13 mars 2015 - 00:00 |

Le Ghana prend en main sa filière karité

Le Ghana, à travers l'implication plus forte du Cocobod, entend mettre de l'ordre dans la filière karité et améliorer ses performances, rapporte l'agence Bloomberg.

Tout d'abord, les entreprises exportatrices non encore enregistrées auprès du Board  verront leurs exportations bloquées ; elles ont jusqu'à fin mars pour régulariser leur situation, a souligné en début de semaine le responsable de l'unité karité au Cocobod, Vincent Anchirinah. De 2011 à ce jour, 27 entreprises se sont enregistrées en bonne et due forme.

Deuxièmement, le Cocobod démarre un programme pour améliorer les rendements et faciliter les opérations de récolte qui, jusqu'à maintenant, sont des taches pénibles dans des zones reculées. Car ce sont quelque 500 000 à 600 000 femmes qui sont impliquées dans cueillette de la noix dans le Nord du pays.

S'agissant des rendements, l'Etat, à travers l'Export Trade, Agricultural and Industrial Development Fund, alloue 3,4 millions de cedis (€ 904 000) pour produire d'ici deux ans un million de plants dans une pépinière dans le village de Daboya.  Au moins 2,2 hectares (5 acres) dans chacune des régions au Nord du pays, où  le taux de pauvreté est le double de la moyenne nationale, seront consacrés à ces jeunes pousses. Une variété qui permettra l'entrée en production d'ici 5 à 6 ans contre 20 à 25 ans pour des arbres qui poussent à l'état sauvage, rapporte encore Bloomberg.

D'ici 2023, un Board dédié au karité devrait être créé.

Le Ghana aurait produit 73 500 t de noix en 2012, les plus importants producteurs étant le Nigeria et le Mali. La demande mondiale, notamment en Europe, ne cesse de croître de la part de groupes majeurs comme L'Oréal dans le cosmétique notamment pour sa branche The Body Shop, ou encore Wilmar pour les arômes alimentaires.

Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +