Abidjan, les exportations de cacao et de café sont bloquées.
Au Cameroun, les exportations de cacao en février (14 021 tonnes) se sont ralenties par rapport à janvier (35 087 t) mais elles ont doublé par rapport à février 2007 (7 206 t), selon le National Cocoa and Coffee Board (NCCB) et le Cocoa and Coffee Interprofessional Board (CCIB). Depuis août 2007, les embarquements totalisent 147 092 t contre 144 756 t l’année précédente. Avec le début de la campagne intermédiaire ( mi-mars /fin juin) , les exportations devraient reprendre estime le NCCB.
Au Ghana, les achats déclarés par les acheteurs priveé au Cocobod ont totalisé 519 480 tonnes sur les 16 premières semaines de la campagne principale (octobre/mai) 2007/08, soit 6% que le montant réalisé en 206/07.

CAFE Les cours de l’Arabica à New York sont restés fermes. Après les pertes enregistrées la semaine dernière, le contrat mai Robusta à Londres a gagné mercredi $92 à $ 2652 la tonne. Cependant précise un courtier « les cours du terme restent élevés, mais les offres en différentiels commencent à baisser sérieusement sur certaines origines comme le Cameroun ou la Côte d’Ivoire ». Sur le marché de New York, le contrat mai Arabica s’appréciait de 1,90cents à $ 1,5395 la livre.
Les producteurs de café d’Amérique Centrale (Guatemala, Costa Rica, Salvador et Honduras) veulent l’élimination des taxes (comprise entre 7 et 11,5%) sur le marché de l’Union européenne (UE) pour leur café torréfié et soluble. Le café vert est exempt de taxe sur l’UE. Les pays d’Amérique Centrale exporte environ 5 millions de sacs de 60 kilos de café vers l’UE, soit environ 16% de la totalité de leurs exportations.
Les Américains boivent plus de café gourmet et globalement moins de café, révèle une enquête auprès de 6 000 Américains réalisée par la National Coffee Association (NCA), basée aux Etats-Unis. Selon l’étude, 17% des Américains boivent quotidiennement un café gourmet. En revanche, la consommation quotidienne de café baisse à 55% contre 57% un an auparavant.
Au Vietnam, les bonnes conditions météorologiques et les prix élevés pourraient donner une production de café 2008/09 supérieure de 20 à 30% aux prévisions à 1,3 million de tonnes, selon les négociants.

COTON Les cours du coton sont extrêmement volatiles. Ils ont clôturé en hausse mercredi à 82,06 cents la livre (contrat mai)/ 89,69 cents pour décembre) alors que mardi ils avaient atteints leur plus bas depuis deux semaines après le pic de 12,5 ans atteint à 92,86 cents il y a une semaine. Des séances de clôture consécutives qui alternent en « limit up » et en « limit down » en dehors de l’évolution des fondamentaux. Le marché est toujours supporté par les marchés extérieurs, en particulier le blé.

OLEAGINEUX Globalement les prix élevés pour les huiles végétales ralentissent la demande, affirme l’analyste basé à Hambourg Oil World. Les prix records atteints la semaine dernière ont poussé les investisseurs à prendre leur bénéfice sur les marchés internationaux. Mais souligne Oil World « les prix élevés constatés récemment ont affecté la demande pour les huiles végétales ainsi que celle pour les farines de tourteaux ». Si ce constat doit être confirmé, plusieurs éléments laissent à penser que la demande a souffert. _« En Europe, la demande pour les huiles végétales a apparemment ralenti considérablement . La consommation européenne d’huile de soja décline. Cela s’illustre par la chute des prix preniums pour l’huile de soja à Rotterdam » _affirme Oil World.

Pays: 
Filières: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +