13 novembre 2020 - 14:16 |

L'édition 2020 des Prix Africa 35.35 récompense l’agriculture

Parmi plus de 500 candidatures, 35 jeunes Africains âgés de 18 à 35 ans sont les lauréats des Prix Africa 35.35 décernés chaque année pour célébrer l’excellence de la jeunesse africaine et de la diaspora à travers le monde. On compte cette année quatre lauréats qui se démarquent par leurs travaux sur l’agriculture et l’agro-business, souligne le communiqué officiel de l’organisation.

Parmi les quatre projets centrés sur l’agriculture et l’agro-business, deux sont réalisés en Afrique de l’Ouest.

On compte les réalisations d’Anthony Ebitimi Owei (32 ans) au Nigeria. Conscient du défi de la sécurité alimentaire pour l’Afrique, il fonde Tonyve Farms en 2014, une entreprise de transformation de produits de volailles écologiques qui est engagée dans l’amélioration e la sécurité alimentaire, la création de richesses et d’emplois en Afrique. L’activité de cette entreprise est axée sur la production de volailles et de chèvres (œufs de poules, viande de poulet, fumier de poulet et viande de chèvre). Il créé ensuite Chicken Palace qui assure la distribution rapide et efficiente de sa production. Surtout, il fonde ePoultry.NG, la première plateforme d’investissement numérique pour la volaille en Afrique dans laquelle il met en relation les petits éleveurs de volaille et les investisseurs. On compte à ce jour plus de 12 000 tonnes de poulets et plus de 38 800 tonnes d’œuvres livrés par l’entreprise sur le marché local.

Un autre projet récompensé, celui de Jacques Olivier N’guessan Koffi en Côte d’Ivoire, créateur de l’entreprise Tyegro CI, qui se consacre au traitement et à la transformation des déchets agricoles et ménagers en charbon écologique. Plus précisément, son entreprise crée du cuir végétal à base de peau d’ananas qui permet la création de chaussures, sacs et vêtements. On compte aussi la production de denrées agricoles : céréales, tubercules, fruits et légumes bio. Il est à noter que l’entreprise dispose d’une petite activité de fabrication de chocolat bio. A 23 ans, il est à la tête d’une société de 48 employés et dispose d’un chiffre d’affaire annuel de FCFA 131 millions (€ 200 000) contre FCFA 13 millions en 2017. L’entrepreneur est également à la tête de « Yaletite entrepreneurship group CI », une organisation impliquée dans la culture de produits agricoles.

Dans d’autres régions d’Afrique, on compte le projet de Otaigo Elisha et Diana Orembe (31 et 24 ans respectivement) en Tanzanie. A la tête de la société NovFeed depuis sa création en 2017, ils travaillent à l’élevage des mouches soldats noirs et des chenilles qu’ils nourrissent de déchets alimentaires locaux afin qu’ils deviennent riches en protéines et deviennent des aliments de qualités pour la pisciculture. Ces aliments naturels constitués à base d’ingrédients écologiques permettent aux pisciculteurs de réduire leurs coûts de 30 %. On compte à ce jour, 12 tonnes de déchets organiques transformés.

Enfin, on peut ajouter le projet de Fatime Souckar Terab (31 ans) au Tchad. Elle cofonde en 2019 Aya Chad, African Youth In Agribusiness , une plateforme de jeunes agri-preneurs qui rassemble plus de 500 adhérents qui encourage à travailler dans l’agriculture dans le but de créer une chaine d’autosuffisance alimentaire. La société fournit des formations régulièrement. En outre, Fatime Souckar Terab est la fondatrice de la boutique-enseigne agricole « Khadar market & Farms », une référence dans la capitale tchadienne N’Djamena.

Pays: 
Secteurs: 

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +