14 juin 2021 - 17:54 |

Seulement 25% des agroindustriels au Ghana ont conscience de la Zlecaf

Vous avez dit Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) ? Visiblement, les agroindustriels au Ghana ne s’y intéressent guère. Selon une récente étude du Service général des statistiques (sur financement allemand), seulement 25,6% des entreprises dans ce secteur dans le pays ont conscience de l’existence de la Zlecaf.

Ces dernières en attendent essentiellement davantage d’information sur les opportunités d’affaires pour 24,7% d’entre elles, une baisse du coût des crédits pour 20,6% et la fin des contraintes réglementaires pour 16,3%. L’attente la moins populaire (seulement 5,5% des agroindustriels sensibilisés à la Zlecaf) porte sur la digitalisation dont une meilleure connexion Internet.

Mais l’étude des Services statistiques ne portait pas sur la Zlecaf mais sur l’impact des mesures de restrictions sur les agroindustries durant la période de la Covid. Or, il a été recensé que 20,9% des agribusinness avaient été fermés pendant la période de confinement et 11,6% sont restés fermés après la levée des mesures, ce qui laisse penser qu’elles ont fait faillite.

Après la levée du confinement, 61,5% des agrobusiness ont indiqué que leurs ventes mensuelles continuaient d’être impactées, avec une baisse persistante de 41,2% de leur activité par rapport à la même période l’année précédente. Près de 46% des entreprises constataient une baisse de leur approvisionnement en intrants après que les mesures de confinement aient été levées.

A noter que, curieusement, l'étude fait remonter à septembre 2019 les fermetures partielles de l'économie ghanéenne liées à la Covid, alors que les premièrers ne sont intervenues que le 30 mars 2020, le Ghana étant un des premiers pays africains à y recourir.

Pays: 
Secteurs: 
Matières premières: 
Non
Énergies renouvelables: 
Non

Publicité

Votre publicité sur notre site

En savoir +